SALARIES DU NOTARIAT

Forum des salariés du notariat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Se syndiquer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
flozram



Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 06/01/2015

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Lun 8 Juin 2015 - 15:22

Bonjour RWM,
J'ai répondu favorablement à ta demande en retirant le nom de ce camarade que je n'agresse pas, l'article cité étant d'ailleurs signé sinon par lui, ensemble par les responsables de chacun des trois départements que couvre cette section.
En me relisant, je me dis que je n'y vais pas avec le dos de la pelle, mais sincèrement RWM, je préférerais mille fois que nous puissions débattre dans les règles au sein du syndicat. Mais c'est impossible, tu le sais. D'ailleurs le prochain congrès, et la seconde ag nationale ne promettent pas d'amélioration.
En ce  qui concerne les fautes de frappe et d'orthographe que tu me demandais de corriger par ailleurs, grosso modo c'est fait. Je tiens à m'en excuser, de ces fautes, mais il faut savoir que ma situation de chômeur interdit que je renouvelle mon matériel, dd sorte que j'écris tout (sauf les déclarations d'amour), sur quelques cm carrés de mon phone.
Alors voilà, désolé pour les camarades que j'agresse, mais vraiment, il n'est pas possible que les choses continuent beaucoup plus longtemps ainsi.
C'est simplement dommage que ce soit un clerc chômeur en sérieuse difficulté qui soit obligé de jouer la sentinelle ou la vigie. Quelque chose de la conscience et de l'intelligence de la Basoche s'est peut-être perdu dans la bagarre dite anti Macron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Syndicats et syndiqués   Lun 8 Juin 2015 - 19:19

Bonjour flozram,
Merci d'avoir bien voulu accéder à ma demande de neutralisation d'un nom. Je te rappelle que c'est une règle imposée dans la page de présentation de notre forum...
Pour débattre dans notre syndicat, il faut être membre du syndicat et non pas affilié en "isolé" auprès d'une UD FO, dès lors qu'il existe toujours une section Clercs de notaire au sein de la FEC-FO. Tu as fais le choix d'une affiliation "isolée" ce que je respecte. Par contre cette affiliation ne t'autorise pas à "donner des leçons urbi et orbi" aux membres de notre syndicat, même et surtout, si tu n'es pas d'accord avec eux...
Une situation de chômeur, pour aussi pénible qu'elle soit, n'autorise pas à être vindicatif avec les membres d'un syndicat de branche ou autre, sous prétexte que l'on n'est pas d'accord avec eux.
Bonnes recherches de travail.
Bien syndicalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flozram



Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 06/01/2015

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Mar 9 Juin 2015 - 0:46

Bonsoir RWM,
Je te remercie pour ce rappel à l'ordre que je ne reçois pas trop mal.
D'ailleurs à ta place je défendrais aussi mes camarades.
Tu comprendras de ton côté que je puisse avoir quelques difficultés à fréquenter davantage des syndicalistes donnant, eux, leur "bénédiction" à des patrons se livrant à un chantage politique au licenciement. Dans ma situation, c'est tout simplement insupportable.
2015 sera donc ma seconde année à FO hors fgcen. Dans l'état, à moins d'être totalement incohérent, je ne peux pas remettre les pieds à la fgcen. Ceci ne me prive certainement pas du droit de m'exprimer sur l'activité de FO dans le notariat, je pense. Pour moi cette activité ne pourra pas rebondir avant que la FEC reprenne un peu la main. Faute de combattants, logiquement ceci ne saurait tarder.
Mes opinions sont exprimées un peu brutalement, je re l'accorde. Mais elles sont fondées; tu le sais parfaitement. Tant que je pourrai adhérer à FO hors fgcen, bien que clerc, c'est ce que je ferai et c'est ce que je recommanderai à mes collègues, là où c'est possible...
Je changerai d'option quand je verrai des signes plus encourageants à la fgcen.
Pour l'instant, nous en sommes loin; tu ne le répondras pas, mais je pense que tu es d'accord.
Merci également pour tes encouragements.
Et à bientôt sur ce forum ... FO.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Débat syndical interne...   Lun 3 Aoû 2015 - 17:27

Bonjour marzolf.
Tu es manifestement un orfèvre dans l’art du phrasé pour ne rien dire. C’est ainsi que dans le cadre d’une réponse à Lucy29, dans un autre sujet de ce forum, tu rebondis sur le mot « utopie » en l’extrayant de son contexte :
Je te cite : Ou est l'utopie? Sincèrement, se trouve-t-elle dans l'attitude de 98% de non syndiqués - vox populi vox dei - ou bien dans celle d'une infime minorité des 2% de syndiqués s'acharnant à défendre un modèle qui fait manifestement faillite. Il me semble totalement stérile de s'obstiner à faire comme du sur place dans une impasse dont nous toucherons le fond tôt ou tard. Tu t'obstines à faire de ce forum une vitrine syndicale mais tu te rends compte et tu le dis, que tu es "seul". Et pour cause, puisque par exemple notre syndicat va jusqu'à supprimer le lien qui reliait son site -totalement vaseux - et ce forum qui a, lui, au moins ce mérite d'offrir des lieux d'expression et de débat bien plus riches qu'il n'y parait à première vue. Pour ma part, avec "ma" clique à Blabla, je ne fais qu'agiter les briques et les mots qui font le mur de notre fond d'impasse en espérant qu'ainsi, il sera moins dur de l'enfoncer quand nous arriverons dessus. A mon humble avis, c'est pour bientôt, et l'actualité syndicale de la Mcen par exemple, me donnerait presque sans doute raison, je suis assez tenté de le croire. Quant à Lucy29, à qui je ne cherche pas à répondre car j'en suis parfaitement incapable, comme 99% de nos rares syndiqués, elle se demande probablement quel sens donner à ton obstination comme à la mienne. Je la crois tout à fait capable de comprendre ce qui se joue à travers ces diatribes, elle, et ses fameux "98%" de petits camarades à qui tu reproches de "piller" un quelque chose qui ne "nous" appartient pas vraiment, les traitant ainsi un à Huns si j'ose dire, littéralement de barbares, ceci dans un accès de blablatinaction qui me réjouit le cœur et ne fait que centupler mon amitié pour toi et tes rares semblables, cher camarade.
Tout d’abord je rappellerais ici la définition de l’utopie donnée par le Larousse : « Construction imaginaire et rigoureuse d'une société... ».
Je pense pouvoir affirmer que pour un très grand nombre de salariés du notariat, non syndiqués, nos syndicats apparaissent comme des petits groupes d’arriérés intellectuels qui tentent, contre vents et marées, une nouvelle construction sociale notariale imaginaire et rigoureuse. Donc  il n’est nullement question pour moi de m’en remettre à la vox populi, seulement de rapporter ici ce que j’entends fréquemment dire autour de moi, car je reste à l’écoute.
Ce n’est pas parce qu’un seul utilisateur de ton espèce philosophique, planant au-dessus d’une masse vaporeuse de C.O.N. silencieux, critique ma manière de défendre une forme de syndicalisme, que pour autant je crois en ta méthode brouillonne et uniquement critique de l’existant. L’attitude de certains membres de mon syndicat à l’égard de ce forum, me navre profondément, mais la tienne sans aucun acte positif à l’égard de ceux qui recherchent un renseignement en droit social dans le notariat, ne me rassure pas pour autant.
Quant à l’actualité de la MCEN, je vais la traiter plus tard dans le sujet ad ‘hoc.
Pour conclure sur le cas Lucy29, je ne suis pas du tout certain qu’elle se demande quel sens donner à mon obstination comme à la tienne. C’est beaucoup trop loin de son questionnement initial qui n’a rien de philosophique, lui. Je suis convaincu, qu’avant qu’elle nous découvre par hasard, elle ne savait rien d’un forum syndical, qu’elle a immédiatement confondu notre forum avec une source intarissable de renseignements gratuits à l’instar de Wikipédia…
Objectivement, ce n’est pas avec ce type de collègue non engagée, ignorant tous les syndicats, que notre syndicat FORCE OUVRIÈRE va assurer une relève dans ses rangs.
Maintenant si, dans une vie professionnelle future, tu veux conduire des oies, libre à toi ! Je suis sévère, mais après de nombreuses années sur le terrain de la syndicalisation notariale, je suis devenu forcément très réaliste et plus du tout utopiste.
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carrérond



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Le "blabla"; étude de cas...   Lun 14 Sep 2015 - 22:46

Bonsoir,



La clique revient ici ce soir, comme promis suite à un échange vif avec RWM ce matin sur ce forum. Un échange dont elle ne saurait reprocher la vivacité à RWM, n'y allant elle même pas de main morte. Nous ne tenons en effet aucunement rigueur à RWM de ses propos concernant nos (cependant) prétendus « délires ». Pas même pour les nouveaux reproches, assez amusants, qu'il nous fait ci-dessous, profitant pour les formuler d'une réponse qu'il donne, de manière super carrée comme à son habitude, cette fois à un message de Lost94. Le pseudo "Lost" voulant dire « perdu », ce qui fait écho au «désespoir» évoqué l'autre jour par un autre intervenant sur ce forum (medsab, le 13 septembre à 16 h 02 sujet « recherche d'un stage dans le cadre du BTS notariat »). Nous le signalons à RWM dans ce préambule, à toutes fins utiles.

Voici donc ledit message de Lost94, fournissant à RWM l'occasion de ses nouveaux reproches amicaux à la clique.

« Bonjour
Je viens ici pour chercher de l'aide pour m'aider à rebondir.
J'ai connu ce forum quand j'ai débuté dans le notariat. A l'époque j'étais en 1ère année d'école de notariat et j'avais créer un forum d'entraide pour les étudiants. J'ai été assez déçue car je passais pas mal de temps à partager des infos et les gens ne partageaient rien et venaient surtout pour prendre. Donc j'ai laissé tomber et j'ai cherché s'il existait des forums pour salariés du notariat avec de l'interaction et je suis tombée sur ce forum.
J'ai une licence de droit, une formation notariale bac+2 et 6 ans d'expérience (j'étais T2 à la fin mais pas clerc). quasiment toute mon expérience est notariale.
Je suis au chômage et je cherche à savoir quelle formation faire pour changer de métier (je pense à un master que j'autofinancerais pour me professionnaliser car sans formation autre je ne trouve pas car n'ayant jamais exercé comme clerc mon cv n'intéresse pas même quand je postule sur les annonces qui demandent le niveau bac en agence immobilière genre conseiller de vente niveau bac débutant accepté alors que l'annonce indique que c'est pour les gens qui cherchent à changer de métier. Je n'ai aucune réponse). Depuis que j'ai débuté dans le notariat je tombe toujours au mauvais moment dans cette branche (d'abord pendant la bulle immobilière puis intérim/CDD pendant la loi Macron avec au milieu une expérience en cabinet d'avocats où on me prenait pour un larbin). J'ai dépassé l'âge du contrat pro (quand je candidate je n'ai pas de réponses pour les contrats pro adulte.
Je voudrais savoir si c'est une bonne idée d'aller dans l'immobilier. En effet j'ai lu que l'immobilier n'était pas au mieux en ce moment donc aller en agence est-il une bonne idée ?
Je voudrais pouvoir me poser en CDI et construire ma vie. Existe t-il un secteur stable où travailler de façon pérenne?
Je suis plutôt littéraire pas très branchée maths et j'aimerais trouver une entreprise avec des collègues sympas.
Commercial recrute mais c'est très différent quand on a l'habitude du droit où il faut faire les choses de façon bien carrée. Ca me semble pas très éthique comme métier car il faut vendre même si ça ne correspond pas aux besoins des clients.
Dans mon job T2 je recevais des clients pour les 1er rendez-vous. J'ai aussi participé à des rendez-vous extérieurs au début avec le clerc puis sans le clerc.
Je veux apprendre dans quel métier je pourrais avoir ma chance ? dans quoi me former ? je me sens un peu perdue car les métiers sont très différents de ceux du notariat donc ce n'est pas facile de changer.
Merci. »
Et voici la réponse de RWM, contenant accessoirement lesdits nouveaux reproches à la clique.



« Bonjour lost94,
Bienvenue sur le Forum des Salariés du Notariat et merci de ta brève présentation.
Après lecture de ta première réflexion de créateur d'un forum d'entraide pour étudiants, je dois t'avouer que je partage entièrement ton ressenti. Ici comme sur d'autres forums sans doute, nos utilisateurs, pour ne pas dire collègues, ne partagent rien ou presque et viennent surtout pour prendre. C'est très bien vu de ta part.
Tu remarqueras même sur ce forum, une clique d'intervenants, aux langages écrits complètement confus et désordonnés. C'est te dire qu'au fil des années, une immersion dans le monde notarial, peut entraîner de graves troubles chez certains de nos collègues ou ex-collègues.
Pour ce qui est de ta reconversion, je t'invite à lire dans ce sujet celui intitulé par son auteur "que faire après avoir été clerc de notaire". Je n'ai rien d'autre à ajouter aujourd'hui sur ce thème que je considère très très sérieux et à traiter par des professionnels et certainement pas sur un forum Internet. Les conséquences d'une erreur d'orientation sont trop graves pour le salarié.
La formation notariale est une bonne formation juridique qui devrait te permettre de rebondir avec une certaine aisance. Sois-en convaincu(e).
Bien cordialement ».

Nous prenons donc note avec beaucoup d'amusement, comme dit, de ces nouveaux reproches, ou des propos de RWM, visiblement courroucé tout de même, à savoir (bis) :
« Tu remarqueras même sur ce forum, une clique d'intervenants, aux langages écrits complètement confus et désordonnés. C'est te dire qu'au fil des années, une immersion dans le monde notarial, peut entraîner de graves troubles chez certains de nos collègues ou ex-collègues.».
Et encore une fois, nous ne lui tenons évidemment pas rigueur de ce propos, revendiquant ouvertement et joyeusement notre esprit goliard ou notre brutale impertinence, comme on voudra.

Mais pour ton éclairage, Lost94, il faut que tu comprennes ce qu'il y a en arrière plan, outre ce reproche anecdotique à la clique, dans cette réponse de RWM, qui te parle à mots couverts.
Il te sert en fait un catéchisme syndical en béton armé, auquel nous ne croyons nous même qu'en partie, une sorte de dogme de la sainte trinité, à savoir :

1. Il était nécessaire de restructurer totalement les formations de clercs, ce qui nous a fait passer pour faire court, des anciens diplômes de 1er clerc aux actuels BTS puis LMN. Jusqu'ici d'accord, même si l'on a mis beaucoup de temps pour nous en convaincre et qu'il nous reste quelques doutes assez sérieux… En tout cas, pour l'instant, les premiers clercs, les habilités, les principaux, les clercs cadres, tout ceci disparaît, avec les E1 c'est vrai, au profit de « notaires sous toutes leurs formes », et ceci est qualifié de « victoire sociologique » pour la Basoche, à la fgcen et ailleurs. D'où les doutes encore assez sérieux, de la clique. Mais jusqu'ici, admettons. L'ensemble se tient solidement.

2. Forts de leurs excellentes nouvelles formations, les clercs ainsi reconfigurés (que les anciens se démerdent) seront, seraient, sont, dès maintenant très  libres d'évoluer sur un marché des professions juridiques qui dépasse celui du seul notariat, un secteur limité dont ils ne seront seraient etc donc plus captifs. Séduisante proposition! L'enfer est pavé de bonnes intentions, dit-on. Justement, là, sur ce point 2. du catéchisme, nous trouvons l'idée intéressante mais beaucoup plus aléatoire ou douteuse encore que celle du point 1. Tu es en première ligne, Lost94, toi et tes camarades. Le pseudo que tu t'es choisi en dit long sur le travail qu'il va falloir faire, sur toi même et sur le marché de l'emploi, pour te convaincre et nous convaincre que sur ce point 2, le credo tient aussi solidement la route. Ceci reste à prouver et les clercs qui sont actuellement sur le carreau, virés plus ou moins proprement comme moi, ou plus ou moins en peine pour monter dans le train comme toi (note au passage qu'un T2 est un clerc, mon ami), vont sans doute nous en apprendre beaucoup les prochains temps à ce sujet. Ce n'est pas toi qui diras le contraire, toi qui te baptises « Lost » sur ce forum. Alors, si tu veux, cette histoire, c'est un peu celle de la chanson "chapeau de paille paillasson somnambules" etc. Sauf qu'ici, c'est moins drôle car on nous chante clerc devient balayeur, balayeur pompier, pompier banquier, banquier clerc etc, et tout le monde est libre sur un vaste marché grand ouvert; mais ceci ne rime pas, ne marche pas, et encore une fois c'est moins drôle que la chanson pour enfants.
Si cela peut te consoler, Lost94, dis-toi que les camarades syndiqués ont travaillé pour dans vingt ans. Le temps qu'il faudra pour que tout ce travail effectué de concert et en confiance avec le notariat porte ses fruits. Encore plus dubitatifs qu'au point 1, nous admettons cependant que les camarades sont assez convaincants quand il explique tout ceci. RV dans vingt ans, mais compte tenu de leur âge, ces visionnaires ne pourront pour la plupart, pas aller au résultat. Belle abnégation de leur part.

3. Reste l'immédiat, le concret, le demain dont tu nous parles bien, Lost94. Nous observons candidement que, conforme à sa tradition de sérieux et de clarté, d'honnêteté aussi, à ta question extrêmement précise à laquelle, franchement, nous ne pouvons nous même pas répondre, Lost, RWM déclare fortuitement forfait et se défausse ensuite carrément, en te disant ceci, nous le répétons:
« Pour ce qui est de ta reconversion, je t'invite à lire dans ce sujet celui intitulé par son auteur "que faire après avoir été clerc de notaire". Je n'ai rien d'autre à ajouter aujourd'hui sur ce thème que je considère très très sérieux et à traiter par des professionnels et certainement pas sur un forum Internet. Les conséquences d'une erreur d'orientation sont trop graves pour le salarié.
La formation notariale est une bonne formation juridique qui devrait te permettre de rebondir avec une certaine aisance. Sois-en convaincu(e) »
Eh bien te voilà servi!
La réponse que proposera le syndicat et pour laquelle RWM va travailler, avec d'autres, elle ne va pas t'aider mais je vais te la dire; c'est de batailler par exemple pour créer un « observatoire des métiers du notariat », afin que dans un futur au lointain d'un proche assuré, les errements actuels des notaires ne se produisent plus et que etc, les clercs à l'avenir puissent anticiper leurs réorientations au premier coup de sifflet des notaires (Macron aujourd'hui, une petite baisse de chiffre là,  une petite adaptation ici, etc). Autrement dit, qu'ils dégagent librement ailleurs dès que l'on a plus besoin d'eux, c'est à peu près ce qu'on leur demande déjà de faire en ce moment, because Macron. Il faudrait donc que cette souplesse devienne la norme ? Dans le grand marché libre des techniciens professionnels du droit ? Où la concurrence se fait à coups de stages gratos ou sous payés que même des bac plus 4 ou 5 ont du mal à trouver ? On ne dit pas non, encore une fois c'est réellement intéressant et prometteur que les clercs soient libres d'aller et venir d'une profession à l'autre; mais ici, dans l'immédiat, Lost,  tu observeras que c'est tirer des plans sur une comète dont on ne voit pour l'instant ni queue ni tête. En tout cas, si nos élucubrations ne permettent pas de te répondre Lost – mais à la clique nous n'en affichons nullement la prétention - il est clair que RWM refuse un peu sournoisement de le faire et t'envoie vers des professionnels, cash. Lesquels ? Mystère. C'est que pour le coup ; il doit buter sur une sacrée difficulté. Il n'a pas l'habitude de se défausser ainsi.
Le vrai sujet, à court terme, c'est en fait le suivant ; dans l'immédiat, comment les syndicats, dont le nôtre, vont-ils participer ou exiger ou organiser, qu'en savons nous, au « plan » social qui s'annonce dans le notariat. Et pour l'avenir, une fois encore, nos camarades vont travailler pour dans 20 ans, sur des idées telles que l'observatoire des métiers, l'employabilité. Point. Attention, nous ne disons pas que c'est nul, inutile, intéressant, l'observatoire etc.. Même si c'est un peu cosmique, voire cosmétique ou comique. Seulement, pour reprendre cruellement le propos de RWM ailleurs, lorsqu'il répondait à Medsab, « c'est …/… complètement à côté de ta préoccupation immédiate ». Nous aurions pu le citer entièrement « c'est un délire complètement à côté de ta préoccupation immédiate ». Nous ne pensons pas que ce soit un délire, mais c'est à côté de la plaque pour toi Lost. RWM, aussi brillant soit-il, est aveuglé par son catéchisme qui le fait te répondre, ici, TRES méthodiquement à côté de la plaque. Ça, nous de la clique à Blabla, le disons sans aucunement nous gêner. Ses assurances sur ta bonne formation tapent dans le vide. D''ailleurs à te lire, nous nous disons que ta confrontation actuelle avec le marché du travail à déjà du t'en convaincre. "Je n'ai aucune réponse" dis-tu. Tout est dit. Comme le surdit RWM, c'est un sujet "très très sérieux".


Ces très aimables préliminaires étant faits, avec plus ou moins de bonne foi, nous le reconnaissons, comme promis ce matin, nous allons  maintenant reproduire ci-dessous in-extenso, à la virgule près, un article intitulé « Résultat de l'enquête sur les conditions de travail » paru dans les pages 2 et 3 du n° 243 de l'Echo des Clercs, une publication de la section Alsace Moselle de la fgcen fo. En le situant dans l'ensemble de ce numéro 243 qui le contient, au moyen de quelques citations de l'éditorial figurant page 1 dudit n°, puis  avec l'indication de ce que contient d'assez surprenant à notre avis, la dernière page numérotée 4, de ce même numéro 243.
Le message de Lost94 prendra tout son sens après la lecture de cet article « résultat de l'enquête sur les conditions de travail » qui contient, pour l'essentiel, une proposition d'analyse, mais aussi des informations intéressantes sur ladite enquête effectuée par la fgcen fo. Ses  résultats, très parlants, dépassent semble-t-il largement le sujet « conditions de travail ». Lost94 y trouvera en effet un aperçu tout à fait intéressant sur l'état d'esprit actuel de la Basoche, compte tenu des difficultés considérables et des perspectives qui sont actuellement les leurs. Ce qui devrait l'éclairer et le réconforter en vue des décisions qu'il a à prendre.

Quant à RWM, syndicalement très expérimenté et très fin lecteur, il y trouvera une nouvelle illustration d'une certaine confusion d'esprit, régnant cette fois au plus haut niveau du syndicat national fgcen fo, puisque cet article a été écrit par un éminent membre du bureau de la fgcen qui le signe d'ailleurs nominativement. Une confusion d'esprit bien plus grave, à ce niveau, que la prétendue confusion et les prétendues élucubrations de la petite clique, lesquelles élucubrations poursuivent cependant, elles, méthodiquement, un but parfaitement visible.
Pour notre part, nous vous dirons donc l'une ou l'autre chose qui nous semblent critiquables dans cet article fort intéressant, que nous avons déjà partiellement cité sur ce forum hier. Mais surtout, nous vous dirons ce que nous y voyons de très positif, prometteur même, comme une justification de l'agitation syndicale, violente, et sans doute très critiquable à ce titre, que la clique entretient délibérément partout. A dessein. Avec un but parfaitement compréhensible, nous le répétons, quoiqu'en dise RWM parce qu'il ne supporte pas, c'est plus fort que lui, qu'on égratigne ses vieux camarades. Ce qui ne l'empêche pas de dire par ailleurs qu'il ne faut pas être chochotte quand on veut faire du syndicalisme.
« NUMERO 243 DE L'ECHO DES CLERCS BULLETIN SYNDICAL DE LA FGCEN SECTION ALSACE MOSELLE »



Page un   éditorial  - larges extraits :



« De la prime à la grande gueule au coup de gueule »
« Si les pouvoirs publics cèdent désormais très facilement aux pressions de la rue ; taxis, routiers, agriculteurs (qui ont tout de même obtenu 600 millions d'euros en l'espace de trois jours!), ces mêmes pouvoirs publics n'ont pas les mêmes égards envers les organismes de formation et les professions réglementées. Il y a certainement une "prime à la grande gueule". Et pourquoi se soucierait-on plus, de la fermeture des petits commerces, que de l'impact de la loi Macron sur les salariés du Notariat? Qui subissent eux, entre autre méfaits, la suppression du clerc habilité. Et que dire de l'impact de la réforme de la formation professionnelle.  Ainsi que celle sur les Organismes de formation.
…/…(suit un  paragraphe où il est notamment question de la réorientation de fonds de la formation professionnelle vers les chômeurs et les salariés peu qualifiés, ainsi que du compte personnel de formation) avant de revenir sans transition, changement de paragraphe ni interligne, à la loi Macron…/...
Qui est conscient des effets de la Macron, car et pour couronner le tout, certains employeurs n'hésitent pas à mettre en une couche supplémentaire en anticipant la loi, pour, avant même la parution des décrets d'application, brandir le spectre du licenciement, pour, sans aucune honte, pousser leurs salariés à accepter une rupture conventionnelle de leur contrat de travail, alors qu'eux mêmes ne réduisent pas la voilure de leur train de vie ; c'est un comble. N'avons nous pas le droit en tant que salariés, de nous indigner, et de pousser un grand coup de gueule face à ces situations ?
…/… (suit un appel lyrique puis ce constat en forme de conclusion)…/…
A toutes fins utiles je constate avec regret, qu'au 31 mars 2015, la profession a encore vu baisser ses effectifs de 811  salariés, en cause massivement les départs à la retraite non remplacés ! Serge Baumann »
(fin de citation).


Page deux et trois in extenso

« Résultat de l'enquête sur les conditions de travail - ANALYSE

Voilà tout juste un an que notre Syndicat avait lancé une grande enquête sur les conditions de travail dans les Offices notariaux.

Les résultats sont consultables sur notre site "FGCEN-FO"

Néanmoins il me paraît important d'en tirer les premières leçons.

Mais avant tout je tiens à remercier les salariés des Offices notariaux d’Alsace-Moselle qui ont répondu très massivement à cette enquête. Les réponses ont été anonymes mais on peut soutenir que notre Région représente plus de 50% des retours. Quelques commentaires à la lecture des réponses reçues. D'emblée on constate que dans les études, d'aucuns accomplissent des heures supplémentaires non rémunérées.

Alors que les effectifs sont passés du 31 mars 2014 au 31 mars 2015 de 48.100 salariés à 47.289 soit une baisse de 811 salariés en une année, que les licenciements économiques déclarés durant cette même période ont été de 73 (professionnels : 102), il en résulte que les collaborateurs qui ont quitté la profession soit par rupture de leur contrat de travail, soit par le départ à la retraite n'ont pas été remplacés.

Alors que le travail ne manque pas dans les Offices, que les salariés travaillent à flux tendu, que les employeurs hésitent à embaucher, le résultat tombe sous l'évidence : pour absorber la masse de travail le seul recourt est celui des heures supplémentaires ... non rémunérées.

Est-il acceptable que 75% des salariés souffrent d'une surcharge de travail alors que le notariat a perdu depuis 2008 plus de 4.500 salariés ?

Le notaire est-il un bon chef d'entreprise ? A en croire les 50 % de salariés qui se plaignent des mauvaises conditions de travail, j'en doute. Que faut il en conclure ?
Évidemment nous ne demandons pas l'ambiance "Club Med" dans l’Office.
Le minimum c'est le respect des salariés, de leur dignité humaine, ainsi que l’abolition du harcèlement (sic) quel qu'il soit.
Près de 45 % de collaborateurs sont victimes du manque de reconnaissance et de considération. La notion la plus élémentaire de la vie de l'entreprise induit ces deux principes. Les salariés ne sont pas des sous-hommes! (sic - à noter que c'est ici une référence historique stupide et totalement inadmissible du point de vue notaire) Les compétences et qualifications des salariés doivent être reconnues par l’employeur.
Cela signifierait que l'Office engrangerait son chiffre uniquement grâce au travail de l'employeur ?
il y a donc, sur ce segment (sic), de réels efforts à réaliser par certains employeurs, qui se doivent d’être de bons managers.
Force est de constater que la dégradation des conditions de travail provient essentiellement du surcroît de travail (43%) et aux relations conflictuelles avec l’employeur (42%). Ce qui forcément entraîne un impact sur la santé (63%).
Dans les années fastes ou "le tout immobilier" régnait encore, les notaires embauchaient à tout va, sans se soucier des lendemains qui déchantent. Alors lorsque la crise est arrivée, il n'est pas étonnant de relever que sur cinq ans 68 % des Offices ont opéré des licenciements, ruptures  conventionnelles, réduction de temps de travail  ... imposées ... entraînant corrélativement une baisse de salaire.

Est-ce que pour autant que l'employeur a baissé son train de vie ! Je n'en suis pas convaincu.

73 % des offices n'initient pas l'entretien annuel pourtant prévu dans notre Convention Collective !

Cet entretien permet de mettre en place le plan de formation.

Il n'est donc point étonnant que 30 % des études ignorent les points de formation au bas de la fiche de salaire.

On bafoue donc allègrement notre Convention Collective que certains souhaiteraient que comme le Code Général des impôts, n'existerait pas. (sic)

Que dire encore de l'instauration de l'entretien professionnel suite à la réforme de la formation professionnelle ?

En effet, les Offices notariaux doivent désormais organiser tous les deux ans un entretien professionnel pour tous les salariés.

Il permet d'examiner avec l'employeur les perspectives d'évolution et d'emploi.

Le notaire sera d'ailleurs soumis à l'obligation de réaliser tous les six ans, à l'occasion de cet entretien, un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du salarié.

C'est donc à chaque salarié concerné, de dénoncer de telles situations ou au moins, d'en faire part à notre Syndicat afin que ce dernier puisse engager des actions et démarches pour en faire part aux instances professionnelles. Pour rester compétitif sur le marche du travail, eu égard à la concurrence, la formation reste le nerf de la guerre.

Je suis effaré que 66% des collaborateurs n'envisagent aucune formation dans l'année à venir. Depuis la loi de 1971 sur la formation professionnelle, la formation est malheureusement, passée à ce jour, de l'investissement à une charge.

Il faut dissocier les formations pour maintenir le savoir de celles pour mettre à jour nos connaissances relevant du plan de formation. Il s'agit de formations courtes et de formations à vocations qualifiantes destinées à l'obtention d'un titre ou d'un diplôme. (sic)

L'enquête démontre si besoin était, que les qualifications et les compétences peinent à obtenir un relèvement du salaire. sic

La corrélation diplôme/salaire inscrite dans la convention collective - toujours elle - à bien été intégrée pour garder au sein de la profession les salariés compétents et pour récompenser autant que faire se peut, l'effort. (sic)

Le tableau relève un fort taux d'absence de salariés s'orientant vers des formations qualifiantes. Il ne faut pas être "grand clerc" pour comprendre cette situation. Bon nombre doit douter de la contrepartie de l'investissement et celle d'un parcours professionnel long. La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle est axée notamment sur les formations qualifiantes telles que les CPQ (sic) ou les formations sanctionnées par une diplôme, un titre ou une certification. Par cette réforme, le législateur a souhaité et voulu sicque chaque salarié progresse au moins d'un niveau de qualification au cours de sa vie professionnelle.

La profession doit vraiment se pencher sur ce point. Si elle veut rester compétitive face aux concurrents que nous avons identifiés, il est vital qu'elle s'oriente :
- en sus des actes du monopole - vers le droit rural, le droit des affaires, les collectivités locales la fiscalité d'entreprise, la maîtrise du droit de l'urbanisme traditionnel et commercial, le droit de la famille appronfondie (sic).

Mais pour s'aventurer sur ces voies, il est nécessaire d'être performant et de suivre des formations spécifiques, c'est à dire des parcours longs.

À défaut, si ce n'est pas déjà le cas, ces secteurs seront appréhendés par d'autres professionnels du droit et du chiffre.

Notre Syndicat a toujours défendu le principe qu'un Office notarial s'aventurant sur ces terres n'aurait pas trop de problème face à une crise de l'immobilier comme par exemple la chute sévère des VEFA et des opérations de lotissements.

Il n'est donc pas étonnant que 70 % des salariés estiment que la qualité de leur travail et de leur investissement ne sont pas estimés ni humainement ni financièrement à leur juste valeur.

Plus de 70 % des salariés sont convaincus de l'absence de perspectives d'évolution sur les trois prochaines années. Il est bien loin le temps ou le salarié entrait dans la profession comme on rentrait dans "les ordres".

Sans entrer dans le passéisme, je dois relever qu'à l'époque un plan de carrière était propose aux jeunes entrants, et aujourd'hui?

Puis sont venues les sociétés civiles professionnelles, les notaires salariés, la crise qui écrêté le train de vie de certains employeurs habitués aux fastes de la vie, la loi Macron - qui n'est même pas encore entrée en vigueur!

Quelles sont donc les suites à donner à cette enquête?
De toute évidence, nous ne pouvons pas nous permettre de "la classer à la verticale" ni de la jeter aux oubliettes.
Notre Syndicat à d'ores déjà sollicité une entrevue avec la nouvelle Présidente du Conseil Interrégional à laquelle il fera part des propos tenus ci-dessus. (sic)

Il est aussi nécessaire que nous portions à la con naissance (sic) de nos instances professionnelles, des réactions de centaines de salariés Alsaciens-Mosellans.
Quoiqu'il en soit, il est vital et nécessaire que les salariés qui vivent des situations anormalement acceptables (sic) dans l'Office tant sur le plan humain que sur l'application de la Convention Collective, doivent faire remonter ces informations à notre Syndicat.
Croyez que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour de lancer ces comportements "border line" inacceptables pour notre profession investie de la Puissance Publique. (sic)
Devant ces résultats, peut-on entrevoir un coin de ciel bleu? À mon sens, oui. Les 47.500 collaborateurs et collaboratrices dont vous faites partie, accomplissent un travail intellectuel remarquable (sic) lorsqu'ils établissent des actes notariés pour des millions de citoyens et lorsqu'ils répondent à la foultitude (sic) de question (sic) et réceptionnent en plus la clientèle. Au delà du ressenti que l'on peut avoir contre certains employeurs, unissons nous pour ensemble (sic) améliorer les, conditions de travail dans les Offices notariaux de l'Alsace-Moselle. Faites en part à vos collègues non syndiqués. S.B."
(fin de citation).





Dernière page – les infos légales ISSN etc, rattachant ce journal à l'union interrégionale des clercs et employés de notaire des cours de Metz et Colmar... bien qu'en première page il soit présenté comme une publication de la fgcen fo syndicat national ce qui n'est pas sans poser quelques sérieuses interrogations, pour le contenu rédactionnel, le directeur de la publication, etc etc..  Par ailleurs, nous croyions l'union dissoute ou sans objet, les syndicats départementaux ayant disparu ?
Dans cette page aussi, des infos sur la vie syndicale mais exclusivement dans le 68...
Puis en bas de page, une publicité pour « Harmonie Mutuelle », en couleur s'il vous plaît, payée par qui et à qui? mystère. Je n'ajouterai pas les noms du comité de rédaction et de mise en page qui figurent en clair, en comprenant outre le signataire unique des articles, rien moins que deux anciens présidents de syndicat (ex "chefs de groupements" de la défunte fgcen), que je ne souhaite pas accabler...).




Alors voilà... nous avons déjà dit ce que RWM et Lost94 pourront trouver d'intéressant dans ces citations d'articles, en particulier celui, tout à fait surprenant, des pages deux et trois.


Pour notre part, nous répétons ou ajoutons ceci :



Le premier article - page 1 « grande gueule  coup de gueule » nous a l'air assez confus pour ne pas dire gloubi boulbesque, et nous reposons à RWM cette question, vu qu'il est rédigé et signé par un membre du bureau de la fgcen. Qu'est ce qui est plus grave ; la prétendue confusion de la clique qui a, elle, un but affiché, celui de faire de l'agitation dans les rangs du syndicat, ou bien celle d'un membre éminent du bureau de la fgcen qui voudrait en faire, au nom de toute la fgcen, avec un article aussi confus, dans les rangs de toute la Basoche ?
Toujours sur ce premier article, n'est-il pas, finalement, beaucoup plus inquiétant que des membres du bureau de la fgcen soient à ce point confus dans leur expression et leurs objectifs publiés au nom du syndicat national, que de voir des clercs de base exiger de plus en plus violemment, comme le fait la clique en foutant le bazar, ou comme le font 98 % des clercs en désertant la boutique, justement, exiger que nos chefs syndicaux parlent d'une voie un peu plus claire ? Une fois la Grande Armée du Notariat ? Une fois le coup de gueule pour les clercs ? Oh ! Qui délire ici ?  What a Face  Evil or Very Mad  Twisted Evil  Evil or Very Mad  What a Face



Le second article - pages 2 et 3, soyons brefs, ne revenons pas sur la confusion qui ressort aussi assez nettement de cet article - je n'aurais pas la cruauté de pointer en souligant que l'auteur est par ailleurs un responsable national d'Inafon. RWM à du s'arracher les cheveux, moustaches, poils du dos, lacets et j'en passe, puis trouver que Blabla, finalement! est exemplaire de clarté... - mais voyons-y plutôt un point très positif ; le ton revendicatif, le culot même d'affirmer par exemple pour la fgcen fo, qu'on bosse au noir dans le notariat! Ceci est grave, et ne devrait pas rester sans réactions des notaires, à moins de vouloir confirmer implicitement le prétendu fait. Que dira la nouvelle présidente de la Chambre Interrégionale des Notaires des Cours de Metz et Colmar à ce sujet, en recevant notre camarade de la fgcen fo syndicat national ?
Peu importe.
C'est exactement le but que poursuit la clique: une radicalisation dans le ton et les revendications à court terme de notre syndicat, sans renoncer à ses sages objectifs réformistes à long termes, comme toujours.
Si nous en jugeons au ton qu'il emploie, le camarade du 68 que l'on houspille plus que tout autre ici depuis des années (la publication presque intégrale de ces articles fait partie de nos cruautés à son endroit) semble avoir compris pas mal de choses tout de même, même s'il s'est aussi embarqué plus que tout autre dans le mouvement anti Macron sous la coupe du CSN.
Il maintient et tente de développer l'activité locale, avec un relatif succès, il essaie de structurer la section régionale et ce n'était pas gagné vu les résistances..., il hausse le ton en face des notaires. Même maladroitement, c'est bien, et inattendu à ce degré.
A noter qu'il revendique que la moitié des réponses dépouillées de ce sondage viendrait de notre région; c'est très maladroit - car cela fait douter de la représentativité de l'échantillon! - mais c'est intéressant et montre que sur le terrain, les 68 font quand même un boulot considérable. C'est l'essentiel et pour ceci, en oubliant tout le reste, même le honteux mouvement anti Macron et ses énormes ambiguïtés, les aspects incroyables des articles que nous venons de citer, sans ironie: on dit bravo.

En conclusion sur cet article que nous trouvons malgré tout largement positif ?
Si la fgcen fo veut ainsi passer partout à la vitesse supérieure  lol! , il va falloir former des cadres syndicaux. Visiblement, même ce loustic audacieux, mais hélas déjà retraité, a bien besoin d'une formation syndicale.
Si nous avons deux ou trois demandes à faire dans ce but au congrès, ce sont justement les suivantes :
a) que nos vieux consacrent maintenant l'essentiel des forces qui leur reste à former une relève, revendicative, combative, sinon on ferme ; justement il y a de nouveau un nouveau 67 plus sage que Blabla qui va se pointer à ce congrès ; espérons qu'il sera cette fois bien accueilli au CA, formé, et écouté même s'il a l'air pas dans le ton et le catéchisme...,
b) que nos vieux aient l'intelligence de poursuivre le mouvement qui a conduit Baumann ici, comme d'autres, à fermer enfin les syndicats départementaux, à structurer l'activité à bonne échelle – ici la région largement à cause des particularismes locaux, mais quelle bagarre c'était pour y arriver -, et puis maintenant il faut inscrire le syndicalisme des clercs dans celui plus large des professions juridiques, sans se voiler la face sur les chances d'avenir d'un petit syndicalisme étriqué de clercs fantômes.



Sur la dernière page numérotée 4 de la feuille de chou;
nous n'y pigeons sans doute rien mais outre les quelques commentaires déjà faits ci-dessus, il nous semble surprenant de voir une publicité pour une mutuelle, quelle qu'elle soit, dans une feuille de chou syndicale locale de la fgcen, surtout si ce n'est pas pour la mcen : sur ce sujet aussi, la clique à Blabla a juste le droit de fermer sa gueule ou de se voir passer la camisole de force par RWM ou d'autres. On choisit la camisole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Aigreur et polémique...   Mar 15 Sep 2015 - 17:22

Bonjour Carrérond,
Whaouuu, quelle tartine !!!
Sans rechercher nullement l'entretien d'une polémique stérile à mon avis, j'aimerais tout de même t'apporter ici quelques précisions sur mon soi-disant "catéchisme syndical en béton armé", suite à tes commentaires facétieux, après ma réponse à lost94 qui ne viendra certainement pas la lire dans ce sujet strictement syndical, dont elle n'a visiblement que faire...
Je ne disserte pas "à mots couverts" à propos de la disparition des anciens diplômes spécifiques au notariat et la création de nouveaux diplômes répondant aux normes ECTS (European Crédits Transfer System). Je te rappelle que ce système, développé par l'Union Européenne et non par mon syndicat FORCE OUVRIÈRE, prend en compte les éventuelles notes ECTS obtenues ailleurs que dans les Centres de Formation et autres Instituts des Métiers du Notariat. L'échelle de notation ECTS a été conçue pour améliorer la transparence d'une variété de systèmes de notation dont celui retenu initialement dans le notariat, qui faisait des salariés diplômés du notariat des "prisonniers involontaires" de leur branche professionnelle.
Donc je ne comprends pas en quoi, une mesure de "désenclavement" de la formation professionnelle de base dans le notariat, serait plus favorable "aux notaires sous toutes leurs formes"... C'est un parti pris très obtus et, à mon humble avis, sans aucune vision européenne, de développement du notariat sous toutes ses formes. Ton montage intellectuel corporatiste n'est assis que sur du sable...
Enfin, les anciens collaborateurs (C.O.N.) ne sont pas abandonnés, dès lors qu'ils se prennent en main, par l'intermédiaire de la formation continue qui, je le rappelle, leur permet d’acquérir des points formations dans certains cas expressément prévus dans la CCN etc.
Cette conduite d'un virage de la formation professionnelle dans le notariat, ne pouvait pas prévoir, une ruée vers la formation d'innombrables diplômés-notaire dont les stagiaires envahissent aujourd'hui nos offices notariaux et études, au détriment de l'évolution de carrière de la cléricature professionnelle traditionnelle et indispensable. C'est le système des stages obligatoires de formation en interne à la branche, qui est la cause principale de la situation actuelle.
Conclusion : Je ne déclare nullement forfait vis à vis de lost94, ayant déjà répondu par ailleurs à un questionnement identique quelle que soit l'expérience (et quel réel contenu de cette expérience?) dans le notariat.
Pour la suite de ta prose syndicale, j'aimerais que tu ais la correction primaire de supprimer les noms propres, ainsi que cela est expressément demandé à tous les utilisateurs de notre forum.
Syndicalement dévoué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carrérond



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Jeu 17 Sep 2015 - 0:42

RWM a écrit:

Bonjour Carrérond,
Rebonjour RWM,
RWM a écrit:
Whaouuu, quelle tartine !!!
Je t'en prie! Tu sais que je les aime beurrées, grasses, multi confiturées, sans trottoir et en un mot, digestes, c'est à dire adaptées au régime que ton âge canonique t'impose pour notre plus grand bien plus le tien, à savoir ta longévité car tu te dévoueras jusqu'à ton dernier souffle pour la Cause virgule, point.
RWM a écrit:
Sans rechercher nullement l'entretien d'une polémique stérile à mon avis, j'aimerais tout de même t'apporter ici quelques précisions sur mon soi-disant "catéchisme syndical en béton armé", suite à tes commentaires facétieux,
Oui, ils sont même un peu de mauvaise foi

RWM a écrit:
après ma réponse à lost94 qui ne viendra certainement pas la lire dans ce sujet strictement syndical, dont elle n'a visiblement que faire...


Tu as sans doute raison mais il y a plus de 600 abonnés ici et la fréquentation est d'un niveau correct pour un forum aussi ante diluvien

RWM a écrit:
Je ne disserte pas "à mots couverts" à propos de la disparition des anciens diplômes spécifiques au notariat


Nous y voila

RWM a écrit:
et la création de nouveaux diplômes répondant aux normes ECTS (European Crédits Transfer System). Je te rappelle que ce système, développé par l'Union Européenne et non par mon syndicat FORCE OUVRIÈRE, prend en compte les éventuelles notes ECTS

Liloo va te demander ce que c'est

RWM a écrit:
obtenues ailleurs que dans les Centres de Formation et autres Instituts des Métiers du Notariat. L'échelle de notation ECTS a été conçue pour améliorer la transparence d'une variété de systèmes de notation dont celui retenu initialement dans le notariat, qui faisait des salariés diplômés du notariat des "prisonniers involontaires" de leur branche professionnelle.

Conneries! Un système de notation """ECTS""" aurait servi de boulet aux clercs transformant leurs vieilles blouses et leurs vestes de ronds de cuirs en vulgaires costumes rayés? Depuis quand es-tu adepte de la novlangue?! Soit, quelle est la durée moyenne des carrières dans le notariat? Les stat crpcen retraites devraient montrer que depuis assez longtemps les clercs ne font plus des carrières de 46 ans et plus. Prison peut-être, mais peu étanche alors. Les clercs n'ont attendu la permission des eurocrates pour venir au notariat ou s'en enfuir que dans l'imagination de normalisateurs pour fromages, trombones et autres pinces à cheveux ou papiers format A4. Si mon truc est construit sur du sable, le tien alors! Sur des vents de fonctionnaires pétomanes. Vrai ou faux? Bien entendu je ne pense ni tout à fait ce que je viens d'écrire ni le contraire et vice et versa. En tout cas mon vieux, ton blabla n'est pas vendeur et je peux te dire que la notation, comme disait autrefois mon vieil oncle avec l'accent savoyard à ma vieille mère revenant de la messe en lui disant "j'ai prié pour toi"; çà ne paye pas bien les impôts.


RWM a écrit:
Donc je ne comprends pas en quoi, une mesure de "désenclavement" de la formation professionnelle de base dans le notariat, serait plus favorable "aux notaires sous toutes leurs formes"...

Qu'aux clercs et employés de notaire. C'est un fait paradoxal, certes, mais un fait, que tu décrits et analyse toi même, fort bien d'ailleurs, plus loin ci-dessous; "ruée  vers la formation etc..." Tu dis qu'on ne pouvait pas le prévoir. Je prétends que si et je le démontre; les notaires n'ont-ils pas pris publiquement l'engagement, non respecté d'ailleurs, de porter leur nombre à tant avant telle année? Il était logique qu'ils multiplient le nombre des diplômés notaire. Il y a fort longtemps que nous constatons qu'ils font cela sans offrir les débouchés, ce que Tarrade à reconnu le 8 octobre devant la commission en ces termes incroyables; "je reconnais que la profession n'a pas respecté ses engagements". Ne vous êtes-vous pas laissés endormir et abuser, enfumer et aveugler à la fgcen, sans taper du point sur la table pendant qu'année après année, la supercherie et la situation devenaient toujours plus explosives? Pour ma part, sur ce forum, depuis des années je gueule à ce sujet en parlant d'une concurrence clercs contre diplômés notaires que les premiers ne peuvent pas soutenir (tu n'as d'ailleurs pas cessé de me dire que j'exagère, ici et dans nos échanges privés à ce sujet et je te passe un épisode où, à la fgcen, au ÇA, on m'a cloué en prétendant me démontrer -il s'agissait d'une réclamation électorale jamais instruite d'ailleurs - que les notaires salariés sont des salariés comme les autres). Je gueulais d'autant plus ici que le phénomène est encore plus sensible dans nos trois départements qu'ailleurs. Là, on est bien dans la mouise et le résultat est que les clercs habilités ou non vont devoir faire non plus de la place mais la place aux diplômés notaire. Dire qu'ils sont "libres" de foutre le camp c'est ajouter au cynisme du CSN qui fait du chantage au licenciement depuis un article des ÉCHOS du 3 décembre 2013. Il vaut mieux que Lost et beaucoup d'autres ne pigent pas de quoi il retourne car ils le reprocheraient autant à nous qu'aux notaires. Je leur donnerais en partie raison. Ce que je dis est truffé de raccourcis et d'injustices pour les camarades qui ont traité ces sujets, ils sont brillants, je le dis sans ironie; mais roulés. Moi qui n'ai travaillé que 18 mois dans le notariat depuis septembre 2010, tu comprendras que je sois pour le moins furieux contre le notariat au moins. Parce que de toute évidence il gère son évolution sur le dos des clercs, se foutant de leur gueule en plus, en les enrôlant dans la Grande Armée etc.
Montre moi que la fgcen à été réactive pendant que les études se remplissaient de notaires en oeufs. Et je m'écrase. Moi je te prouve le contraire; explique moi pourquoi, juste avant que la bagarre se déclare sur Macron, notre syndicat propose par écrit au CSN de faire un C zéro? De l'aveu même des copains, c'étaient pour une solution temporaire à un problème temporaire. C'était tard réagir et immédiatement suivi d'un enrôlement syndical dans la grande armée, une double bourde énorme, un double mur du c.o.n.
Mettre tout ceci plus le reste sur le dos de l'Europe c'est faire un effet de mode peu original.

RWM a écrit:
C'est un parti pris très obtus

C'est tout? Je ne le pense pas, je viens de te dire que je regarde au contraire les choses avec un point de vue assez aiguë.

RWM a écrit:
et, à mon humble avis, sans aucune vision européenne, de développement du notariat sous toutes ses formes. Ton montage intellectuel corporatiste n'est assis que sur du sable...


Çà par contre, c'est très habile de ta part. Je suis d'accord. Tu ne me prendras pas en défaut ici. J'ai déjà écrit ici que les croisements capitalistiques et professionnels sont incontournables, que certains notaires ne peuvent qu'approuver Macron ne serait-ce que pour celà. Mais c'est ainsi, en faisant payer le prix de telles évolutions aux seuls petits c.o.n. que l'on précipite leurs votes dans les directions dangereuses que tu sais.

RWM a écrit:
Enfin, les anciens collaborateurs (C.O.N.) ne sont pas abandonnés, dès lors qu'ils se prennent en main, par l'intermédiaire de la formation continue qui, je le rappelle, leur permet d’acquérir des points formations dans certains cas expressément prévus dans la CCN etc.

Merci pour le sparadrap, voir le résultat de l'enquête sur les conditions de travail de la fgcen; même commentée par sb, on voit bien comment les notaires se foutent de la formation des clercs. La raison de cet autre fait, pendant du premier, est simple; qui court deux lièvres? D'un côté des c.o.n. Saupoudrés de stages. Et de l'autre une armée de jeunes dans des circuits de formation supérieure bac plus 8 à prix imbattable. Le choix est vite fait, surtout quand on les tient indéfiniment par couilles ou tétons avec des stages à rallonges, un formatage politico culturel au sang, je ne parle même pas du concours de droit local qui permet de faire durer le plaisir. Un sujet local dont toi et tes vieux amis dits "parisiens" ne veulent, pour la pluprt, pas entendre parler.


RWM a écrit:
Cette conduite d'un virage de la formation professionnelle dans le notariat, ne pouvait pas prévoir, une ruée vers la formation d'innombrables diplômés-notaire dont les stagiaires envahissent aujourd'hui nos offices notariaux et études, au détriment de l'évolution de carrière de la cléricature professionnelle traditionnelle et indispensable. C'est le système des stages obligatoires de formation en interne à la branche, qui est la cause principale de la situation actuelle.

C'est toi qui le dit; vous, à la fgcen nous n'avez pas pu prévoir... Ça ne tient pas, je t'ai dit pourquoi.

RWM a écrit:
Conclusion : Je ne déclare nullement forfait vis à vis de lost94,

C'est vrai, je l'admets, je force le trait. Je vais en rajouter; tu fais pire, tu l'encourages à se reconvertir. Moi je dis aux collègues de défendre leurs emplois.

RWM a écrit:
ayant déjà répondu par ailleurs à un questionnement identique quelle que soit l'expérience (et quel réel contenu de cette expérience?) dans le notariat.

Il n'est pas acceptable, Camarade, que l'on dise aux collègues de se reconvertir avant même d'avoir rien fait de sérieux pour défendre leurs emplois ni en amont, ni maintenant. Avoir fait monter NS après Lestard sur les planches à la République voici un an jour pour jour, n'était pas la manière de corriger ce tir. Je suis désolé mais puisque la Basoche s'est mobilisée dans la Grande Armée, qu'elle le reste mais pour son compte.

RWM a écrit:
Pour la suite de ta prose syndicale, j'aimerais que tu ais la correction primaire de supprimer les noms propres, ainsi que cela est expressément demandé à tous les utilisateurs de notre forum.

Je ne comprends toujours pas pourquoi tu prétends me faire censurer le nom des camarades lorsqu'on le reproduit comme il se doit, avec leurs écrits publics, signés de leurs mains, et publiés par la fgcen dans des feuilles avec dépôt légal en bonne et due forme. Surtout sur un forum tenu pour le même syndicat fgcen au nom duquel ces camarades s'exprimaient dans des écrits dont leur syndicat n'assumeraient plus tout d'un coup la paternité. C'est un procédé de révision de l'histoire digne des soviets.  Exiger de moi que je retire ces noms revient à un triple reniement; de leurs propos par leurs auteurs, par leur syndicat et finalement de leurs auteurs par leur syndicat. Je vais réfléchir cette nuit mais sans vouloir blasphémer, il n'est pas donné à tout le monde d'annoncer à n'importe qui son triple reniement avant le chant du coq.
Si tu décides de censurer ce message, merci de le garder en sauvegarde puis de me l'adresser, n'ayant aucun moyen de le conserver moi même à cet instant.

RWM a écrit:
Syndicalement dévoué.

Je connais ton dévouement et tu connais le mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Débat syndical   Jeu 17 Sep 2015 - 16:24

Bonjour Carrérond,
Nous ne sommes pas d'accord... mais comme tu n'es plus syndiqué à la FGCEN-FO je ne souhaite pas poursuivre le débat avoir toi ici. C'est totalement inutile d'instruire ceux qui ne veulent pas comprendre une démarche de normalisation européenne, demandée en son temps, par l’Éducation Nationale française au Notariat français. Sans cette démarche initiée par la FGCEN-FO, le notariat n'aurait plus du tout de diplômes spécifiques (BTSN, CQP comptable et formaliste, par exemple) et nous serions rattachés à la branche de l'immobilier... Tout simplement.
Serait-ce mieux pour nos salariés?
Syndicalement dévoué à ma profession.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carrérond



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Jeu 17 Sep 2015 - 17:24

Bonjour RWM,
Je suis d'accord avec beaucoup de ce que tu écris. J'ai du vous tirer les vers du nez pour le comprendre, votre cheminement intellectuel. Autant tapisser un tunnel de ver de terre qu'essayer de vous suivre dans vos méandres.
N'empêche que vous êtes roulés et les clercs qui le paient ne peuvent se contenter de vos savants calculs étoilés sur fond bleu pour voir un ciel clair et un peu mieux l'horizon quotidiennement, demain.
Est-ce si difficile de faire reconnaître aux notaires qu'ils ne tiennent pas non plus leurs engageants envers leurs collaborateurs? Le député Houillon a fait dire plus encore à Me Tarrade le 8 octobre dernier.
Ne me fais pas dire que je suis anti européen.
J'ai trop de respect pour toi et pour d'autres camarades - peu nombreux - pour continuer à asséner mes (petits) coups de boutoir sur un navire en cale sèche dont les armatures intellectuelle,  morale, psychique, juridique et même physique, j'en passe, sont devenues visibles comme sur le plan d'un modèle réduit. Il manque des pièces et tout l'équipage.
Si ton message est un appel du pied pour que je revienne au bercail et que je me pointe au congrès, je te préviens que c'est peine perdue. Nous verrons après, selon ce qui sortira de ce congrès.
Sur les quatre du 67 qui vont s'y pointer, trois sont à dégager à coups de pompes. Carrément, parce que potables comme amis, ils valent zéro comme syndicalistes. C'est ta génération qui a fabriqué cela et comme je te l'ai déjà dit, vous êtes la première qui parte sans laisser le relais syndical et professionnel.
J'espère que vous ferez quelque chose du 4ème et que vous l'accueillerez et le formerez.
C'est ahurissant de voir que des syndicalistes allant jusqu'à mettre en avant leur dévouement syndical "pour leur profession" lorsqu'on les pousse un peu dans leurs retranchements sur un sujet tel que la formation, négligent à ce point la formation syndicale dans leurs propres rang.
J'ai dit ici une petite part de ce que j'aurais dit au congrès
Le reste, je le dirai peut-être ailleurs.
Je termine en te disant que je suis adhérent FO à l'UD 67.
J'ai plus de chances d'y être entendu, toi et une poignée d'autres mis à part.
A plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pepita



Nombre de messages : 1072
Date d'inscription : 06/09/2007

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Jeu 17 Sep 2015 - 21:06



vous m'épuisez les amis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Jeu 17 Sep 2015 - 22:45

Bonjour pepita,
Heureusement pour toi, tu n'es pas obligée de nous lire (lol).
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blabla Premier



Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 09/11/2014

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Jeu 17 Sep 2015 - 23:21

Slu les Amis,
Pour nous ça va, la clique.
On se partage le boulot vu qu'on est autant que de saisons.
Sommes au blabla ce que Vivaldi fut à ces dernières.
Le premier boit et parle, le second prend des notes approximatives, le troisième les résume et les passe au quatrième qui les dicte au premier, lequel les écrit sur le forum tout en parlant au second en trinquant avec lui, c'est ainsi que ld génie alsacien se propage et c'est une affaire qui tourne.
Je vous embrasse bien de ma Nalsace et je bois un coup de Pinot blanc avec une demi douzaine d'escargots à votre santé.
La clique est irréductible! drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Point de vue sur la formation des militants syndicaux   Jeu 17 Sep 2015 - 23:29

Bonsoir Carrérond,
N'ayant pas une longue expérience syndicale Force Ouvrière dans le notariat, il t'es très aisé de tout critiquer en bloc, sans chercher à analyser les faits à fond. Tu es un véritable "moi-je", et j'aimerais bien connaître ici, au vu et au su de tous nos utilisateurs, l'inventaire de tes "prouesses syndicales nationales". Cela ne devrait pas te prendre trop de temps (lol).
Pour ma part et avec mes camarades de l'époque, j'ai essayé de faire de mon mieux, dans l'intérêt bien compris de tous les salariés qu'ils soient syndiqués ou non, notamment en négociant 3 conventions collectives de suite et en siégeant dans la formation continue durant près d'un quart de siècle. Je ne cherche pas les honneurs, seulement la reconnaissance d'un modeste travail accompli, même s'il n'est pas parfait. J'estime qu'avec l'évolution générale en France, tout est perfectible à condition de militer réellement et de ne pas se contenter de payer une cotisation syndicale dans une UD, alors qu'il existe encore un syndicat de la branche.
Si nous n'avons pas pu passer le flambeau syndical, c'est tout simplement parce que depuis 15 ans environ, il n'y a pratiquement plus de militants prêts à s'engager sur le terrain, avec tous les risques professionnels que cela comporte aujourd'hui, face à des notaires qui n'ont pratiquement jamais été salarié ou seulement durant quelques brèves années, stage compris.
Pourquoi crois-tu que nous négocions encore actuellement et en intersyndicale cette fois, une nouvelle rédaction de l'article 34 de notre CCN du Notariat?
Durant ces 15 dernières années, lorsque la Fédération organisait des stages de formation syndicale (syndicalisation, expression écrite et orale, trésorerie etc.) les stages étaient régulièrement annulés faute d'inscrits. Que pouvions-nous faire, concrètement pour faire venir des militants complètement indemnisés de leurs frais de séjour?
Enfin, sois rassuré, je ne souhaite pas que tu viennes foutre la pagaille dans un congrès où tu n'es pas invité, du fait que tu ne cotises plus dans le syndicat organisateur. Tu t'es exclu tout seul, c'est ton choix et je le respecte.
Un peu de décence syndicale, s'il te plait et vas te faire entendre où tu veux, surtout, fiches-nous la paix ici avec tes horribles blablas interminables.
Enfin, si tu avais le courage et la volonté de te bouger ailleurs qu'en Alsace, tu aurais certainement pu reprendre un travail depuis longtemps...
Syndicalement déçu de ton comportement de plus en plus désagréable.


Dernière édition par RWM le Ven 18 Sep 2015 - 0:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Jeu 17 Sep 2015 - 23:53

Vache! Six minutes pour répondre, fort RWM!
Je ne me prends pas au sérieux.
Mon passage rapide à la Fgcen m'a fait comprendre, vite, que je ne suis pas doué pour la culture hors sol.
Sur le terrain, ici, dans notre syndicat il n'y a pas grand monde qui puisse me donner des leçons de courage et d'engagement syndical.
Même pas un ancien chef de groupement maintenant pdt d'honneur à vie de l'Inafon que tu as côtoyé de près. Il tourne tout à volonté, la veste, le dos, à son avantage. Ce sont ces gens qui ont sabordé le syndicalisme des clercs.
Tant qu'il en restera un seul aux manettes, il n'y aura rien à espérer.
Ma brève carrière syndicale ne m'a procuré aucun avantage d'aucune sorte.
Les dynasties et les baronnies syndicales ainsi que les ego démesurés, c'est mort.
C’est en grande partie de cela que la fgcen crève.
Faites ce que vous avez à faire au congrès.
Vous avez mes encouragements sincères.
Moi je reste ici, à l'UD 67, de base.
Bien à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pepita



Nombre de messages : 1072
Date d'inscription : 06/09/2007

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Ven 18 Sep 2015 - 8:56



cher rwm, tu te doutes que je ne me prive pas de ne pas lire lorsque les longueurs s'affichent sur mon écran,
la pépita n'est pas réputée patiente Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carrérond



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Ven 18 Sep 2015 - 20:11

RWM dans le sujet \"Recherche d'un stage dans le cadre d'un BTS NOTARIAT le Lun 14 Sep 2015 - 16:59 a écrit:

Bonjour Carrérond et sa clique,
Selon Wikipédia le psychonautisme est un néologisme, regroupant les « navigateurs de l'âme » et leur doctrine, signifiant à la fois une méthode pour analyser les effets subjectifs des états modifiés de conscience (obtenus avec des substances psychotropes ou bien même avec des méthodes naturelles) et en même temps, une recherche de paradigme dans lequel le chercheur trouve un moyen d'explorer l'existence, d'enrichir l'expérience humaine comme de trouver des réponses aux questions religieuses.
Bien évidemment je ne prétends à rien de tout ça.
Il ne suffit pas de dire et affirmer urbi et orbi que l'on va bien dans sa tête, lorsque manifestement on a des troubles du comportement comme c'est ton cas sur ce forum dont tu te sers comme d'un exutoire, que cela soit lié, ou non, à l'absorption de substances psychotropes ou simplement d'alcool courant.
Si certains utilisateurs n'osent pas te le dire, je pense sincèrement utile de te l'écrire ici. Comme toute chose, la "connerie" a ses limites et ce qui était plaisant un temps, devient à force, très très désagréable, voire insultant à l'égard de la gent syndicale.
Je t'ai déjà menacé de te bannir et tes troubles comportementaux répétitifs sur ce forum, vont me faire "passer à l'acte". Dans ton état, même si tu ne veux pas l'admettre un seul instant, je doute de plus en plus de ta capacité à rebondir professionnellement, sans une aide extérieure appropriée. Et je ne plaisante pas! Pour ma part j'abandonne la partie, ne souhaitant pas essuyer de reproches, suite à une quelconque forme de recommandation ou simplement d'indication auprès de qui que ce soit.
Désolé, mais j'ai fait de mon mieux... sans résultat.


Bonjour,

Ce message m'avait échappé. Il est désolant.

Je ne pensais pas aux psychonautes dont tu parles mais à ta propension à poser un diagnostic médical sur internet, me concernant; ce n'est pas la première fois mais peu importe. Tu te trompes. Ce n'est pas grave.

Ce qui m'ennuie davantage, c'est qu'après tes tendances au révisionnisme historique qui te poussent à me demander régulièrement de censurer le nom de camarades quand je les cite, au bas d'articles qu'ils ont pourtant signés et publiés dans des journaux de la fgen-fo, voici maintenant que tu voudrais pratiquer la psychiatrie répressive, autre grande mode soviétique.

En ce qui concerne l'agacement que je suscite à coup sur ici, j'observe que personne ou presque ne l'a exprimé aussi brutalement que toi, en me parlant de délire etc.  Ceci étant, c'est ta patience que je sollicite le plus, c'est tout à fait vrai mais c'est aussi à ton intelligence que je fais appel.

En ce qui concerne maintenant les camarades qui se sentiraient insultés par mes propos, je n'en crois rien. Même si mes propos sont parfois brutaux, c'est un fait.  S'il y a des offensés, qu'ils se manifestent; la clique verra au cas par cas, si elle s'excuse ou fait un bras d'honneur.

Car de mon point de vue, ce qui est énorme et insupportable, c'est la magie par laquelle les mêmes syndicalistes qui se sentiraient insultés, ont réussi à mobiliser toute la Basoche avec un kit de communication du CSN dont ils revendiquent et recommandent parfois ouvertement l'usage, sur des slogans tels que la "Grande Armée du Notariat" ou dans ma région - dans mon département la mainmise des notaires sur les syndicalistes a été d'un niveau spectaculaire - "les cigognes alsaciennes ne veulent pas être les dindons de cette farce".
C'est une insulte à un principe de base de FO ; l'indépendance syndicale.
En tant que militant FO, même de base, j'ai parfaitement le droit de le dire et même de l'écrire, je le pense.

A Pépita qui en a marre de nous lire et ne supporte pas ces longueurs, ce qu'elle nous a écrit hier soir et je comprends son impatience, je dirais ceci;
il est tout à fait impossible de démonter en deux mots et trois lignes, une mécanique infernale qui nous a conduits dans une impasse telle qu'un mouvement anti Macron où, tous syndicats confondus, les clercs ont été enrégimentés. Pour quels résultats ? Salaire 0, habilitation supprimée, je passe sur la mcen et un chantage aux licenciements qui n'a pas cessé pendant des mois.

C'est effectivement inutile que je m'invite pour redire à ce congrès 2015, ce que j'ai déjà respectivement fait et dit lors de la première assemblée générale du syndicat national fgcen fo, où j'ai taxé ouvertement la manifestation du 17 septembre 2014 de jour de honte pour notre syndicat.
Personne ne m'y a insulté pour autant, malgré d'autres propos qui n'étaient pas moins virulents: on m'a même répondu très calmement, poliment même, que mon point de vue est "respectable mais minoritaire".

Je pense toujours ce que j'ai dit alors sans ménagement et publiquement - presque seul d'ailleurs, je m'en souviens RWM - en présence du secrétaire de la FEC FO d'ailleurs. Même si je suis maintenant seul à le redire, je ne crois pas que ceci suffise, RWM, pour me traiter de cinglé.  D'ailleurs je crois que tu partages toujours ce point de vue sur ces manifestations. Il s'agit simplement de mettre en accord tes pensées, tes paroles et tes actes.

Mais en voilà effectivement assez. A ma manière, je pense avoir contribué, sur ce forum, à la préparation de ce congrès 2015. S'il entend et tient compte un peu de tout ce que j'y ai écrit, outrancièrement parfois je l'admets volontiers, j'en serai déjà bien content.

J'attends pour voir.

Cordialement toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carrérond



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Mer 14 Oct 2015 - 20:30

Bonsoir,

Je réponds ici à cette partie du message de Valou, passé dans le sujet "MCEN : petite question" aujourd'hui 14 octobre 2015 à 0 H 21, à savoir :

".../...Bref, j'étais syndiqué à la fgcen depuis 6 ou 7 ans et cela a cessé l'an dernier lorsque le syndicat, au bénéfice de la dissolution de la section nord pas de calais a, pour je ne sais quel motif, cessé de prélever ma cotisation. Lorsque je m'en suis rendu compte, mon syndicat venait de nous appeler à soutenir les notaires face à Macron et, je l'avoue, j'étais très en colère ! Je ne comprends toujours pas cette position ! Du coup je n'ai pas renouvelé mon adhésion. C'est aussi simple que ça."

Tout d'abord, pardon Valou de t'avoir répondu au masculin, dans mon autre message de ce matin, répondant dans le sujet MCEN... à la partie de ta question concernant justement la MCEN. Tu es une Dame, pardon, comme 85 % des clercs et employés de notaire; mes excuses.

Ensuite merci, je ne m'attendais pas à un tel message que je trouve fort intéressant, au lendemain du congrès de la fgcen fo! Je crois que beaucoup de clercs et employés de notaire se posent le genre de question que tu poses à travers ce message.

Je vais tâcher de répondre sans polémique inutile, à tes propos disant ta colère et ton incompréhension devant la position de soutien de notre syndicat aux notaires; un soutien que tu ne comprends toujours pas, et une colère qui expliquerait donc que tu ne t'es plus syndiquée à la fgcen fo depuis.

J'ai relu plusieurs de tes messages sur ce forum et je constate que tu avais déjà exprimé ce point de vue sur le positionnement de la fgcen fo dans le mouvement anti macron en septembre 2014.
Tu es presque seule à avoir exprimé un tel point de vue ici.
RWM et moi, nous étions seuls à répercuter à l'assemblée générale de la fgcen fo d'octobre 2014, la position indiscutablement minoritaire des clercs et employés de notaire qui entendaient, comme toi, ne pas se joindre à ce mouvement, du moins dans de telles conditions.
Je dois te dire que ni en 2014, ni en 2015, je n'ai pas pris de carte à la fgcen fo, et ce positionnement de mon syndicat a pesé lourd dans ce choix douloureux.
Pour autant, je suis resté syndiqué FO, et je me suis pas privé de dire parfois sans ménagement, partout, ce que je pensais de ce positionnement de mon syndicat dans cette histoire.
Je n'ai pas hésité à le qualifier de honteux devant l'assemblée général de la fgcen fo d'octobre 2014 à laquelle j'ai pu participer je ne sais par la magie de je ne sais quel désordre, celui que tu évoques en parlant de ta cotisation 2014 je pense.

Maintenant Valou, te retirer entièrement du syndicalisme et ne plus prendre part au débat, c'est rejoindre le troupeau des 98% de clercs et employés non syndiqués, à la fgcen fo en tout cas.
De mon point de vue, c'est totalement irresponsable.
Si tu es attachée à FO, syndicat historique et majoritaire dans la basoche, ce en quoi je te donne à cent pour cent raison, je pense au contraire qu'il faut rester dans ses lignes.
Maintenant, ce que tu racontes sur les cotisations et la "dissolution de la section" chez toi etc., montre que tu ne t'es pas intéressée de très près à la fin des syndicats départementaux de clercs FO, à l'agonie partout lorsqu'enfin la fgcen s'est décidée, le dos au mur, à rassembler ses dernières forces dans un syndicat national.

Ce n'est pas ici l'endroit ni le moment de t'expliquer, pour autant que je le puisse entièrement, ce qui s'est exactement produit lors de ce pénible passage au syndicat national.
En fouillant dans ce forum tu trouveras des messages qui montrent que ceci n'est pas allé sans quelques contorsions ni frottements parfois rugueux.
Je ne vais pas m'étendre, mais je pense avoir assisté à tout ceci d'assez près pour avoir une opinion valable sur le sujet.
En revanche, je peux te donner une indication sur ce que je pense aujourd'hui, à savoir que ce mouvement qui nous a conduit à faire ce syndicat national est inachevé.
Au risque de me prendre une nouvelle volée de bois vert - mais je m'en moque car je n'ai pas peur du pluralisme syndical que prône d'ailleurs FO - je vais t'indiquer un lien internet illustrant mon propos.

http://snpj-cfdt.fr/

Avec un double message de ma part.

1/ Nous avons pris quelques longueurs de retard dans un mouvement qui doit conduire à un syndicalisme national FO d'un secteur juridique, celui des professions juridiques et judiciaires; ce mouvement est engagé aussi à FO je le pense, mais il faut cesser d'y aller en marche arrière maintenant! C'est mon avis, tout milite pour dans les développements actuels légaux, syndicaux, professionnels etc. et les camarades le savent parfaitement.

2/ De tout manière, je le dis pour ceux qui continuent à camper sur le petit rocher, nous n'avons probablement, définitivement, plus les forces pour maintenir notre syndicalisme des clercs de notaire dans son splendide isolement, suicidaire. Ce d'autant que nous avons montré pendant le mouvement anti Macron, tous les signes d'une perte d'indépendance syndicale, scandaleuse pour un syndicat FO, cette centrale faisant de l'indépendance syndicale la pierre angulaire de tout son édifice.

Tout ceci n'a pas pu échapper à notre camarade Serge LEGAGNOA, secrétaire générale de la FEC FO, présent au congrès de la FGCEN FO du WE dernier, si j'en crois les photos publiées ici et là.
Du moins j'ose encore l'espérer.

Amie Valou, si tu veux prendre part à ces débats très importants pour l'avenir des clercs et employés de notaire et peut-être même pour l'existence même de ta profession de clerc de notaire en tant que telle, il est grand temps de revenir dans ton syndicat FO. Ce ne sont pas les petits problèmes d'intendance que tu évoques, pour trouver les tarifs de cotisation et l'adresse où envoyer ton chèque qui devrait t'arrêter.
Sinon ma chère, tu auras beau protester que ton syndicat se soit à ce point fourvoyé, en particulier depuis le 17 septembre 2014, ton avis ne sera bientôt pas, plus, jamais, nulle part, entendu.

Cordialement.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Exit les syndicats FO et Enter le syndicat national   Lun 19 Oct 2015 - 23:39

Bonsoir Valou

Ta question posée improprement dans le sujet "MCEN : petite question" de ce forum le 14 octobre 2015 ainsi libellée :
"... Bref, j'étais syndiquée à la FGCEN depuis 6 ou 7 ans et cela a cessé l'an dernier lorsque le syndicat, au bénéfice de la dissolution de la section nord pas de calais a, pour je ne sais quel motif, cessé de prélever ma cotisation. Lorsque je m'en suis rendu compte, mon syndicat venait de nous appeler à soutenir les notaires face à Macron et, je l'avoue, j'étais très en colère ! Je ne comprends toujours pas cette position ! Du coup je n'ai pas renouvelé mon adhésion. C'est aussi simple que ça."

Ma réponse : Il n'est point besoin d'être un grand juriste, pour comprendre qu'un syndicat départemental dissout, ne peut plus effectuer d'appels de cotisations et encore moins prélever quoique ce soit. Par contre, je sais qu'un courrier avec une nouvelle demande d'affiliation et d'autorisation de prélèvement a été adressé à tous les adhérents ayant opté pour ce mode de paiement de leurs cotisations syndicales. Donc c'est volontairement que tu n'y as pas répondu... et non par suite d'une erreur matérielle de la FGCEN-FO.

Concernant ta déception, à propos de l'accompagnement apporté aux notaires dans leur lutte contre la loi MACRON, par la FGCEN-FO, je me suis largement exprimé sur ce sujet dans ce forum, pour ne pas rabâcher. Merci de te reporter au bon sujet. Pour bien comprendre une décision d'une organisation syndicale, rien ne vaut mieux que de participer activement à la vie de cette organisation syndicale et ne pas se contenter seulement d'adhérer financièrement... C'est ça le militantisme!

Bien cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carrérond



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: la fgcen "en résistance" dans la semi clandestinité?   Mer 4 Nov 2015 - 17:44

Bonjour,
Vous trouverez sur l'excellent site de la fgcen un lien via l'espace adhérent vers le rapport moral et les résolutions du dernier congrès de la fgcen en octobre 2015.
En attendant de pouvoir les lire dans un prochain numéro de la Basoche qu'un des innombrables syndiqués de la fgcen fo voudra bien vous prêter, vous pouvez toujours vous rafraîchir la mémoire en lisant d'anciennes résolutions qui parlent d'une autre époque...
http://www.fecfo.fr/IMG/pdf/NOTAIRES-14.pdf
Je suis toujours aussi pressé de goûter le jus de ce congrès 2015 bien que j'en sache déjà à peu près assez.
Maintenant si quelqu'un a ces textes et ose les publier ici sans craindre les foudres  de tout pdt de fait ou de droit susceptible de s'y opposer, ce serait bien.
De savoir ce que la fgcen fo a encore en tête dans ses hautes sphères campées sur son Rocher.
Bonnes lectures, mes amitiés à toutes et à tous.
Sans ironie et sans acrimonie, mais de plus en plus perplexe, le mot est faible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Pourquoi il faut prendre notre part aux négociations   Lun 9 Nov 2015 - 21:45

Deux articles, à rapprocher, pour bien comprendre, ce qui se trame, autour des salariés, y compris ceux du notariat :

Un article paru dans LIAISONS SOCIALES MAGAZINE n°164 de septembre 2015 sous la plume de Me Isabelle TARAUD avocate.

FAIRE MAIGRIR LE CODE DU TRAVAIL, ne réduira pas le contentieux

Définir de grands principes dont la mise en œuvre serait négociée dans les entreprises… Les positions défendues dans Le Travail et la Loi par Robert BADINTER et Antoine LYON-CAEN génèrent de vifs débats. La CFDT s’y dit ouverte. Tout comme le patronat, qui y voit un appui manifeste à sa revendication d’un Code du travail subsidiaire et simplifié à l’extrême. Le gouvernement, lui, a salué une source d’inspiration pour la commission COMBREXELLE, chargée d’un rapport sur la place de la négociation collective dans le droit du travail. De nombreux praticiens s’alarment des risques d’un amaigrissement drastique d’un Code du travail trop vite qualifié d’ « obèse » et dont l’embonpoint pris ces dernières années découle avant tout des mesures de flexibilité obtenues par les employeurs. Quelques principes énoncés de manière simplissime ne règlent rien aux situations de terrain auxquelles se confrontent employeurs et salariés. Dans un contexte de subordination économique et juridique, le droit doit restaurer l’équilibre de la relation du travail qui, intrinsèquement, ne sera jamais un rapport d’égalité.
Renvoyer vers les accords c’est peut-être faire maigrir le Code, mais c’est aussi multiplier en cascade les règles de droit. Leur volume global n’en sera qu’accru et complexifié. Le droit du travail, lui, découlera d’une multitude d’accords disparates à la rédaction trop souvent hasardeuse, s’empilant en différents étages (branche, groupe, entreprises, établissements), subissant les évolutions des structures des sociétés, et tributaire de l’inévitable interprétation des juges en cas de conflits, qui ne manqueront pas de se développer. La responsabilité des entreprises n’en sera qu’amplifiée, pour avoir non seulement mal appliqué mais encore mal rédigé les règles. Quant aux salariés ils n’y verront pas plus clair, en changeant de droit du travail à chaque nouvel employeur… Gare au frein à la mobilité et aux enjeux de la concurrence entre les groupes !
Un droit du travail à géométrie variable ne peut être un progrès. D’autant qu’il faudra aussi traiter d’une autre articulation de normes posant des questions tout aussi essentielles et sensibles : celle entre l’accord collectif et le contrat de travail…

Et une dépêche parue ce jour (9 novembre 2015) dans JurisClasseur - Actualités

Réforme du droit du travail : les principales orientations retenues par le Gouvernement

La ministre du Travail a présenté le 4 novembre au Premier ministre, qui les a validées, les orientations qu'elle a retenues pour la réforme du Code du travail, un projet de loi devant être déposé au Parlement début 2016 (JCP S 2015, act. 402).
• Créer une dynamique de la négociation collective. - Si les concertations menées ont mis en lumière les inconvénients à prévoir une durée limitée de quatre pour tous les accords d'entreprise et de branche, elles ont aussi révélées la nécessité d'éviter des « accords dormants » jamais renégociés et, par ailleurs, impossibles à dénoncer ou réviser. Il faut pour l'exécutif recréer « une véritable dynamique de négociation », ce qui suppose de :
- systématiser des clauses de revoyure dans les accords d'entreprise et les accords de branche, et obliger les accords à fixer d'emblée leur durée (déterminée ou non) ;
- simplifier les règles de révision et de dénonciation des accords. Une mission sera confiée en ce sens au Professeur Jean-François CESARO;
- sécuriser la nature et la portée des accords de groupe.
Au-delà, il convient pour le Gouvernement d'étendre le principe de l'accord majoritaire.
• Refonder le Code du travail. - Celui-ci sera réécrit « de manière claire, accessible à tous, pour chaque chapitre et sur la base d'une architecture nouvelle qui reposera sur trois niveaux distincts » :
- Un premier niveau : celui de l'ordre public social auquel aucun accord ne peut déroger (par exemple, le SMIC, la durée légale du travail).
- Un deuxième niveau : constitué par le domaine ouvert à la négociation et définissant l'articulation la plus pertinente entre la branche et l'entreprise - la loi déterminant le champ de l'ordre public conventionnel de branche.
- Un troisième niveau : constitué par les dispositions applicables en l'absence d'accord d'entreprise et d'accord de branche.
Confirmation a été donnée par la ministre qu'il n'y aura pas d'inversion de la hiérarchie des normes.
Une mission des Sages sera constituée dès novembre pour définir des principes fondamentaux du droit du travail. Présidée par Robert BADINTER, elle proposera au Gouvernement d'ici janvier 2016 ceux qui seront intégrés au projet de loi pour guider les travaux de réécriture du code. Réécriture qui aura lieu en deux ans et sera confiée à la mission, élargie à des personnalités qualifiées. Mais sans attendre, le Gouvernement fait le choix de réécrire dès le projet de loi la partie essentielle du Code du travail consacrée à la durée du travail, au repos et aux congés.
• Autres axes d'évolution. - Comme annoncé dans la feuille de route de la Conférence sociale du 19 octobre 2015, l'exécutif souhaite réduire le nombre de branches professionnelles à 200 d'ici à trois ans et à terme à 100, contre environ 700 aujourd'hui. Outre le renforcement des branches professionnelles, des dispositions seront prises pour  mieux prendre en compte les particularités des TPE et des PME.

Sources : Min. Trav., 4 nov. 2015, dossier de presse

Ndlr : Un simple conseil, syndiquez-vous d’urgence afin de participer concrètement à l’édification raisonnable et socialement équitable de cette volonté de grand chambardement des règles actuelles de droit du travail, sinon vous risquez un réveil très difficile. Ce n’est que mon point de vue… de retraité militant syndical FO.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Réforme du Code du Travail   Jeu 12 Nov 2015 - 16:46

L’éditorial de Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force Ouvrière, daté du jeudi 12 novembre 2015

Code du travail : la vigilance s’impose

Le Premier ministre et la ministre du Travail ont dévoilé leurs intentions en matière de Code du travail et de négociation collective.
Si le principe de la hiérarchie des normes est confirmé – ce que nous demandions –, il faudra être très vigilant sur la suite car nombre d’ambiguïtés demeurent. Il ne faudrait pas que ce principe soit comme le tableau de Magritte où est dessinée une pipe avec comme légende : « Ceci n’est pas une pipe ».
Rien, en effet, ne garantit pleinement l’articulation des différents niveaux de négociation et le contenu même du Code du travail. Ainsi, si la branche doit demain jouer un rôle moteur (ce qui suppose une diminution du nombre actuel de branches), comment peut-on écrire qu’il y aurait des dispositions supplétives applicables en cas d’absence d’accord d’entreprise ou de branche ?
Par ailleurs, où est passé l’ordre public absolu, celui auquel on ne peut pas déroger, en plus ou en moins ?
Pourquoi précipiter les choses en matière de durée du travail et de congés ? S’il n’est pas question de remettre en cause la durée légale, s’agit-il de permettre de nouvelles dérogations sur un thème où elles sont déjà nombreuses ?
L’exemple donné par le Premier ministre (permettre, par accord d’entreprise majoritaire, de travailler 46 heures hebdomadaires douze semaines de suite) est de ce point de vue révélateur. Si ce n’est pas autorisé aujourd’hui (sauf accord de branche et décret), c’est pour protéger la santé des travailleurs.
Par ailleurs, quatre missions vont être mises en place, dont l’une doit terminer ses travaux en 2018.
Le dossier n’est donc qu’entrouvert, et la vigilance comme la méfiance s’imposent.

La résistance aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: La politique et le syndicalisme FORCE OUVRIERE   Sam 19 Déc 2015 - 13:50

ILS NOUS ONT ENTENDUS !!!!

« La politique ne pourra plus se pratiquer comme auparavant ! Le message des électeurs nous est parvenu !! » Etc… etc…
Mais dès le lendemain, les travailleurs retombent dans la dure réalité de cette politique conduite, avec l’annonce de 1400 postes supprimés à la SNCF, un « coup de pouce » au SMIC qui ne sera pas donné et l’annonce par le 1er Ministre pour la énième fois que les Français « revendiquent des réformes ». Et vas-y que je remets la « gomme » sur la contre-réforme Touraine et sa destruction programmée de l’hôpital, et vas-y que je remets sur le tapis les contre-réformes Macron, et vas-y que je remets au goût du jour les contre-réformes conduisant à la volonté des patrons et du gouvernement de faire disparaître le code du travail pour mieux licencier et inverser les normes ! Et vas-y que je relance la mécanique de « réforme » du collège alors que 14 organisations s’y opposent.
Mais il ne faut pas parler de ces choses qui fâchent, ce serait ringard et dépassé dans un contexte où « l’unité nationale » aurait également décidé d’intégrer le syndicalisme. D’aucuns y sont déjà entrés mais l’indépendance de notre organisation doit conduire à ce que nous nous exprimions librement pour porter ce que les travailleurs pensent. On essaie sans doute de nous museler avec cette « unité nationale » et l’état d’urgence. Ils n’y parviendront pas, car leur pacte de responsabilité, leur règle d’or, leur règle de non dépassement de 3% du déficit budgétaire, leurs contre-réformes destructrices portent les germes de l’austérité, du chômage, de la remise en cause des acquis du conseil national de la résistance, des avancées sociales considérables de 1936 et de 1945.
Alors résistons et poursuivons nos actions en toute indépendance.
(Communiqué de l'URIF FORCE OUVRIÈRE à Paris, le 17 décembre 2015)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Sam 5 Mar 2016 - 1:13

Communiqué de Force Ouvrière du 3 mars 2016

FO célèbre le 8 mars 2016, journée internationale des droits des femmes

Cette journée du 8 mars 2016, journée internationale des droits des femmes, est l’occasion de rappeler l’engagement quotidien de Force Ouvrière en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.
Cette année FO axera la journée sur des thématiques qui touchent particulièrement les femmes salariées : sexisme, violence, homophobie.
Fruit du groupe de travail du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes auquel Force Ouvrière a participé, le code du travail dispose désormais que « Nul ne doit subir d’agissement sexiste, défini comme tout agissement lié au sexe d’une personne, ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant. ». Désormais, ce thème ne devra plus être éludé et les outils pour lutter contre devront être étudiés.
Le paroxysme du sexisme étant la violence faite aux femmes, ce thème sera examiné plus en profondeur au cours de cette journée.
Enfin, Force Ouvrière rappellera son combat contre l’homophobie.

ndlr. Pour liloo, voilà aussi à quoi ça sert une organisation syndicale de salariés!


Dernière édition par RWM le Sam 5 Mar 2016 - 2:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Réforme du code du travail   Sam 5 Mar 2016 - 1:23

Communiqué CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL du 3 mars 2016

Réforme du code du travail : Il y a urgence à se mobiliser !

Le projet de loi visant à réformer le droit du travail constitue une régression sociale que nous n’acceptons pas.
Les principes qui fondent les garanties collectives sont remis en cause, les licenciements facilités et les indemnités prud’homales plafonnées. Ce projet de loi prévoit des procédures de décisions dans les entreprises et établissements qui placent les salarié(e)s sous la menace et le chantage à l’emploi. Il vise à remettre en cause l’égalité de droit et de traitement en abandonnant le niveau national de négociation et en contournant les syndicats. Il mettrait en place d’autres dispositions porteuses de régressions : temps de travail, apprentissage, formation professionnelle...
Le chômage atteint un niveau record, la pauvreté explose et, pour la première fois depuis l’après-guerre, l’espérance de vie recule. Précariser le salariat, faciliter les licenciements ne créent pas d’emploi comme le démontrent les politiques menées depuis plusieurs décennies.
N’acceptant pas que la société promise aux jeunes soit celle de la précarité, nos organisations portent d’autres exigences en termes d’emploi, de temps de travail de formation, de protection sociale et de conditions de travail.
Chacune de nos organisations développera ses propositions.
Aujourd’hui le mécontentement est réel et s’intensifie. Il se matérialise par des luttes dans les entreprises, le secteur public et les lieux d’études. Il revêt aussi un caractère intergénérationnel avec la mobilisation des jeunes et celle des retraité-es.
En ce sens, les mobilisations annoncées le 9 mars constituent un rendez-vous important qu’il convient de réussir.
Le mouvement social s’étend. Une imposante majorité considère que le projet de réforme du code du travail est une menace pour les salarié(e)s et ne créera pas d’emplois. Nous le pensons aussi !
Les premières réactions syndicales et citoyennes ont contraint le gouvernement à un premier recul. Mais ni le changement de date, ni le changement de titre ne rendent ce projet acceptable.
Le 31 mars, les salarié(e)s, les privé(e)s d’emplois, les jeunes, les retraité(e)s ont toutes les raisons de se mobiliser ensemble, par toutes les formes, y compris par la grève et les manifestations sur tout le territoire, pour obtenir le retrait du projet de loi de réforme du code du travail, et pour l’obtention de nouveaux droits, synonymes de progrès social, pour gagner aussi une autre répartition des richesses dans une société solidaire.
Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL réunies ce jour, invitent l’ensemble les salarié(e)s, les jeunes, les retraité(e)s, les privé(e)s d’emploi à s’inscrire dans les mobilisations.
Montreuil, le 3 mars 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Mobilisation syndicale du 9 mars 2016   Jeu 10 Mar 2016 - 11:41

Communiqué de Force Ouvrière du 9 mars 2016

9 mars 2016 : première mobilisation réussie


Les manifestations pour le retrait du projet de loi « travail » ont rassemblé sur l’ensemble du territoire 400 000 étudiants, lycéens et salariés, ce qui est un succès.
Il appartient maintenant au gouvernement de prendre conscience du rejet de son projet et d’en tirer les conséquences.
Pour ce qui la concerne, Force Ouvrière entend maintenir la pression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Se syndiquer   Aujourd'hui à 5:24

Revenir en haut Aller en bas
 
Se syndiquer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Se syndiquer
» SE SYNDIQUER
» [Qst] Delegue du perso !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALARIES DU NOTARIAT :: FGCEN :: DROIT SYNDICAL-
Sauter vers: