SALARIES DU NOTARIAT

Forum des salariés du notariat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Se syndiquer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Salariés du notariat et syndicalisme   Lun 18 Avr 2016 - 17:24

Bonjour Marzolf et compagnie.

Je te cite :
« Toujours tes mêmes fichues méthodes... Il me semble qu'il y a plus de lecteurs qui ont critiqué certains aspects de ton style et de tes réponses sur ce forum que les miennes. Il suffit de remonter un peu le temps et de fouiller dans de vieilles pages; j'y reviendrai plus loin mais sache que je me range aux côtés de certains de tes détracteurs sur certains aspects de tes communications dénotant une rigidité d'esprit peu ordinaire. Elle fait ta force et ta faiblesse. »

Ma réaction :
Mes « fichues méthodes », comme tu les appelles, sont surtout ordonnées et classées, afin d’être aisément retrouvées, dans un forum qui comporte maintenant beaucoup d’échanges. La critique est aisée, mais l’art est difficile ! Pour preuve, tu implorais autrefois, de l’ordre dans les sujets et j’ai du trouver un camarade (autre que toi) pour parvenir à un classement des sujets… Donc je n’ai que faire de tes critiques, puisque tu es incapable de faire mieux que moi en matière d’ordre et de classement des sujets abordés ici.

Je te cite :
"Tu ne supportes pas que l'on s'en prenne à tes petits camarades bien que tu saches qu'il s'en trouverait l'un où l'autre "égaré" au sein de notre syndicat, pour son plus grand malheur; c'est un avis venant syndicalement de très haut et que tu connais bien mieux que moi."

Ma réaction :
Je suis critique avec discernement, et pas systématiquement et gratuitement comme toi. Si encore tu pouvais être un camarade exemplaire, je le comprendrais, mais ton exemplarité a uniquement consisté à quitter le navire au milieu de la première tempête... C’est loin d’être un brillant exploit. Donc ton crédit syndical de « donneur de leçons » est plutôt très mince.

Je te cite :
"Je n'ai pas répondu à côté à FRANIE, mais à ma manière, déroutante sans doute, mais pas du tout hors sujet."

Ma réaction :
C’est un peu trop facile, de qualifier ta manière, de déroutante, quand tout le monde à compris que c’est en fait du n’importe quoi.

Je te cite :
"Il est hors de question que j'aille cacher mes propos dans un recoin du forum chaque fois que j'ai à parler du "mal interne", pour reprendre ta très curieuse formulation.
Il n'y a pas de maladies honteuses mon grand, et notre "maladie" concerne avant tout la Basoche car c'est de SON syndicat qu'il s'agit."


Ma réaction :
C’est en dispersant ton venin anti Fédé, n’importe où, dans tes messages laissés ça et là dans ce forum, comme des excréments dans la nature, que tu les rends totalement illisibles par le commun des utilisateurs de ce forum. Tu es en fait à notre syndicalisme, ce que le chancre mou est aux maladies sexuellement transmissibles : une maladie honteuse.

Je te cite :
"Je fais la charité à nos camarades en effet de ne pas répéter ce que j'ai entendu la dessus au sommet de la fgcen. On ne peut pas dire que ces questions au cœur de l'actualité ont beaucoup fait cogiter nos chefs syndicaux... Au sujet précisément de la réorientation des fonds vers les chômeurs et les jeunes sans diplôme, réorientation vers ceux qui ont le plus besoin donc, qui aurait pour effet d'assécher en partie les ressources de notre Inafon par exemple -c'est sans doute vrai - mais qui est une nécessité.
Sujet important, donc, évoqué par, RWM, mais à qui tu préfères servir la soupe sur pôle emploi et ses vilains conseillers plutôt que de creuser...
Qu'est ce que j'ai entendu comme conneries au congrès fgcen d'octobre 2014, jusqu'à une charge contre l'éducation nationale particulièrement idiote, et que nos copains FO de l'éducation nationale n'auraient pas goûtée.
En un mot ce serait un scandale d'orienter des fonds vers les jeunes en difficulté, l’Éducation Nationale n'a qu'à faire son boulot."


Ma réaction :
Ton inculture en matière de formation professionnelle continue est telle, que tu ne fais même pas la différence entre une association organisatrice de stages de formation professionnelle continue (INAFON) et un organisme collecteur des fonds de la formation professionnelle continue (ACTALIANS dans le notariat). Avant toute chose, tu ferais bien mieux de te documenter sérieusement sur ce qui est légalement possible, au lieu de blablater n’importe comment. En fait tu as pris beaucoup de retard intellectuel sur le sujet.

Je te cite :
"Nous avons un ancien président de la fgcen, vieux de la vieille, toujours président "d'honneur" à vie d'Inafon. J’adore les présidents à vie. Celui-ci m'a claqué sa démission du syndicat et même de FO sous le pif le jour où je prenais la présidence du syndicat du 67. Je ne vous ai pas beaucoup entendus dénoncer ce comportement non plus à la fgcen, dans le petit carré qui tient la boutique depuis trop longtemps, boit des coups dans les arrières boutiques planquées derrière les stands du congrès des notaires, et s'auto congratule dans les cocktails etc.
Vous avez trop de mauvaises habitudes dont celle de vous auto machiner et de vous coopter et de vous reproduire entre vous. Et vous vous en prenez en revanche à des petits cons comme moi qui ont le toupet de vous interpeller de front. Très courageux, surtout que vous les faites fuir, ce qui est pour la relève (cf ton style sur ce forum que beaucoup t'ont déjà reproché vertement, pour ma part si je ne suscite pas de franches sympathies, on ne m'a guère houspillé ici, toi mis à part; tout le monde à pigé que je ne me prends pas au sérieux, moi). Le résultat? Un syndicat qui sent le noyau rance, le noyautage par le notariat au moyen de sergents recruteurs de la grande armée du notariat, et le rance de la naphtaline d'autrefois. À celle-ci, la Grande Armée, et à ces derniers, les sergents, oui, je veux casser le moral, c'est exact."


Ma réaction :
Tu peux toujours critiquer « l’histoire » de la FGCEN et de certains de ses anciens présidents. Avec tes états de services syndicaux, tes critiques et tes leçons de comportement syndical, tombent complètement à plat. Venant de ta part, c’est complètement minable. En fait tu n’es qu’un vil profiteur, au lieu de mettre les mains dans le cambouis afin de remplacer ceux qui ne demandent qu’à partir, à condition qu’une vraie relève montre le bout de son nez. La faute n’est pas forcément chez ceux qui se maintiennent en place,  mais surtout chez ceux qui, comme toi, ne veulent pas assumer les responsabilités d’une reprise en main des affaires syndicales…

Je te cite :
"Autre chose qui ne change guère, c'est l'effondrement de nos effectifs de syndiqués, je ne pense pas me tromper. Je pense que l'on s'en accommode fort bien ici ou là. Un des effets pervers de la loi d'août 2008 sur la représentativité est de permettre aux syndicats de se passer de militants et même d'adhérents,  comme les partis politiques. Puisqu'on vote, etc. La gangrène et la perversion qui consistent à utiliser les armes de la démocratie pour la miner de l'intérieur… on s'en donne de la peine pour mettre un peu d'ambiance pendant que la Basoche s'enfonce, elle aussi mais couchée, ramollie et sans voix, dans sa nuit."

Ma réaction :
A l’heure du congrès d’une grande centrale syndicale française, je t’invite tout simplement, à rechercher toutes les raisons de l’effondrement des effectifs des syndicats en général. Pourquoi la FGCEN échapperait-elle à ce mal sociétal d'aujourd'hui ?

Voilà ce que j’ai à dire très simplement et sans phraséologie pédante, sur le syndicalisme d’aujourd’hui.

Bien cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flozram



Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 06/01/2015

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Lun 18 Avr 2016 - 22:47

Bonsoir, RWM, selon l'usage et avec le style légèrement ampoulé convenant parfois aux hautes tribunes je t'adresse le salut fraternel des camarades de la clique à Blabla et de son misérable chef, j'ai nommé Marzolf,

Je ne te ferai pas le reproche de tes outrances, étant moi même adepte du genre et ami des rabelaisiens. Libre à toi d'entretenir des guerres de micro collines du haut du "Rocher" où l'on s'accroche de manière toujours dévouée et désintéressée; je n'en doute pas.

En tout cas le vernis commence à être craquelé, ce qui ajoute à ta patine. Il ne tombera pas, les matériaux choisis par les notaires sont de premier choix et hors de prix.

A propos, tu viens tout de même sur un terrain glissant en me traitant de profiteur. j'espère que tu t'en rends compte. C'est donner crédit à un vieux reproche généralement infondé, celui des syndicalistes qui rechercheraient des avantages de leurs engagements etc... Dans mon cas, tu frises le ridicule. Je dis bien dans mon cas mais je ne voudrais pas trop te prendre aux défauts de la cuirasse, cher ami.

En tout cas, un lecteur un peu attentif et curieux de ce forum n'aura aucun mal à y trouver pas mal des ingrédients qui font de la soupe syndicale un brouet dégueulasse dont plus personne ne veut.

Pour ce qui est de me faire la leçon depuis ta tourelle et tes arcs de triomphes syndicaux, tu repasseras. En région parisienne, vous êtes tellement inexistants qu'il vous est arrivé de ne pas trouver vingt zozos pour monter une liste pour les élections du comité mixte.

Je ne me fais toutefois pas trop de soucis pour vous autres; il ne vous faut qu'une poignée de gusses pour vous remplacer et vous les trouverez. Le problème c'est qu'il faut vous ressembler et ceci, moi je m'y refuse.

Je suis parti en effet - ouf! - mais je te signale que je vous ai envoyé un client à la place, et bien choisi... On ça voir si vous allez mieux vous occuper de lui que de moi, vu que probablement il rentre mieux dans votre vieux moule.

Je termine avec ton forum dont tu tiens surtout à garder la clé du coffre à jouets. C'est ton hobby. Tu as sans doute eu des propositions d'aide que tu aurais refusée je crois. Ton forum est bien, utile, mais c'est un vieux machin, j'allais dire comme toi. Tu n'as aucune chance d'exister durablement sur la toile avec ce genre de machins.

J'ajoute en voyant certains conseils que tu donnes ici, que souvent, avec toi, dans la vraie vie les choses ne se passent pas tout à fait comme tu dis. Par exemple à l'AG d'octobre 2014, je t'ai trouvé pas très courageux.

En résumé, si tu parlais à tes camarades avec le courage dont tu fais preuve en face de moi dans ton dernier message, le syndicat n'en serait pas là. Pour l'instant c'est couchés! à la niche les potiches! Désolé ce n'est pas mon truc.

Amicalement toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Débat syndical : des hauts et des des bas   Mar 19 Avr 2016 - 0:55

Bonsoir Marzolf et Cie,
Comme à ton habitude, malgré sept citations de ta prose, toutes suivies de "réactions" de ma part, tu n'en retiens qu'une seule... Étonnant, non? Pour un agitateur d'idées et uniquement agitateur d'idées, je trouve ça un peu court. Mais soit. Je suis obligé de constater que tu ne connais qu'un seul sens au mot "profiteur", celui relatif à l'argent. Or sachant que tu ne fais pas dans ce genre de profits, j'attire ton attention sur le fait que je considère que, tu n'as de cesse que de rechercher le profit ou la gloire de ton passage météoritique dans le syndicalisme notarial. En effet, il n'y a plus un seul post de ta part sur ce "vieux machin" (sic) de forum, où tu ne profites pas de déverser ton fiel sur tel ou tel membre ou action de notre syndicat. Si ce n'est pas être un "profiteur" de ce forum syndical, qu'est-ce que c'est?
Désolé, si je reste dans le concret et l'utile pour tous nos collègues, à la recherche d'informations essentiellement en droit du travail, mais tes blablas sont de plus en plus vides de renseignements et perspectives d'avenir pour une majorité de salariés du notariat qui voudraient encore croire au "syndicalisme ouvrier".
Dont-acte.
Syndicalement très déçu, d'avoir cru un temps en toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carrérond



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: A la tête de la fgcen, un carré fermé presque impénétrable..   Mar 19 Avr 2016 - 2:54

RWM,

Tes propos me laissent de marbre.

Pour ce qui te concerne, je ne suis pas déçu. Mes premières contributions sur ce forum concernent le "militantisme", un mot que je n'aime pas car il est connoté péjorativement dans l'esprit de beaucoup. A voir le taux de militantisme syndical, ces connotations l'emportent largement sur le sens. Tu ne m'as pas vraiment fait changer d'avis la dessus, au contraire. Le peu que j'ai vu de l'intérieur suffit à me faire mieux comprendre pourquoi les gens se détournent à ce point des syndicats. Ils ont en partie raison; leur seul tort est de ne pas rentrer néanmoins dans leurs syndicats pour faire en sorte qu'ils restent leurs. Ceci étant je comprends vraiment leur relative paresse. C'est qu'il faut se coltiner des gens roués et parfois franchement malhonnêtes - pas qu'intellectuellement - pour appliquer un tel programme! Après tout, autant les laisser entre eux, faire tic tac comme une petite mécanique d'horlogerie dans son petit boîtier fermé étanchément.

Il n'y a pas que la compétence et le désintéressement qui feraient les bons militants. Il y aussi les motivations profondes. Je manque peut-être de compétences, sans doute, mais votre programme de recrutement exigera sans doute aussi que l'on ait un diplôme de notaire et quarante ans de je ne sais quoi en bonne compagnie pour être adoubé, plus des références visées par le  CSN, et puis quoi encore! Je n'ai rien d'autre que moi à offrir, et je me tape de ce que, clairement, vous n'en vouliez pas. Je me souviens d'une conversation avec toi, qui tournait autour de tout ceci, que nous avons eue en 2010 à la cantine de la crpcen. Je t'y disais que mes motivations sont saines. Je savais déjà à l'époque que, pour certains d'entre nous, il y avait un sacré problème de ce côté. Je me basais sur des observations locales, effrayantes, et ne pensais pas que la gangrène avait déjà gagné tellement de terrain. Elle te gagne.

En effet, en me parlant ainsi, tu défends finalement par esprit de corps ou de caste, des choses et des gens syndicalement indéfendables. Tu veux passer la Grande Armée du Notariat, par pertes et profits?! Jamais! C'est impardonnable. Mais ce sera bien vu, c'est ton choix; il faut croire que tu as encore besoin de l'être, bien vu et choisi. Je ne veux pas savoir pourquoi tu le fais. Nul doute en tout cas que, en lisant tes derniers messages, certains se diront qu'on a enfin réglé son compte à ces crétins de la clique à Blabla, et encore de quelle belle manière! Avec l'aide de son meilleur poteau dans la boutique!
Vous vous foutez le doigt dans l'oeil; il n'est pas venu le crétin qui me fera taire. D'autant que j'ai de moins en moins à perdre dans le notariat. Le plus à craindre serait que je me mette à parler vraiment hors des murs et de tout contrôle. Pour l'instant, c'est blabla plus en moins en famille. Le propre des pires idiots est de se fabriquer un maximum d'ennemis. Tu me répondras que c'est ce que j'ai fait dans notre syndicat - un peu sur ton modèle, tu n'y as pas que des amis - et qu'il ne me reste plus qu'à m'en trouver dehors?! Soit, mais au moins, il y aura un peu d'air frais et je n'aurai pas à me les fabriquer: je serai donc moins idiot sans vous que parmi.

En ce qui me concerne personnellement, tes accusations de gloriole sont à nouveau grotesques. Tout le monde sait ma situation et je ne vois pas de quelle gloriole tu jactes. Si vous n'êtes plus foutus de défendre les camarades jusqu'au bout et de repérer ceux qui se montrent exceptionnellement combatifs, puis d'en faire quelque chose, et si vous tolérez qu'on mette en black liste vos "militants" etc., alors c'est qu'il est temps pour vous de faire autre chose. Vous ne comprenez pas qu'ayant gagné mon double petit procès grâce à vous, je ne vous remerce pas matin et soir et je continue à ouvrir mon claque merde! Cela fait au moins vingt ans que vous assistez, impuissants, à votre propre dégringolade. Elle est en partie inévitable... Mais j'ai la nette impression que vous avez accéléré dans la descente. Combien de gens comme moi avez vous écoeurés? Combien en avez-vous ainsi endormis, calmés, formatés? Ah! Les vieux principaux! disparus du paysage, mais pourquoi donc s'il vous plaît? Dévoués à leurs Patrons au point de courir sur ordre, droit vers la falaise, pour vous précipiter; pires que les pires moutons de Panurge. On aura donc un encadrement de diplômés notaire et notaires salariés à votre place, et finalement, on gagne peut-être au change... Finissons-en. Faites vous donc Hara Kiri une bonne fois pour toutes mais laissez enfin leur syndicat aux clercs. Je dis bien aux clercs.

En attendant, RWM, continue donc à chercher d'autres gens qui se lancent à corps perdu dans la bagarre comme je l'ai fait. Il te reste encore un peu de temps, on en trouve, des clercs combatifs. Garde un peu de ce temps pour te demander pourquoi j'ai presque fini par me braquer davantage contre vous que contre certains de mes pires "patrons". Ceci évitera peut-être de refaire encore et encore certaines erreurs avec des "nouveaux". Sans bien s'en rendre compte, ils peuvent gêner des petits barons syndicaux locaux ou non et là, il faut éviter certains réflexes de fermeture et d'étroitesse d'esprit du passé. Je vais t'en dire l'une, de ces raisons; je crois que certains d'entre ceux qui se promènent avec la même carte syndicale que moi dans leur poche, sont encore pires que nos pires patrons. Je déteste les gens veules, lâches et serviles.

Pour le reste, tu veux vraiment que je réponde à tes petits points alignés comme des petits pois sous la table du banquet? Des pipes d'un stand de tir? T'es un bon poteau, fidèle et plein d'esprit, ce que j'aime, mais t'es emmerdant que c'en est pas possible - tu me battrais presque - et pour tout dire, tu es parfois très c.o.n. de base. Ceci non plus, je ne te le reproche pas car, dans ce domaine surtout, la clique à Blabla Premier se trouve exprès en Majesté. Toi, ceci t'échappe... Autrement dit, tu dérapes. Et cela m'inquiète.

Je n'achète pas du tout ta pirouette ratée autour du mot profiteur. Je pense que tu me reproches de m'être "exclu moi même" et de ne plus avoir cotisé dès l'année de mon procès gagné en appel. Tu es amer. Pourquoi ne pas le dire? Je sais que beaucoup agissent ainsi, c'est triste et frustrant en effet... A ceci je te réponds tout de même que je paie ma cotisation à l'UD FO  67 depuis 2014. Je ne vois pas pourquoi je la paierais à la fgcen vu l'étendue de nos désaccords et surtout, le mépris grossier et l'incompréhension, manifestes et significatifs, qu'en suscite l'expression initialement modérée, puis de moins en moins aimable c'est vrai.
Minoritaire ok, ignoré à ce point non, c'est anormal et signe d'un défaut de vie démocratique dans la boutique. Mais je ne vois pas en quoi tout ceci m'interdirait de parler de vous ici ou ailleurs, ni de vous parler. Tu en serais personnellement gêné, me dit-on? Je ne vous oblige, toi comme tous, ni à me lire, ni à me répondre. Libre à toi de m'ignorer voir de m'imposer le silence ici.

Tant que je peux, je parle librement et j'écris de même. Par exception, tu pourras répondre à ce post en donnant libre cour à ta verve, c'est contraire aux délicates règles de l'hospitalité, mais tu auras ainsi le dernier mot chez Toi car je ne répondrais pas. Je crois que j'ai bien vidé mon sac mais que tu as, toi, encore un peu de fiel en stock.

Quadruple révérence de chacun des quatre membres de ma clique, de gueux et de goliard, de merdeux et d'ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flozram



Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 06/01/2015

MessageSujet: Grosse ficelle électorale   Ven 20 Mai 2016 - 18:34

Bonjour!
Il semble que en haut lieu, on prend chouia la mesure des difficultés et des protestations causées par cette "hérésie totale" qu'est la suppression brutale de l'habilitation. Vous trouverez sans doute assez vite ici ce qui vient d'être pondu à ce sujet pour arrêter le couperet dans sa chute sur la tête de la basoche.
Ce que vous ne trouverez pas ici en revanche, c'est le remarquable et pour tout dire excellent torchon tracté par l'intersyndicale. Ces artistes nous refont, c'était couru d'avance, le même coup que lors des précédentes élections crpcen. S'y attribuant le mérite - dans leur tract claironnant - des actions et mobilisations de tout un chacun, et comptant sur la dispersion des voix entre leurs étiquettes syndicales et la notre, ils capitalisent une nouvelle fois le mécontentement sans avoir pratiquement le moindre militant ni la moindre présence sur le terrain. Un vrai tour de bonneteau. Comment? Ce tract bien léché et parfait, un boulot de pro..., en dernière minute pendant le vote, une campagne électorale habile, à la "vois vas vote". Ce coup ci, cela se voit comme le nez au milieu de la bobine et l'épuisette en plein dans la baignoire, la pêche à la lampe torche ou à la dynamite, les cinq doigts de la sinistra dans le pot quoi!
Une nouvelle leçon de choses à la fgcen dont il y a fort à parier que, par sa naïveté et son honnêteté, elle perde encore du terrain. Trop technique, pas assez politique, les mêmes causes plus notre dégringolade des adhésions qui continue, devraient produire les mêmes effets.
J'espère me gourer, et j'espère qu'on va enfin relever le gant! Dans l'immédiat répondre à ce tract qui relève de la ficelle électorale, non? Mais si! Ils sont malins... Très malins et bien adossés et drivés à et par leurs centrales pendant que nous, sur notre petit Rocher loué peinard, eh peuchère! comme un ilot au milieu de nulle part... N'est-ce-pas? Le confort endort. Curieux que ce soit pas venu à la surface, un truc m'échappe ici. Des fois je crois rêver.
Verdict le 30 je crois, mais pour moi c'est plié. Sicépasec! une "reconquête" (sic) serait à la pêche aux voix ce que la pêche miraculeuse fut au poisson (pas sec).
Bref.
J'enrage de ne pouvoir voter, étant chômeur de longue durée et donc rayé des listes... C'est un autre sujet mais... Je trouve dégueulasse qu'un chômeur non en poste à bonne date mais ayant encore des droits - ce n'est plus mon cas ...- ne puisse voter. Je me trompe? On s'en fiche, je sais... De toute façon, sur ce sujet plus que tout autre, mes écrits, propos, réclamations électorales même polies et en bonnes et dues formes vont direct poubelle.  Enfin... Du moment que je peux encore l'ouvrir, comme mon poisson rouge dans son bocal syndical.
La cfdt de rebelote aux manettes? Pourquoi pas... Et "dix" de der...  Je vous attends sur le sujet liquidation retraite dès l'an prochain.
Au revoir!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Revendication de retrait du projet de loi travail   Lun 23 Mai 2016 - 13:16

DÉCLARATION DE LA COMMISSION
EXÉCUTIVE CONFÉDÉRALE

Réunie à Paris le 19 mai 2016, la Commission Exécutive de FORCE OUVRIÈRE réaffirme la revendication de retrait du projet de loi travail.

En rupture avec le principe républicain d’égalité de droit, avec l’inversion de la hiérarchie des normes , ce projet est rétrograde et s’inscrit dans une réduction de la couverture conventionnelle des salariés et un développement du dumping social dans une logique à contre-sens du progrès social et économique.

D’autres points, comme le recours au référendum qui court-circuite les syndicats, la médecine du travail ou les licenciements, ne sont pas acceptables.

Depuis plus de 2 mois, et après avoir largement alerté, FORCE OUVRIÈRE dénonce ce projet.

Quelques reculs dus aux mobilisations ont eu lieu, mais ils sont nettement insuffisants.

Refusé par une majorité de français, sans majorité à l’assemblée – ce qui a conduit au déni de démocratie du 49-3 – non soumis à référendum, ce projet de loi est largement rejeté.

Face à l’endurcissement des pouvoirs publics, FO ne renoncera pas à opposer le progrès social au conformisme économique néolibéral, continuera à dénoncer toutes formes de violence et prendra toutes ses responsabilités pour préserver la démocratie, la liberté d’expression et la liberté de manifestation.

Après plusieurs semaines de mobilisation, à un niveau élevé, la Commission Exécutive appelle ses structures à soutenir les assemblées générales, les grèves et arrêts de travail et décide un renforcement de la mobilisation en s’inscrivant dans une manifestation nationale interprofessionnelle en juin, avec appel à une journée de grève interprofessionnelle.

Elle invite les Organisations Syndicales réclamant le retrait du projet de loi à s’y associer.

Adoptée à l’unanimité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Informations syndicales   Ven 3 Juin 2016 - 13:43

Voici un exemple d'INFORMATIONS SYNDICALES, seulement accessibles aux syndiqués. Non-syndiqués, qu'attendez-vous pour nous rejoindre? :

Loi travail : les Sénateurs en rajoutent :

En commission des affaires sociales, les représentants de la chambre haute ont adopté un amendement qui réinstaure les 39 heures. Ils ont fait d'autres gros aménagements à l'article 2 tant décrié.
"La loi fixe toujours la durée légale du travail à 35 heures par semaine (...) (or) la durée du travail des salariés employés à temps plein en France demeure parmi les plus faibles des pays européens avec une durée annuelle moyenne de 1536 heures contre 1580 heures en Allemagne ou 1637 heures au Royaume-Uni".  
Pour les pourfendeurs des 35 heures, la comparaison avec nos voisins européens est un grand classique. Et les sénateurs auteurs de l'amendement qui vient d'être adopté en commission des affaires sociales, qui fixe à nouveau la durée légale à 39 heures, ne s'en donc sont pas privés.  
L'amendement (à l'article 2) voté par leurs soins en commission des affaires sociales laisse à l'accord d'entreprise ou à défaut de branche, le soin de fixer la durée de référence à temps plein. "A défaut d'accord, cette durée serait fixée à 39 heures hebdomadaires ou 1790 heures en cas d'annualisation du temps de travail", indiquent-ils. Et "les conditions de maintien de la rémunération mensuelle des salariés qui effectuaient des heures supplémentaires régulières avant la date de promulgation de la présente loi" seraient fixées par décret.  
Temps partiel
Exit aussi les 24 heures minimum de temps partiel. Car les sénateurs ont également voté le fait de confier à la négociation collective d'entreprise ou, à défaut, de branche, le soin de fixer une durée minimale de travail à temps partiel. Mais ce serait facultatif. Les entreprises pourraient "juger que la diversité des profils et des activités exercées ne justifie pas une telle rigidité".  
Forfaits jours dans les PME
Les sénateurs ont également remis dans le projet de loi la possibilité pour les entreprises de moins de 50 salariés de conclure des forfaits jours avec leurs salariés sans accord collectif préalable.  
Le référendum à l'initiative de l'employeur autorisé
Alors que le projet de loi voté par 49.3 à l'Assemblée permet uniquement le référendum d'initiative syndicale pour faire valider un accord, les sénateurs, en commission, ont autorisé le référendum à l'initiative de l'employeur, dans les entreprises de moins de cinquante salariés, pour des projets portant sur l'intégralité des thèmes du code du travail. L'accord serait validé si 2/3 des salariés se prononçaient en sa faveur.  
Toujours dans les entreprises de moins de cinquante salariés, il serait possible, dans celles dépourvues de délégué syndical, de passer un accord avec les institutions représentatives du personnel (délégué du personnel ou comité d'entreprise) sans passer par le dispositif du mandatement. Dans cette hypothèse, les représentants élus du personnel devraient avoir recueilli au moins 30% des suffrages exprimés lors du premier tour des dernières élections professionnelles.  
Que l'accord passe par référendum ou par signature avec des IRP, il devrait être envoyé à la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Dirrecte) pour un contrôle de légalité. Passé un délai de deux mois, il serait réputé approuvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: FORCE OUVRIERE et loi Travail   Ven 8 Juil 2016 - 17:06

DÉCLARATION DE LA COMMISSION
EXÉCUTIVE CONFÉDÉRALE
FORCE OUVRIÈRE

Ennemi du dialogue social l’autoritarisme est aussi une marque d’impuissance, le 49.3 son outil constitutionnel antidémocratique.

La Commission Exécutive dénonce à la fois la méthode (arrogance et rigidité) et le fond du projet de loi.

Un projet multi-minoritaire qui porte atteinte à nombre de droits des salariés, que ce soit en matière de durée du travail, de salaires, du temps partiel, de travail de nuit, de licenciement ou de fragilisation du CDI notamment.

Face à ce que l’on peut qualifier d’imposture sociale, la Commission Exécutive de FORCE OUVRIÈRE appelle ses structures syndicales à maintenir la pression, pendant l’été, sous des formes diverses, dans la détermination et sans violence.

Elle entend également maintenir la pression, par un rendez-vous à la rentrée.

Votée à l’unanimité

Paris, le 7 juillet 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: FO - Prélèvement à la source de l'IR   Ven 23 Sep 2016 - 18:06

Cet article provient du site du syndicat de salariés FO.
On l’avait cru passé aux oubliettes de l’histoire... Le système de prélèvement à la source (PAS) de l’impôt sur le revenu est finalement sur les rails. Son entrée en vigueur est même programmée pour le 1er janvier 2018. Explication critique de l’avant-projet de texte en compagnie de personnels FO des finances publiques (FO-DGIF).
Annoncé par le chef de l’Etat le 14 juin 2015 et présenté en Conseil des ministres le 3 août dernier, le projet PAS sera discuté dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances pour 2017. Pour l’heure l’avant-projet de texte a été transmis au Parlement.
En juillet dernier, Conseil d’Etat avait approuvé le texte mais tout en pointant le problème de confidentialité des données qu’induit le système PAS pour les contribuables. Le mécanisme du prélèvement à la source change il est vrai totalement les modalités de paiement de l’impôt sur le revenu. Une réforme qui porte en elle de multiples complications.
Dès 2018 se plaît cependant à expliquer médiatiquement le gouvernement, les contribuables paieront cet impôt non plus sur les revenus qu’ils ont perçu l’année précédente mais sur les revenus perçus dans l’année. Pas si simple… Et même faux insiste le syndicat FO de la DGFIP (finances publiques).
Ce système PAS qui se fait fort de restaurer le consentement à l’impôt sur le revenu (payé actuellement par moins de la moitié des foyers) et qui vante les mérites d’une prétendue « contemporanéité » entre la perception des revenus et leur imposition joue avec les apparences.
D’abord au plan de cette supposée simplification, le système nécessitera en fait toujours que les contribuables remplissent la traditionnelle déclaration d’impôt sur les revenus qu’ils auront perçus l’année précédente. L’impôt prélevé dans l’année ne sera en effet qu’un acompte qui sera soumis ensuite à des régularisations diverses et variées.
Apparences trompeuses…
« Le calcul du taux fondé sur l’impôt payé en N-2 (par exemple le taux calculé sur la base des impôts payés en 2017 sur les revenus de 2016) pose d’emblée le problème de l’ajustement nécessaire en N+2 (selon notre exemple, au printemps 2019, il faudra faire des ajustements par rapport au prélèvement de 2018) » explique Hélène Fauvel, la secrétaire générale du syndicat FO DGFIP.
« D’autre part nous ne sommes pas certains que la majorité des contribuables ait bien intégré que l’obligation de déclarer en N+1 (par exemple 2019) les revenus perçus en N (donc 2018) perdurerait ». Et le projet PAS comporte bien d’autres difficultés et zones d’ombres. La manière de traiter les crédits ou réductions d’impôts pose ainsi un sérieux problème.
« Le projet de texte est muet sur les conditions dans lesquelles les contribuables en bénéficieront. S’agira-t-il d’une restitution immédiate dès l’avis d’imposition ou en sera-t-il tenu compte dans le taux de prélèvement du contribuable ? »
Pour l’instant note le syndicat FO « il est seulement fait référence au Crédit d’impôt de modernisation de recouvrement (CIMR) destiné à annuler l’avis d’imposition sur les revenus de 2017 ». Le CIMR définit seulement l’année blanche fiscale de 2017.
Prélèvement mensuel sur le salaire
Pour FO-DGFIP qui vient de transmettre ses remarques critiques sur l’avant-projet de texte du PAS à la commission des finances de l’Assemblée nationale, le prélèvement à la source est ainsi « une fausse simplification qui compliquera la vie des contribuables, des chefs d’entreprises et des personnels des finances publiques ».
En pratique, pour les salariés, l’impôt sera directement prélevé sur le salaire. Pour les retraités ce sera sur la pension et pour les chômeurs sur l’allocation. Les indépendants (commerçants, agriculteurs, professions libérales) eux bénéficieront d’un différé de versements…
« Le choix de périodicité des acomptes offerts à certaines catégories de contribuables (agriculteurs, professions libérales…) assortie d’une base de calcul des acomptes différente remet en cause l’égalité républicaine devant l’impôt. En effet, la plupart des salariés feront l’avance de la déduction pour frais professionnels ce qui ne sera pas le cas des autres professions » explique le syndicat FO-DGFIP.
Pour les salariés, c’est donc l’employeur qui procèdera à l’opération de prélèvement mensuel de l’impôt. « Il transmettra les données via la DSN (déclaration sociale nominative) à la DGFIP ce qui suppose que toutes les entreprises utilisent ce canal fin 2017, ce qui n’est pas assuré.
En outre, ce ne sera le cas ni des collectivités territoriales ni de l’Etat pour leurs propres employés. Les risques d’erreurs de rattachement des acomptes et donc de contentieux sont réels » indique Hélène Fauvel.
En ce qui concerne le prélèvement de l’impôt sur le salaire, l’employeur utilisera un coefficient d’imposition propre à chaque salarié.
Ce coefficient sera calculé auparavant par les services fiscaux de la DGFIP (services des finances publiques) sur la base de la déclaration de revenus faite par le foyer fiscal du contribuable.
L’employeur devient collecteur d’impôts
De son côté la DGFIP prélèvera mensuellement (un mois après le prélèvement selon l’avant-projet de texte du projet ; quatre mois au maximum après les prélèvements pour les entreprises de moins de onze salariés) cet impôt sur les comptes bancaires des entreprises.
Par ce système, l’employeur se transforme donc en tiers collecteur d’impôt pour l’Etat conteste FO s’élevant contre le transfert d’une telle mission régalienne vers les employeurs. Cela équivaut en effet à privatiser en partie le recouvrement de l’impôt.
Or rappelle FO-DGFIP, « Il y a un risque réel de perte de recettes fiscales pour l’Etat, en cas de défaillance des entreprises ou de non application du PAS par les entreprises ». Si l’avant-projet de texte a prévu des sanctions contre les entreprises « elles ne rendront l’exercice des poursuites ni plus facile ni plus efficace ».
Pour le gouvernement toutefois, cette réforme est « moderne », « plus simple » pour le contribuable. Cerise sur le gâteau elle contribuerait même à abaisser encore le coût du recouvrement de l’impôt sur le revenu. Faux répond FO.
Un surcroît de travail pour les agents  
« Actuellement, le recouvrement de l’impôt dans sa phase amiable a atteint un tel niveau d’automatisation qu’il n’occupe qu’un petit nombre d’agents, l’essentiel des effectifs se consacre à la phase contentieuse qui ne disparaitra pas avec le prélèvement à la source ».
Le syndicat FO de la DGFIP craint que la mise en place du PAS entraîne « une désorganisation des services par un transfert de charge des SIP (services d’impôt des particuliers) vers les SIE (services d’impôt des entreprises) et cela sans que pour autant de véritables gains de productivité puissent être enregistrés. » Cela pourrait même être le contraire insiste Hélène Fauvel.
« L’appropriation du système générera un surcroît de travail que les effectifs actuels de la DGFIP ne permettront pas d’absorber. Sur ce point, la DGFIP est à ce stade dans l’incapacité de fournir le moindre chiffre. Les personnels devront faire face en effet, à un afflux de demandes émanant des contribuables surtout au moment des régularisations ».
Depuis des mois, la Fédération FO des finances alerte contre les multiples dangers de cette réforme. Ainsi la retenue à la source risque de fragiliser le taux de recouvrement de l’impôt sur le revenu qui est actuellement de près de 98% ».
Selon les statistiques de la DGFIP, le taux de paiement de l’impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux était en effet de 97,40% au 30 juin 2016 contre 97,34% l’an dernier. Le taux de paiement dématérialisé de l’impôt sur le revenu payé en 2015 était quant à lui de 73,6% dont 58,2% de contribuables mensualisés. Quant au taux de paiement des impôts des particuliers émis en 2015 au moment du basculement en mode recouvrement forcé, il était de 96,83%, en hausse de 0,10%.
S’il en était besoin, ces chiffres démontrent que le mode actuel de recouvrement de l’impôt est efficace.
Pour la confédération FO « Le bénéfice réel de la réforme pour le contribuable et l’administration fiscale est en réalité nul alors que les risques sont importants, à la fois en termes de pertes de recettes fiscales, d’augmentation du coût de la collecte de l’impôt, de constitutionnalité liés à la rupture d’égalité entre contribuables mais aussi du point de vue de ses conséquences potentiellement très importantes sur la relation salariale dans le cadre d’un employeur devenant le tiers collecteur ».
Ce dernier problème est si patent qu’il a été soulevé cet été par le Conseil d’Etat.
Le salarié fiscalement transparent face à l’employeur
En effet, l’employeur qui connaît bien sûr le salaire de son employé serait désormais en mesure d’apprécier via le coefficient d’imposition affecté à ce salarié si celui-ci dispose d’autres revenus que son salaire.
Pour en quelque sorte masquer sa situation fiscale globale à son employeur, le salarié pourra demander auprès de l’administration fiscale à bénéficier d’un coefficient d’imposition « neutre ».
Mais souligne FO DGFIP « le taux neutre aura un caractère proportionnel et non pas progressif ce qui imposera dans ce cas un réajustement visant à tenir compte du quotient conjugal et familial ou encore des différentes réductions d’impôts liés à des dons aux œuvre notamment ou encore aux différentes natures de crédits d’impôts ».
Concrètement, cela obligera ce salarié à régulariser ensuite sa situation auprès des services des impôts. Une manœuvre compliquée donc. Plus largement, avec le système PAS la situation fiscale des salariés va devenir transparente aux yeux des employeurs.
Face aux critiques du Conseil d’État, le gouvernement a ajouté au texte un chapitre « confidentialité du taux de prélèvement et non-discrimination ».
Le texte indique ainsi désormais : « Aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement ou de l’accès à un stage ou à une période de formation, aucun salarié ne peut se voir refuser une promotion ou une gratification, être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte » en raison de son taux de prélèvement.
La disposition est censée jouer les garde-fous en contrant de possibles discriminations fiscales de salariés par leurs employeurs. Rien n’est moins sûr.
Pour le syndicat FO-DGFIP, le système de prélèvement à la source va quoi qu’il en soit « déporter sur la revendication salariale une partie de la contestation que nous pouvons constater sur le niveau des impôts et taxes ».
La réforme PAS qui vise à faire croire à un impôt plus juste et réparti de manière plus équitable ne « s’imposait pas ». Pire « elle n’a pas de sens » analyse FO craignant que cette réforme soit en fait « la première étape vers un impôt individuel et proportionnel, cela avec une fusion de l’impôt avec la CSG ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: De la girafe au mulot...   Mer 19 Oct 2016 - 18:16

Bonjour marzolf,
Je te cite à propos d'un nouveau hors sujet, après ta dernière intervention dans le sous-forum "médecine du travail".
" Sur le propos de RWM, mon aimable bâtisseur-censeur, justement le "choix" des citations que j'en fais, moi, t'orientera sur mon jugement -sévère - comme sur l'opinion -sévère - que j'ai pu me faire depuis l'intérieur de notre syndicat. Celui que défend RWM par attachement pour ce qui a été un de ses combats d'une vie et par fidélité, justifiée, pour les nombreux amis et personnes de valeur que l'on peut y trouver. Pour autant, un Syndicat".... ??? Un syndicat dont j'ai pris un bref temps, une présidence départementale un peu comme un putschiste des caraïbes, avant de fréquenter pour l'observer de l'intérieur, son conseil d'administration national; le temps de voir l'ampleur du désastre se mesurant par exemple à l'étalage d'un de ses plus truculents dirigeants - je l'ai un jour statufié en photo sur ce forum - l'étalage régulier, disais-je, d'une presse quotidienne toujours du même bord politique, pendant toutes les réunions ou presque. Et se mesurant surtout surtout, second exemple, par une certaine mauvaise manière de baisser son froc, qui plus est sur ordre car autrement ce peut-être une aimable fantaisie de basochard goliard, respectivement de s'enrôler dans la Grande Armée et de montrer crûment seulement son minable "kikit" (de communication du CSN). Le premier exemple expliquant sans doute le second et vice et versa mais ceci, Blabla premier ne devrait pas non plus le dire."
Tu peux toujours ironiser sur le dos de la girafe (syndicale?) qui broute sur la cime des arbres, car en fait, les quelques syndicalistes qui restent réellement en activité, entretiennent à minima et au ras du sol, un feu en extinction, faute d'une réelle de prise de conscience des difficultés du moment, par la majorité des C.O.N. qui bossent comme des mulots et sans direction visible dans leurs galeries sans lumière...
Décidément tu es toujours aussi "blablatesque" ce qui est loin de faciliter la compréhension de tes propos par le plus grand nombre, dont je fais partie.
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Jeu 20 Oct 2016 - 15:21

Bonjour RWM,

Mon intention n'est pas de t'offenser, ni toi, parce que je connais ton dévouement et ta sincérité, ni aucun de tes "camarades" bien que parfois j'en doute pour l'un ou l'autre.

Tu as toi même parlé de liberté et de "choix" à Lili numéro machin, dans le sujet qu'elle avait choisi pour parler de son K, en lui expliquant que tu ne peux rien faire pour elle puisqu'elle à fait ce "choix" de faire partie des 98 pour cent de C.O.N. Bêlants c'est à dire non syndiqués. Je n'ai fait que te suivre et commenter ton propos sur ce choix qui relève un peu du cynisme quand même. Dès lors, je ne vois pas ce que tu me reproches, côté hors sujet, de cette manière toujours aussi rigide, mécanique et "petite boîte". C'est le caractère assez flagrant des contradictions dans ton propos qui m'ont décidé à revenir faire un tour ici, chez Toi.

Il faudrait, en plus de t'interroger (enfin) sur le sens de ces remarques liminaires, que tu m'expliques en plus une autre chose.

D'un côté tu renvoies systématiquement les nouveaux venus sur ce forum, vers leur "syndic" ou syndicat, non sans leur avoir demandé ou-et-comment ils ont connu ce forum, au motif que ton et mon syndicat aurait les moyens, je ne parle pas de leurs intentions, de traiter les nombreuses réponses que tu obtiens sans doute à cette sempiternelle question.
C'est vrai que si le résultat de vos fines analyses est à l'aune de nos résultats aux dernières élections crpcen, il doit y avoir, une .ouille dans le piano, je maintiendrai.

De l'autre, tu écris que les quelques syndicalistes qui restent, vers lesquels tu renvoies ainsi systématiquement tes nouveaux venus, se contentent de ton propre aveu, d'entretenir quelques braises d'un feu autrefois sacré, entourés de "mulots".
Pour quoi faire? Dans cette une ambiance un peu crépusculaire qui doit soulever l'enthousiasme plus la confiance de la basoche, pardon, je lui fais sans doute moins de tort que toi en foutant systématiquement des coups de pied au cul des rares bêlants anonymes qui se présentent sur ce forum, qu'en donnant depuis en bas jusqu'en haut lieu, l'image dont je te parle.

Tu avoueras que ceci peut perturber même et y compris les esprits déréglés des goliards de la clique à? Blabla.

Je ne les insulte pas, mes collègues, pas plus que Vous, vieux briscards du syndicalisme, mais j'essaie - j'essayais car je n'ai plus l'intention de mettre un peu d'ambiance et de vie ici depuis que tu m'as amputé de ma garde sacrée (Blabla Premier, Carrérond, Flozram, et mes nombreux autres goliards dont tu as cloué le bec dans un de tes rares mouvements d'impatience, par ta censure ici) - de vous secouer un peu d'une certaine torpeur. Dont je tiens certains de nos chefs pour partie responsables.

Encore une fois, mes méthodes sont extrêmement critiquables et mes outrances pénibles. Mais elles n'ont PAS fait leurs preuves, ne faisant que s'essayer, ce qui agace certains de tes camarades. Incapables qu'ils sont, et pour cause, de se trouver une relève. Et aimant davantage parfois comparer le vernis de leurs souliers ou les volutes de leurs cigares avec celui et celles de leurs - nos, la plupart sont retraités - patrons. Et encore, je ne veux plus parler que de ce qui se passe sous la table ou en dessus en l'air, plus du tout de ce qui se passe ouvertement, directement dessus (genre la proposition du CO qui doit te rappeler quelque chose), car ceci me met trop en colère et que d'ailleurs, je n'en sais plus rien. Tant mieux.

Les méthodes et les outrances de nos camarades (la Grande Armée, le CO que je viens d'évoquer, certaines collusions locales aussi, tout aussi honteuses...), ont en revanche fait leurs preuves, elles. Puis-je faire pire, honnêtement?!  En effet, deux pour cent de syndiqués, une ambiance sépulcrale à la fédé dont personne ne pousse plus la porte, c'est toi qui le dit, et je le répète moi, deux élections crpcen perdues coup sur coup - et comment ! - vous faisant même perdre aux dernières la majorité que vous conserviez encore piteusement en 2011 chez les seuls retraités.

Je m'y suis sans doute mal pris, mon Ami, encore à l'instant avec ma plume en forme de marteau piqueur, mais j'ai moins d'expérience que vous autres, pour parler. Et pour faire taire aussi, les "voix discordantes". Pour écrire, quoi que tu puisses en dire, et pour réfléchir librement, ça va.

Alors, j'ajoute spécialement pour Liloo, que je suis cruel, certes, mais je ne dézingue pas. Si Lili machin à un peu de jugeote, elle saura me lire et sortir ce qu'il faut de mon blabla. Aussi bien que toi. C'est peut être la surprise de se faire dézinguer comme tu dis, le truc ou le déclic qui fera la différence. Il faut tout essayer puisque les discours si raisonnables et proprets n'ont plus aucun effet sur la basoche, décérébrée et au tapis comme une grenouille de labo. Des années d'une certaine bonne intelligence et de méthodes trop policées avec les notaires ont conduit à un résultat syndical navrant. Je le répète, et ce n'est pas une plaisanterie, il faudrait se rappeler de ce que furent les goliards et savoir se montrer parfois, impertinents, revendicatifs, voir mal élevés, grossiers, abusifs et irrespectueux. Tout cela, plus tout le reste dont Lili machin nous parle du côté des notaires, à travers son témoignage très embarrassant parce qu'anonyme et seulement vraissemblable. Ça ne suffit pas, je le répète aussi, et je me prends le droit de le dire parce que, je le rappelle, j'ai peut-être ouvert la gueule sous des noms d'emprunt ici (Blabla, Carrérond, Flozram), mais je l'ai surtout fait des années durant sous mon vrai nom. Il y a quelques bip d'enfoirés comme dirait Coluche, des "syndicalistes" ne risquant d'ailleurs plus rien, qui feraient bien d'en prendre de la graine. De cette leçon de courage. En l'occurrence ici, soyons honnête, on m'a un peu forcé la main en cour de route pour continuer sous mon nom. Pas au début. Farpaitement.

J'ajoute encore que, quand bien même ils seraient 98 pour cent - je ne ne le crois pas - j'emmerderais les couards, qu'il n'est jamais trop tard pour bien faire cependant, et que si les notaires préfèrent bosser avec des gens veules, lâches et serviles, s'ils choisissent de les formater ainsi de surcroît, c'est finalement tant pis pour leurs gueules car c'est en fait à eux qu'ils font ainsi le plus de tort. Là je vous parle de "management", comme dirait RWM. En répétant aussi que la plupart de nos "dirigeants" syndicaux se foutent de ces questions comme de l'an quarante. J'en suis convaincu et cela mérite aussi d'être dit. Vulgairement dit, ils ne se sentent plus pisser car les instances leur ont un peu confié une partie de l'ingénierie sociale; quand je vous dit qu'ils sont malins, parce que figurez vous que c'est en partie la cause de notre chute finale.

Une drôle d'année pour les clercs aussi, ça, l'an quarante; leurs les nos patrons ont été brillants à cette époque prospère où notre caisse commençait à fonctionner, mais c'est une autre histoire. Tiens Liloo, tu t'es déjà demandé quand, comment et pourquoi "notre" caisse à commencé à fonctionner? Tu t'en fiches puisqu'on a le régime local, mais en fait tu n'en sais rien. Non? Une maille à l'endroit, une pas, et puis layette, après il n'y a plus qu'à mettre le bébé dedans. Une chose après l'autre, tu vois? Ca s'appelle de l'agit prop, et depuis que les notaires ont fait potes avec le PCC et son petit livre rouge sang, ils devraient respecter le gauchisme un peu Mao de la clique à Blablo. Liloo, s'il faut distribuer des baffes et des coups de pieds au cul, et même dézinguer, ben il faut le faire aussi. T'es pas d'accord? Je sens qu'au lieu d'une boîte de  bredala en rêve à Noël, je vais me ramasser grave une raclée direct en live.

Oui, c'est trop long, mais ça faisait longtemps, et puis j'emmerderais aussi les rabats joie pour faire bonne mesure, salut les C.O.N.

pig
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Surcharge de travail et notariat...   Jeu 20 Oct 2016 - 17:56

Bonjour marzolf,
Dans une explication, quelle qu'elle soit, si l'on souhaite bien se faire comprendre, l'intérêt premier est de faire bref. Ça, je sais que tu ne sais pas faire!
Ainsi, j'ai précisément écrit ceci à lili2011 en lui parlant de sa "surcharge de travail" :
"Qu'y pouvons-nous? De toute évidence, pas grand-chose dans la mesure où tu n'es visiblement pas syndiquée...". Plus loin je lui indiquais de saisir le médecin du travail, même en dehors des visites légales.
Je ne pouvais légalement, pas faire plus.
Désolé de te le redire, mais je reste et demeure un juriste du travail, pas un "charlatan syndical".
Enfin, lorsque je renvoie un utilisateur occasionnel du forum, vers le syndicat de son choix, je ne pense qu'aux 5 centrales représentatives dans le notariat, car je sais parfaitement, qu'il n'y a plus de syndicats départementaux ou régionaux dans notre branche professionnelle depuis la mise en œuvre de la loi sur la représentativité syndicale.
Conclusion, la perturbation intellectuelle, à laquelle tu fais allusion, n'est pas encore de mon côté, bien que je sache pertinemment que ça viendra un jour, malgré moi!
Tout le reste n'est que du Blabla, sans intérêt, à mon sens.
Bien cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: RWM, roi de l'esquive, de l'embrouille et de la patine   Ven 21 Oct 2016 - 0:07

Bonsoir imperturbable RWM, roi des chenillettes et du blindage fleuri,

On ne va pas reprendre nos vieilles polémiques, nous ne sommes définitivement pas d'accord, ce qui n'empêche ni le respect mutuel, ni l'amitié.

Ceci étant, tes réponses sont lisses et proprettes, celles que tu fais à Lili cent mille comme à moi. Cela ne peut qu'alerter celui ou celle qui a un tant soit peu d'esprit critique. Ce genre de réponse qui ne peut que laisser sur sa faim et sur sa soif, le clerc lambda. il vient souvent chercher ici une explication de ce qui lui (nous) arrive et bien entendu, des conseils sur telle ou telle question précise. Tes messages ici méritent parfois plus d'efforts pour être décortiqués que les miens se prenant aussi moins au sérieux.

Quand je mets le doigt sur ton étrange esquive de l'autre jour, tu te mets à nous expliquer en fait, que tu n'es pas un "charlatan syndical". Curieux. Tu bottes en touche. Aucun rapport. Je le sais d'ailleurs, je t'ai vu à l'œuvre, tu m'as fait gagner un procès, et faire néanmoins appel pour regagner, faisant au passage fois 1,75 côté indemnités. C'était assez couillu et cela te vaut comme à notre baveux, une certaine reconnaissance. Sans regret même si j'ai signé ainsi mon arrêt de mort professionnelle. Je confirme donc volontiers, pour Lili truc et les autres, que tu n'es pas un charlatan. Content? Seulement ici, on s'en fiche, de ta cravatte et ton costard, ce n'est pas le sujet. Je sais que je cherche à te prendre à un défaut de la carapace, vieille tortue, et que je ne suis pas 100% réglo sur le coup. Mais voilà. Le message que j'ai choisi de relever est une caricature de ce que je vous reproche. Donc je trouve le défaut, je le chatouille avec la dague et pour le coup, je l'enfonce un peu dans le gras.

Au risque de me répéter au sujet de tes, de vos étranges contradictions, que vous mettez noblement et hautainement sur le compte de la rigueur intellectuelle ou juridique etcétéblaaaaablaaaablaaa, je constate que tu ajoutes en fait par tes manières dans ce fameux message à Lili trognon - ce qui gâche tout - qu'en fait tu ne t'intéresserais en quelques sorte, pas, aux états d'âme; traduire intérêts moraux de notre profession, se limitant pour toi à ceux des deux pour cent de syndiqués dans notre boutique. Tu n'as effectivement le droit de donner des conseils juridiques etc., qu'aux membres de ton syndicat, les fameux deux pour cent d'actifs. C'est exact et c'est tout le sens de ta réponse à Lili Dégage. Parfois tu invoques le fait, parfois plus ou moins, parfois pas, c'est selon; il suffit de parcourir ce forum pour se rendre compte qu'il s'agit d'une géométrie mentale assez variable. Propagande oblige. Tu rappelles en effet en tête de forum que ce joujou est un instrument de propagande de la fgcen FO. J'en doute, ils s'en tapent le coquillard, mais je constate que sur le sujet évoqué par Lili truc, tu n'as donc pas de propagande à faire, j'y reviendrai. Il arrive donc, comme au cas présent, qu'une vision un peu étroite des définitions juridiques, ici celle d'un syndicat, comme de celles de son rôle, rende le juriste syndical que tu es, pas charlatan pour un sou, certes, mais un peu inutile pour ses clients naturels.

Vous restez utiles aux notaires mais tel que tu conçois ton "non charlatanisme", vous ne servez donc plus à grand chose pour nous autres. Du moins c'est ainsi que 98 pour cent de la piétaille le perçoit. À tort, mais au lieu de sortir de votre tour pour l'en convaincre, vous verrouillez. C'est ainsi que je lis ta curieuse réponse à Lili Schloss. C'est le sens de la réponse  que tu lui donnes. Quand tu soutiens que je suis incapable d'expliquer ceci simplement à Lili, je te soupçonne de mauvaise foi parce que tu captes parfaitement ce que je te dis.

Permets moi de te dire un peu sèchement aussi que ta vue est parfois un peu basse et que vous frisez la cécité. Dès que l'on vous serre d'un peu trop près, vous serrez vos vieilles fesses et vous efforcez d'en présenter au moins une des faces qui soit aussi lisse que possible. C'est une nouvelle fois le coup que tu as fais à Lili bidule. Pas élégant de tourner ainsi le dos, je ne te demande pas non plus de la bercer mais bon. Pour ma part, je botte des culs, et j'admets que ce n'est pas trop bien non plus... Quoique. Comme je te l'ai dit, vos méthodes ont fait leurs preuves; deux pour cent, deux élections récentes lourdement chutées. Les miennes, cela reste à voir.

Allez, j'enfonce encore un peu la dague? Vous en faites vraiment de trop, mes vieux principaux qui tiennent fièrement la boutique syndicale comme une certaine flotte à Toulon en novembre 42, pour ressembler à vos maîtres jusque dans vos mines lisses ou compassées et parfois, la morgue et le cynisme. Quand reconnaîtrez vous modestement que vous vous êtes plantés et que vous avez du vous saborder? Le 17 septembre 2014? En vous enrôlant? Vous pourriez repartir sur d'autres bases mais je crois bien que vous êtes décidés à continuer ainsi - toi y compris - même à 15 dans une petite pièce. Du moment que l'on continue à vous payer le couvert et le chauffage, cela pourra encore durer un bon moment.

Dans le genre profil bas, vue basse, conduite lisse et piteuse, j'aimerais bien savoir en effet ce que les 15 ou 30 présents à votre dernière ag peuvent bien avoir à s'y dire, pour justifier par exemple leur dernière raclée électorale. La dernière ag à laquelle j'ai assisté, en 2014, était pitoyable. Sans animosité ni méchanceté, je m'obstine dans l'erreur, seul, sans doute. Mais à deux pour cent, et deux mille syndiqués? Retraités compris? Vous êtes à peu près aussi seuls que moi. Et à part faire les beaux devant les notaires - c'est très injuste de le dire, je le sais - que faites vous pour sortir de cette impasse Franchement, à ma connaissance rien. Et en 2017 vous allez être dans une sale posture pour défendre la crpcen en face de la cfdt, bien accrochée aux manettes, pas vrai?

C'est exactement ce que tu dis, en fait, à Lili number truc, à savoir que vous avez baissé les bras, quand tu lui dis avec mille mauvaises bonnes raisons juridiques et techniques, qu'elle doit s'adresser à l'une des cinq centrales syndicales pour bénéficier de conseils appropriés, alors qu'elle te posait une malheureuse question. Oui je sais, tu lui as répondu techniquement ce qu'il fallait, sur la médecine du travail, mais alors pourquoi ces curieux ajouts sur son "libre choix"? Cela te coûte quoi de lui en dire un peu plus et par exemple, pourquoi tu n'es "pas étonné"? Avant de lui dire qu'elle doit apprendre à résister seule ou en s'adressant à des syndicalistes en pagne et gourdins jouant à la guerre du feu au milieu des mulots. Qui déraille du ciboulot ici? Les comportements dont parle Lili ? Tes camarades s'en foutent, tu le sais et c'est pour cela que tu glisses. Je le répète, certains d'entre vous soutiennent que c'est marginal. Parfois, ils poussent même à la roue (cf la lettre adressée au CSN en septembre, qui prétend monnayer lamentablement le "dévouement quotidien" et le soutien sans faille des personnels contre Macron). C'est juste pousse au crime. Et surtout c'est faux, ce n'est pas marginal, ce "dévouement" qui est un productivisme insensé et imposé parfois brutalement, c'est le lot quotidien d'une large part de la basoche, avec toutes ses conséquences; les cas de harcèlement (Lili carpette n'en relève sans doute pas en effet) qui seraient pratiqués par de sombres crétins n'en seraient que la partie émergée. Vous vous en foutez parce que certains d'entre vous ont un parti pris soit disant responsable et en fait, pro notaires. Celui des giraffes dont je parlais.

Pour sa gouverne, à Lili Glaçon que l'on renvoie vers les syndicalistes ou son système D, j'insiste; nous avons nous environ deux pour cent de syndiqués en tout et pour tout. La cgc mise à part dont je suppose logiquement que les effectifs croissent un peu, il y a fort à parier que les autres centrales comptent leurs militants sur leurs doigts de pieds et de mains dans le meilleur des cas. Et comme de l'aveu même de RWM, ils sont occupés à frotter des silex, au cas précis tu as la médecine du travail, te défendre toute seule, ou des syndicalistes en pagne, et donc tu vois bien l'utilité qu'il y avait pour RWM de te renvoyer vers ces fantômes. J'ai donc simplement expliqué ici que la troisième proposition était donc superflue, qu'il était donc superflu d'en parler, ce que pensent 98 pour cent des clercs. Forcément, vu l'embrouille à notre affectueux Papy RWM, jésuite hors pair, ça prend un peu de temps de rendre la chose un peu perceptible.

Mon ami RWM, tu t'obstines à me faire passer pour un fou dépressif victime d'un syndrome du chômage; facile. Moi je témoigne simplement de ce que j'ai vu au cœur des syndicats vers lesquels tu diriges hautainement Lili Trucmuche.
Vous pouvez me flinguer autant que vous voulez. Vous êtes quand même mes potes et je ne manque pas une occasion de rameuter des brebis vers votre bergerie, à coups de pompes parfois. Comme disait Giono dans une de ses nouvelles je crois, le Déserteur, je suis seul, mais je suis contre. Vous, vous accompagnez le mouvement. Des fois, il faut s'opposer, tu le sais. Par ailleurs, je confirme; j'emmerde amicalement les pisse froid. Ton message à Lili number que j'ai choisi de démonter, en apparence tout à fait anodin, est en fait emblématique, c'est pourquoi je me suis permis ce retour ici. A la prochaine, ici ou ailleurs, et merci pour tes jolies pensées du jour et autres messages geek Comme d'hab j'ai joyeusement pris tout mon temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Est-ce que le syndicalisme rend fou?   Ven 21 Oct 2016 - 12:13

Bonjour marzolf,
Pour conclure sur ton dernier propos blablatesque, mon père t'aurait dit "d'une crotte de mouche, tu veux faire un pain de sucre" !!! Stop, tu es un indécrottable passéiste.
Cordialement désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Ven 21 Oct 2016 - 15:02

Bonjour,
Mon Papy avait aussi une sagesse agricole et des dictons plein la fourche. Tu vas être étonné, il savait aussi la boucler. En l'occurrence, s'il avait lu le courrier pitoyable que tes camarades ont adressé au csn en septembre, il se serait tu. Je crois même qu'il ne vous aurait plus jamais adressé la parole. On va voir combien les notaires évaluent la servilité des clercs et leur dévouement "sans faille".
Depuis que vous avez un logo bleu blanc rouge, je trouve qu'il ne vous manque plus qu'une francisque.
Je veux bien manger mon chapeau si on me montre que ce syndicat a encore un peu d'indépendance. Tout indique au contraire qu'il est noyauté ou en passe de l'être.
Tu es d'accord avec moi mais tu ne peux pas le dire, point barre. Profil bas, c'est celui que tu adoptais lors de la première ag du syndicat national, en octobre 2014. Nous étions deux, pas un de plus, à dénoncer la Grande Armée. Ce jour là j'étais tout seul, tu l'as bouclée, un peu comme mon Papy.
Depuis je me demande si tu n'as pas viré ta cuti.
Cordialement désolé aussi, vieux de la vieille.
Je te trouve toujours aussi attachant mais plus tout à fait sans taches.
La dernière baffe électorale ne suffit pas, vous continuez sur cette pente fatale.  Vraiment de quoi faire enrager les 98 % de clercs, contre vous.
Au moins tes camarades ont une opinion du genre "croire obéir combattre" sur le dévouement sans faille, les surcharges de travail, etc. Toi, tu te pinces le nez. Sans indépendance syndicale, pas de syndicat, tu es meilleur juriste que moi pour développer le propos suite à cette lettre corporatiste, sidérante, de tes camarades. Plus en colère, carrément furieux contre vous. "Fou" et même fou furieux.

http://www.fgcen-fo.com/app/download/26861023/Président+CSN.pdf


Dernière édition par marzolf le Mer 26 Oct 2016 - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Correspondance FGCEN - CSN et revalorisation des salaires   Ven 21 Oct 2016 - 16:55

Bonjour marzolf,
N'étant, ni membre du conseil d'administration, ni du bureau national de mon syndicat qui fut le tient, je ne suis nullement responsable de quoi que soit dans la formulation du courrier adressé par la FGCEN-FO au CSN en vue d'obtenir une revalorisation de la valeur du point.
Par contre, je sais que nous avons obtenu en septembre 2016, une revalorisation de la valeur du point dans le cadre de la clause de sauvegarde, alors qu'à mon sens les indices officiels de référence ne nous étaient pas favorables. Si ça c'est une tache, alors j'accepte d'être taché.
Rappelles-nous tes états de service syndicaux au plan national et tes mandats actuels?
Après et après seulement, tu pourras donner des leçons de moralité syndicale. Il ne faudrait pas que tu confondes allégrement, indépendance syndicale et isolement crétin conduisant fatalement dans une impasse...
Dont-acte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: ah! un matin, un lapin...   Sam 22 Oct 2016 - 0:02

clown

Comme dirait Pepita, le scénario est toujours le même, on est certain de toujours retrouver le fil de l'histoire même si on arrive ici au pif d'hasard comme un poil de nez sur la soupe.
Bien envoyé, ce "crétin", et pas tout faux par ailleurs, ton post; en effet, ravi de constater que tu gardes un peu de distance avec cette lettre impossible adressée au CSN.
Elle m'en rappelle une autre, adressée elle aussi au CSN pour lui proposer sur un plateau d'argent, un C zéro entre C1 et T3, histoire de calmer les plômés notaires pour pas cher et de couler définitivement les clercs au passage.
Problèmes tout de même, dans ce fameux "bureau"; je ne parle même pas du CA croupion qui est censé diriger la manœuvre.
Pour l'augmentation, bravoooo! Mais tu ne me feras pas croire que tu mets son obtention sur le compte du susucre au chien chien, offert pour avoir suivi son maître en laisse le 17 septembre 2014. Si? Dans ce cas, ce n'est plus une tache unique, mais toute une tenue de léopard que tu arbores. Au passage ton et mon syndicat frise la dissolution dans ce cas, vrai ou faux?
Pour tes histoires de mandats, tu dois beaucoup perturber les 98 % de non syndiqués avec ça. Je connais la théorie; tant que tu n'as pas négocié sept ou huit conventions collectives et que tu n'as pas ta médaille de la crpcen ou ta présidence d'honneur à l'Inafon, tu as juste le droit de parler à voix basse et, bien entendu, celui de t'enrôler dans la Grande Armée du Notariat pour prendre du galon, en récitant le kit de communication ou les éléments de langage du CSN etc. Plus le petit livre rouge du camarade Mao puisque le notariat a enfin fait sa révolution culturelle (et partant, plus du tout le code civil, ce petit livre rouge aussi dont on fit des pavés en frôlant l'autodaffé ; grand bond en arrière du notariat et de sa Grande Armée quand même, le jour où l'on vit cela).
En tout cas, si Lili number j'sais plus nous a suivis dans ces méandres amazoniens, elle doit savoir maintenant combien notre aimable troupuscule syndicale sait transformer sa "surcharge de travail", son soutien "sans faille" au notariat, pourquoi pas les quelques harcèlements accidentels qui se produiraient regretablement ici ou là autour d'elle, en augmentations ronflantes et pétulantes pépettes. Vraiment, très fort, je dis bravo!
Pour l'isolement, je te donne un bon point; c'est pas un bon choix, je confirme. Mais à tout prendre, je préfère mon impasse avec son mur que vos toboggans avec leurs bacs à sable, pelles et rateaux à l'arrivée.
Dis-moi, est-ce que tes petits camarades ne prendraient pas quelquefois par inadvertence, de manière un tantinet arrogante, les 98 % de non syndiqués pour d'authentiques C.O.N. cons?
Je termine en relevant la conclusion formidable de la lettre au CSN; si vous voulez, l'idée c'est qu'on mendie à quatre pattes pour se faire payer d'avoir manifesté avec le  Paaatron, tout en rappelant ce dernier aux obligations que lui impose sa dignité (à lui). Fallait oser. Magnifique!
Lili number one, revenons à ton innoxente question du début; la boucle est bouclée, grâce aux méthodes de la clique à Blabla qui frise ici le terrorisme intellectuel. Nous le confessons et l'abjurons. Mais! Voilà que tu en sais maintenant un tout petit chouia de plus sur le syndicat vers lequel RWM te renvoyait dans l'un de ses messages ci dessus.
Parmi les trois propositions au "libre choix", faites par RWM dans ton cas tout spécial, celle du syndicat paraissant vaguement et plus ou moins honnêtement disqualifiée, il reste donc toujours la médecine du travail: je te conseille de bien réfléchir aussi avant de t'embarquer dans cette voie là.
Et puis finalement, il reste la défense him ou her self dont tu peux faire le "choix" libre, c'est à dire le système D qu'adoptent très librement 98 % d'entre nous, surprise!!!
À part ça je te conseille moi aussi de prendre ta carte syndicale, sans rire et pas que pour la forme, histoire de prendre part d'urgence aux débats si tu ne veux pas que les "mandats" se concentrent par un redoutable effet d'entre soi et d'auto reproduction, dans des mains... un peu trop exercées.
Parfois dans celles de gens "égarés dans le syndicalisme"; je cite ici de mémoire une confidence d'ascenseur d'un haut et respectable dirigeant syndical que RWM connaît bien, puisque c'est lui qui me l'a rapportée.
Pas vrai RWM?
Fin de la passe d'armes.
Et très cordiales salutations de Blabla Premier et sa clique qui, en plus de ses nombreuses citations, palmes, et médailles syndicales toutes méritées, le titre de "chancre mou du syndicalisme" en sus si j'ose rire, s'arroge solennellement cejourd'hui, en direct live pour Liloo, le titre envié de lapin. Farpaitement! Je dirais même plus, camarades Dupond et Dupond la joie, celui plus envié encore de lapin crétin lol!

albino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Mer 2 Nov 2016 - 1:49

Bonsoir marzolf,
Je ne rapporterais volontairement pas ton post d’hier à 06h00 faisant suite au mien du 28  octobre 2016 20h16, dans le sous-forum Articles de presse et blogs. En effet ton post ne relève aucunement de la presse ni même d’un blog.
Comme trop souvent, tu ne fais référence qu’au passé, lointain ou plus récent, que ce soit pour ton cas personnel qui t’obsède littéralement ou pour le passé syndical de la vieille FGCEN-FO que tu as quittée volontairement. A ressasser constamment les mêmes reproches, tu en deviens extrêmement lassant et tu perds absolument toute crédibilité.
Pour ma part, j’essaye modestement et simplement d’attirer l’attention de nos collègues, sur les changements profonds de la profession de clerc de notaire, qui s’annoncent à grands renforts de trompes de chasse, tant dans la presse juridique ou économique spécialisée, que dans les déclarations du CSN.
Ca me semble bien plus important et constructif, que de larmoyer sur le passé et les erreurs des uns et des autres.
Syndicalement navré d’avoir à te rappeler urgemment à un devoir minimum de retenue dans tes propos fréquemment sans limites…


Dernière édition par RWM le Mer 2 Nov 2016 - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Larmoyer   Mer 2 Nov 2016 - 7:51

RWM a écrit:
Bonsoir marzolf,
Je ne rapporterais volontairement pas ton post d’hier à 06h00 faisant suite au mien du 28  octobre 2016 20h16, dans le sous-forum Articles de presse et blogs. En effet ton post ne relève aucunement de la presse ni même d’un blog.
Comme trop souvent, tu ne fais référence qu’au passé, lointain ou plus récent, que ce soit pour ton cas personnel qui t’obsède littéralement ou pour le passé syndical de la vieille FGCEN-FO que tu as quittée volontairement. A ressasser constamment les mêmes reproches, tu en deviens extrêmement lassant et tu perds absolument toute crédibilité.
Pour ma part, j’essaye modestement et simplement d’attirer l’attention de nos collègues, sur les changements profonds de la profession de clerc de notaire, qui s’annoncent à grand renforts de trompes de chasse, tant dans la presse juridique ou économique spécialisée, que dans les déclarations du CSN.
Ca me semble bien plus important et constructif, que de larmoyer sur le passé et les erreurs des uns et des autres.
Syndicalement navré d’avoir à te rappeler urgemment à un devoir minimum de retenue dans tes propos fréquemment sans limites…

Bonjour RWM,
Je pensais que tu m'allumerais bien plus chaudement que cela. Je m'attendais à devoir virer mes messages d'ici depuis celui du 19  octobre voir à subir le traitement de Carrérond Blabla et Flozram. Non, tu n'es pas un mauvais bougre pour supporter ainsi ma nouvelle série de brandons et de cocktails Molotov ici.
Il y a comme toujours beaucoup de choses exactes dans tes propos effectivement plus mesurés que les miens, c'est le moins que l'on puisse dire.
Larmoyer sur le passé? Oublier les erreurs des uns et des autres? Ne pas ressasser les vieilles histoires? Ne pas dépasser les limites? Être constructif? Ne pas être obsédé par mon histoire?
Il y a à prendre et blablater la dedans mais on va dire que je suis plutôt d'accord. Personne ou presque ne mérite par ailleurs les noms d'oiseau que je me suis mis à distribuer ici.
Ma petite incursion des derniers jours ici? Disons... Une parenthèse ouverte par le message de Lili vers le 19 octobre jusqu'à mon commentaire suite au témoignage de notre collègue de Moselle ce WE. Et puis une certaine stupeur en lisant la lettre adressée au CSN par nos amis en septembre. Ils continuent ces conneries, me suis-je dis.
Le 7 juin j'ai mis un point ici, sous la menace d'ailleurs, et je n'ai pas l'intention de rallumer les mèches.
Ceci étant...
Tu sais, ami RWM, tourner la page, oui. Je suis d'accord mais tu avoueras qu'il y a tout de même un drôle de bruit de fond dans notre profession. Toi, tu entends plutôt le cor de chasse. C'est quand même un drôle de point de vue pour un syndicaliste. Tu ne penses pas que, logique économique etc. ou pas, il faut tout de même se soucier d'abord des gens et surtout des plus faibles. Non? Bien sur que si, tu penses comme moi.
Moi c'est la battue et la fuite du gibier que j'entends d'abord. Cela ne te perturbe pas un peux plus, la récurrence de ces témoignages du gibier ou du cheptel des notaires ici? Tu penses qu'il faut d'abord se soucier du notariat, de son avenir, etc?
Je ne le crois pas. Moi je pense d'abord aux gens.
Je ne me sens plus tout à fait concerné et je prends beaucoup de libertés sur ce forum, c'est vrai. Quand je dis nous, c'est un peu par habitude mais voilà, je ne vois pas quel avenir commun nous pouvons construire ensemble dans cette profession si nous en restons là. Très sincèrement, je doute que les clercs puissent se projeter dans un avenir de notre profession si les notaires continuent sur cette lancée. Si ce bruit de fond ne disparaît pas d'abord, celui que moi j'entends, alors non, je ne vois pas bien quel avenir construire.
Moi je me souviens de la lettre ouverte au CSN qui ouvrait ce forum. On la retrouve difficilement, c'est dommage. Jolie musique, vous êtes forts depuis longtemps pour le cor de chasse, dans mon syndicat que j'ai quitté "volontairement"... Franchement, côté syndicat, soyons honnête un petit instant; malgré tous les reproches souvent excessifs que je vous fais, on peut dire que depuis cette lettre ouverte vous avez fait plus que jouer le jeu et fait preuve d'optimisme et de créativité pendant toutes ces années. Les clercs de leur côté n'ont pas ménagé leurs efforts comme le soulignait un peu bassement cette lettre récente au CSN que j'ai violemment critiquée ici l'autre jour.
Mais n'as-tu pas l'impression que la relation est un peu à sens unique?
C'est le mot de M. Tarrade, devant une certaine commission en octobre 2014 qui me revient à l'oreille. "Oui je le reconnais la profession n'a pas respecté ses engagements." Tu crois que ce mot ne vaut que pour les diplômés notaire? Tu ne crois pas que les clercs ont été un peu balladés aussi?
Regarder l'avenir, oui, tu as raison. Mais il faudrait d'abord que l'on tire honnêtement un trait, qu'on fasse un peu les comptes et puis surtout que l'on n'entende plus ce bruit de fond et ces pénibles témoignages - invérifiables et sans doute suspects aux yeux des notaires au moins certes, mais quand même - d'un quotidien des clercs qui n'est pas du tout rassurant pour l'avenir.
Les notaires ne vont pas remplacer des dizaines de milliers de clercs et employés par autant de diplômés notaire du jour au lendemain donc forcément, on va continuer un peu sur le même chemin. Mais pas ce bazar, ces collègues humiliés et démolis, ce gâchis!  Franchement, quand un "management" désastreux finit par provoquer des drames et une vague de suicides à la poste, cela finit par faire des vagues. Non? Chez nous, rien! Tu me diras que nous n'en sommes pas là et que ce n'est pas la poste et tu as peut-être raison. Mais quand même! Tu n'es pas gêné ou interpellé par ces témoignages à répétition? Il suffit d'ouvrir l'oeil et l'oreille pour comprendre qu'il y a quand même quelque chose qui coince. il y a trop de fatalité, de résignation dans notre boutique syndicale. Non, ce que racontent Lili, le lorrain et d'autres, ce ne sont pas des cas isolés.
Tu penses que les réactions syndicales sont à la hauteur? L'histoire des 15000 licenciements, elle venait de loin et elle continue; tu la vois dans les témoignages de Lili et de notre ami lorrain. Non?
Tu veux recommencer à t'occuper du cor, de la chasse, de bien organiser les choses pour l'avenir, ensemble avec les notaires, sans régler d'abord ces problèmes? Alors c'est reparti pour un tour. Fais une nouvelle lettre ouverte aux notaires, comme en 2005. Rendez-vous dans dix ans; tu feras les mêmes constats amers, c'est à parier qu'il y aura de nouveaux chantages, de nouvelles charrettes.
À mon avis, il y a un peu de boulot pour restaurer un minimum de confiance entre clercs et notaires. Je suis désolé d'insister mais quand je vois la lettre adressée au CSN par nos camarades, je me dis que c'est reparti comme en 40.
Enfin voilà, je disparais. Pourvu que l'on ne voit de nouveau plus qu'une tête ici. Blabla, Carrérond, Flozram et moi même posons nos têtes sur le billot. Re couic plus requiem. Jusqu'à une prochaine visite ici.
Pour le collègue lorrain, là, je confirme; il est le bienvenu et qu'il ne s'y trompe pas, j'ai un sacré moral et ne suis pas du tout dans le ressassement ou la déprime. Juste lucide. Je suis juste lucide, RWM. Et parfois outrancier, je te le concède. Toi aussi t'es le bienvenu, chez moi, même si je deviens balayeur ou marchand de chiens. Hommages, et un ou deux deux bras d'honneur à la cantonade pour la forme, un peu à tout hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Le sombre avenir des clercs de notaire...   Mer 2 Nov 2016 - 10:07

Bonjour marzolf,
Que faire pour sauver (malgré lui) le soldat "clerc de notaire"?
Très honnêtement je n'en sais rien et je ne dois pas être le seul dans ce cas. Visiblement nous sommes au moins deux : toi et moi, à ne plus savoir que faire face à un processus de disparition de notre métier, manifestement déjà largement engagé.
Alors, pour ne pas céder à l'accompagnement simple de la disparition annoncée de mon métier, avec malheureusement beaucoup d'autres, (une quarantaine de métiers divers ?) je souhaiterais simplement, qu'une grande majorité des clercs de notaire actuels, se syndiquent et entament TOUS ENSEMBLE une immense réflexion commune, afin de proposer au CSN et au Gouvernement, des solutions, relevant d'un immense plan social. Le tout de la même manière que mon syndicat a travaillé, lors de l'arrivée de l'informatique, par une étude approfondie, du Rapport Nora-Minc, par exemple. Il serait stupide de vouloir conserver tel quel, aujourd'hui, le métier de "cocher de fiacre", contre vents et marées.
Maintenant la balle est dans le camp de ceux qui travaillent encore, que j'invite à se prendre en main.
Concrètement, que penses-tu de ma proposition?
Bien cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Se syndiquer   Mer 2 Nov 2016 - 17:38

Re,
On dirait que tu tiens à ce que je revienne polluer ce forum. Pas moi. Mes méthodes sont trop critiquables, je le sais.
En lisant ton texte, je me dis que tu n'es pas insensible à la petite musique grinçante que je vous joue depuis? 2009. Depuis 2009, sans partition je vous joue des concertos pour scie et pots de yoghourt.
Vous n'êtes pas tout à fait insensibles mais c'est laborieux pour vous faire piger qu'il faut changer un petit quelque chose dans votre manière de vous poser en face des notaires. Puisque vous tenez à leur être utile, pourquoi ne pas vous dire en dernière analyse que vous leur rendriez service, en leur tenant tête un peu plus fièrement?
Mais vas pour un grand plan social avec le GGoouuvveerrnneemmeenntt etc.  
C'est long mais vous finirez par comprendre qu'il faudra tôt ou tard parler franchement aux notaires si vous ne voulez pas que TOUTE la basoche finisse par ressembler à Chorche, Lili, Blabla Premier, Carrérond, Flozram, et moi bien entendu. Une grande terre, c'est comment de nouveau? "stérile".
Quand vous aurez fait cela, peut-être que les clercs lèveront le nez et vous écouteront trois secondes, puis que quelques uns reviendront vers vous mais ce sera long mon grand, long, tu n'en verras pas la fin ni même le milieu du début. Ma proposition, c'est cela. Après le chantage à 15000 emplois, d'abord retrouver enfin un peu de dignité. Si vous ne le faites pas, qui?  J'ai une prémonition, mon bon RWM, que ce sera peut-être toi qui va un jour prendre ces Messieurs par le col, au figuré je l'espère.
Je me souviens d'un notaire me disant : "vous n'êtes pas un principal, vous n'êtes pas un premier clerc, vous n'êtes même pas un clerc, vous êtes un tout petit clerc stérile" (sic). Il était juste en rogne et nous ne nous comprenions pas vraiment. Le pauvre, j'ai su ensuite qu'il était passé dans les pattes d'un des pires notaires du coin, en termes de brutales conneries. Il a fini par faire pareil, depuis le temps que les notaires se poussent mutuellement à la connerie. Il y a une génération de notaires, disons de 40 à 60, qui a renié toutes ses valeurs, vaste débat. Bref. Revenons à nos moutons. C'était en 2003. Il a presque réussi à me convaincre comme Chorche, que je ne faisais pas bien mon boulot. Bien entendu j'avais des torts, mais lui aussi. Simplement, et pour l'essentiel, nous avions surtout celui de ne pas avoir de projet commun. Depuis c'est partout le défilé des diplômés notaire et encore, c'est ou c'était très loin d'être le pire et l'ignoble chez ce bon bougre de notaire de vignoble. À l'époque je ne comprenais pas bien ce qui se passait. Cela s'est terminé par une lettre de licenciement un 24 décembre. Je venais d'être admis à un dess de droit immobilier devenu depuis master droit notarial. Je n'ai jamais finalisé de projet. Maintenant, au delà de mon cas personnel, je crois que je comprends un peu mieux ce qui s'est passé. L'épilogue, c'est la disparition des habilités et la multiplication des notaires sous toutes leurs formes. J'étais habilité et je recevais les clients, souvent des vignerons, et ce n'était pas toujours les plus faciles, ni les plus immédiatement rentables...
A quels projets foireux les notaires voudraient-ils associer maintenant les derniers fossiles en chef de nos syndicats en ruine? Tu prends mal les propos outranciers de ma clique, tu n'as pas tort RWM. Mais! Il faut peut-être ouvrir les yeux, non? Tu veux voir passer encore combien de Chorche? Ah mais! cessons de ressasser stérilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Information et désinformation...   Ven 4 Nov 2016 - 22:58

Bonsoir marzolf,

Une fois de plus/de trop, je relève de ta part des questions et considérations strictement syndicales, diluées dans des commentaires écrits dans le sous-forum « articles de presse et blogs ». Un peu d’ordre dans tes idées, serait le bienvenu ici.

Je te cite « Autre proposition concrète, à part celle consistant à dire aux notaires "ok on a compris" puis à leur parler un peu moins chaleureusement; ne plus avoir un syndicat de clerc paumé et plus ou moins noyauté, avec un trousseau de clés et un porte clés marqué "crpcen" - l'indépendance syndicale, bordel! - mais plutôt un syndicat fusionné FO des secteurs juridiques et judiciaires, employés d'huissiers, de notaires, d'avocats, greffiers. C'est dans l'air RWM, tu le sais mais pour des raisons qui m'échappent plus ou moins, FO n'ose pas faire le ménage chez nous. Qu'ai-je ouï, "on fera tout pour sauver l'appareil"? La Grande Armée du notariat et l'indépendance syndicale, c'est antinomique. Tôt ou tard, j'aurai raison. La vieille Basoche. Les goliards. La tradition. Non, non, la basoche n'est pas morte. Non, RWM? »

Ma réponse : On ne t’a pas attendu pour dire et redire, à moult reprises, aux notaires du CSN « OK on a compris ». Dans un syndicat FO comme le notre, chacun conserve sa sensibilité et sa manière d’aborder les négociations paritaires. Il y a ceux qui sont raides et cassants, ceux qui sont plus souples et très techniques et enfin ceux qui sont d’habiles négociateurs du type « main de fer, dans un gant de velours ». Je sais que tu es un partisan du coup de gueule et de la casse entêtée. On a vu où cette attitude intransigeante t’a conduite, c’est à dire au chômage de très longue durée, sans espoir de revenir au notariat. Alors dispense-nous ici de tes conseils relevant de la recherche absolue de l’échec. Même si l’on n’obtient pas grand-chose, car l’époque est à la reprise de ce qui avait été négocié autrefois, par les patrons, et pas seulement dans le notariat ; il faut rester ferme et mesuré, tant dans nos propos que dans nos attitudes.
Pour l’heure, l’intégration au secteur dit des Services au sein de la FEC-FO est toujours à l’ordre du jour, mais il est difficile de trouver et de financer un poste de permanent, pour animer et aussi siéger dans une quinzaine de branches professionnelles à la fois… Tout simplement.

Je te cite : «  Question : C'est avec ce nouvel état major que les syndicats de clercs comptent jouer encore les sergents recruteurs? Je suggère qu'après dissolution de la crpcen, faillite de la mcen et dénonciation de la convention collective pour une nouvelle faisant la part belle aux notaires salariés, un petit bureau soit installé au sous-sol du CSN pour les syndicats, au lieu de l'actuel pour la fgcen qui est dans des locaux de la crpcen si je ne m'abuse. À noter que les clercs sont totalement étrangers aux préoccupations exprimées dans tous ces textes ou articles que nous voyons passer, totalement hors jeu, eux et leurs syndicats. Maintenant que la voiture balai est prévue pour les habilités que l'on endormira au passage, pour tous les autres, vous êtes en vrac sous la lame du bulldozer. »

Ma réponse : Je ne vois pas comment le nouvel état-major du CSN pourrait être associé à une campagne d’adhésions des salariés du notariat. Tes informations sont fausses. La CRPCEN ne sera pas dissoute, mais deviendra un régime fermé, non pas sur la demande de ses administrateurs, mais sur l’insistance des Gouvernements à ne plus vouloir de régimes spéciaux. La MCEN n’est pas en faillite, même si elle souffre d’un important départ d’actifs. Elle a conservé, à 200 adhérents près, son effectif de retraités. Grâce à ses réserves financières, elle se prépare à revenir dans le paysage des offices notariaux, dès que les comptes annuels prouveront que l’APGIS n’a fait qu’une opération de séduction et qu’elle ne pourra pas supporter longtemps des comptes déséquilibrés comme ceux qui ont été présentés en CMP le mois dernier… Quant on ne sait pas, on se tait et surtout on ne désinforme pas !
Enfin concernant les clercs habilités, je ne vois pas très bien ce que l’on aurait pu faire de plus que ce qui a été obtenu, si l’on tient compte de la volonté de réforme radicale du numérus clausus des notaires imposée par la Loi MACRON et la forte pression d’un grand nombre de diplômés notaire, en attente de trouver une possibilité d’installation ou à défaut un travail correctement rémunéré après sept années d’études en moyenne…

Je te cite : « … Et comme les syndicalistes locaux ont presque tous battu en retraite et se sont presque tous couchés fesses en l'air devant leurs maîtres, pour l'instant le pronostic n'est pas terrible. Abandon de poste devant l'ennemi, en temps de guerre c'est douze balles dans la peau de ces fesses, qu'il faudrait mettre. Honni soit qui mal y pense. »

Ma réponse : Si tu as des états d’âme, vis-à-vis des syndicalistes de ta région, tu ferais bien mieux de faire partie de leur section syndicale et d’essayer de les convaincre de l’intérieur. A l’extérieur tu es un pantin totalement inefficace et tes gesticulations sont plus que ridicules…

En guise de conclusion, je te livre, ainsi qu’à tous nos utilisateurs, une information non frelatée : Dans un rapport de la Commission des Affaires Économiques et Sociales du CSN daté du 06 septembre 2016 et qui a « fuité », chez les syndicats de salariés, il est écrit en toutes lettres dans l’introduction que " L’intitulé du sujet de ce rapport relatif aux modes collectifs de rémunération de nos collaborateurs et posé par le bureau du CSN est « Les nouveaux modes de rémunération : l’intéressement, la participation, plan d’épargne entreprise »… Le recours à ces outils de « prélèvements » supplémentaires sur nos résultats, qui vont être déjà, par application du nouveau tarif, diminués, a-t-il du sens aujourd’hui, sans que le cadre imposé des rémunérations de nos collaborateurs qu’est la convention collective du notariat soit dénoncée ? Nous ne le pensons pas. ».

Si tu as encore des illusions sur l’ampleur de l’ouragan qui se prépare, j’estime qu’avec de tels propos, le pire est à craindre pour tous les salariés de la branche du Notariat.

Cordialement très attentif à ce qui se passe réellement sous les panonceaux.


Dernière édition par RWM le Sam 5 Nov 2016 - 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: La bouche est bouclée   Sam 5 Nov 2016 - 0:32

Ah! Bien envoyé.

Alors pour mon obstination et ses conséquences, tu n'as pas tout faux. Mais j'assume. Sans aller jusqu'à mon acharnement, tu admettras qu'un peu plus de combativité dans la basoche nous aurait évité, sans doute, de nous retrouver à ce point embourbés sur un tel sentier.

Pour ce qui est du style, quand on ne sait pas on ne la boucle pas mais on demande. En tout cas, moi je ne la boucle pas; ce n'est pas mon style. Tu donnes ici même, une assez bonne indication sur la manière d'accueillir et former les nouveaux dans ta boutique. D'où peut-être la chute des effectifs et l'absence de toute relève, j'y reviens plus loin.
Donc, je ne sais pas, je ne la boucle pas mais je demande. Par exemple: comment qualifier le style de ceux qui se sont engagés dans la Grande Armée du notariat? Pas de réponse. Dans ce cas, je repose la question; quels résultats pour ces brillants adeptes des pieds nus dans un seul sabot de bois?

Pour la CRPCEN et la convention collective, tu confirmes qu'il souffle un vent mauvais. Si tu pouvais expliquer ce que sera ta CRPCEN fermée à tes lecteurs, ce serait bien et ceci éviterait que des farfelus dans mon genre se posent trop de questions. Ce que je sais moi, pour l'avoir entendu de la bouche d'un de nos éminents que j'ai déjà qualifié ici de président de fait du syndicat, avec cette précision qu'il ne faut pas le répéter... En substance, résignation, c'est sans issue, tout ce qu'on pourra faire, c'est défendre les droits acquis. Après nous, le déluge. C'est hélas sans doute vrai, si je comprends bien ce que tu as écrit sur un ton courroucé et un peu hautain. Ce serait bien de dire en clair ce qui s'annonce.

Pour les mutuelles en général et la MCEN en particulier? Ce sont des exemples bien choisis pour illustrer le sens de la démocratie syndicale de mes petits camarades d'ici. Je me suis déjà exprimé ici et ailleurs sur le sujet, en vain. Bien qu'alsacien, je suis un fervent défenseur de la MCEN. Je pense être le seul ici. Effectivement elle n'est pas en faillite mais sa situation fait partie des cadeaux en retour après l'engagement massif dans la Grande Armée du notariat, et tu le sais, ami RWM. Pour ce qui est  de convaincre mes petits copains, fervents défenseurs du statut local et de mille particularismes qui en tirent prétextes, ce n'est pas faute d'avoir essayé mais sur ce sujet comme d'autres... Quand je vois par exemple la bataille que c'était pour convaincre de former la section régionale et ... verser le trésor de guerre au pot commun du syndicat national. Tu as la mémoire courte. Même moi, j'ai fini par me décourager face aux agissements de petits barrons locaux. Ceux qui ont paralysé et étouffé lentement le syndicat. Ailleurs je ne fais que m'en douter, mais ici je l'ai vu et encore! Ce n'est pas fini à mon avis.

Quant à mon chômage, c'est bien aimable d'enfoncer le clou. Ceux qui se trouvent dans cette situation apprécieront tes propos passablement culpabilisants. Je n'ai guère envie ni intérêt d'arrondir les angles. Pour ta gouverne, le dernier notaire à avoir envisagé de m'embaucher a posé, outre des conditions drastiques que je ne suis plus en mesure de discuter, deux conditions. Je devrais changer de logiciel (c'est à dire arrêter toute activité syndicale et me contenter de produire sans états d'âme), un, et il lui faudra une "caution morale" d'un grand manitou du notariat local (une sorte de "parrain" sans doute), deux. C'est toi qui a parlé à juste titre de lynchage syndical en racontant à peu près mon histoire sur quatre pages dans la basoche. Et maintenant, tu cautionnerais cela? On ne laisse pas tomber un camarade qui s'est battu pour lui et les autres, même s'il fait parfois des boulettes. Enfonce le clou RWM, tu n'es pas tout propre là. Encore une tâche.

Enfin, précisément pour la syndicalisation etc. ?, Ma foi non, je ne compte certainement pas sur le CSN. Né en 1941-1942, à une époque où certains syndicalistes, toute honte bue... Je ne parle même pas des notaires. Je connais trop bien le discours standard des notaires dans les études sur ce sujet; je parle uniquement du syndicalisme corporatiste. Pour la pierre d'angle du CSN, peu savent qui l'a posée, où cette instance a été baptisée et par qui, avec quelles onctions etc. Au quotidien, je connais bien leurs pratiques anti syndicales face à la basoche et leurs discours quotidiens allant de la répression la plus sournoise jusqu'aux billets tgv du 17 septembre 2014. Je devrais ajouter la réceptivité et la soumission surprenantes des clercs à ces discours et pratiques et surtout, la propension de certains de nos chefs syndicaux à encourager ces fâcheuses tendances, par un manque d'indépendance d'esprit et une totale absence d'indépendance syndicale. De haut en bas. Donc, bien entendu, je ne compte pas sur le CSN, ni sur les chambres des notaires, ni sur aucun notaire, et encore moins sur certains de leurs satanés noyaux au coeur de notre syndicat, pour inverser la tendance qui est à la désyndicalisation.

Quoi d'autre?
Ah oui, le syndicat des services avec les quinze branches. Je me doute bien que c'est toujours d'actualité et qu'il doit y avoir toujours autant de résistances...
Par ailleurs, tu es un peu en train de m'expliquer que ce sont les derniers mohicans de la FGCEN qui devraient aller dans ces nombreux organismes ou instances? Ou bien qu'il faudrait un permanent assez solide pour porter à bout de bras tout ce beau monde et jouer le rôle d'Atlas? Rien que cela! En plus de vos mille qualités, votre modestie m'épate. Admettons qu'il n'y ait personne ailleurs que chez nous pour avoir l'étoffe des Dieux antiques. Mais dans ce cas, je ne vois pas l'utilité d'attendre qu'en plus d'un manque probable de bras pour toutes les autres branches, il n'y en ait plus un seul non plus chez nous. Pas très logique. En effet, il est peu probable que vous inversiez la tendance si l'on observe la chute vertigineuse de nos effectifs à nous.
Même plein de bonne volonté, j'en ai fait l'expérience, il est assez difficile de rentrer vraiment dans le cercle un peu vieillissant de tes chers amis, en majorité à la retraite et ceci parfois depuis bien des années. Ceci tourne nettement en circuit fermé. Comment dire; passe encore que vous rabotiez la gueule un peu grande ouverte d'un goliard comme moi, mais pas que vous rabotiez le cerveau de toute "voix discordante" (une expression de mes locaux) et de tout nouveau venu. Ceci donne des mots tels que les tiens : "quand on ne sait pas" ... on la boucle. Et puis accessoirement, un mépris souverain des conseils ou avertissement de la FEC; je me souviens de deux d'entre eux, exprimés en Ag ou congrès par SL: "quand vous avez un nouveau, soignez le" et "il ne suffit pas de gérer la crpcen" mais il faut savoir revendiquer. A méditer pour ceux qui, pleins de volonté ou de combativité, voudraient prendre place dans cette nef où l'esprit revendicatif naturel chez un nouveau, la curiosité de même, ont vite fait de s'éteindre une fois rentré dans le moule. Celui d'un CA totalement inerte en face d'un bureau omnipotent. Contre l'esprit et la lettre de nos statuts. Et tout le reste suit.
Comme dans les études, si vous n'êtes pas diplômé notaire ou un c.o.n. distingué, dans cette boutique syndicale, il faudra pas mal de temps avant que vous ayez voix au chapitre. Ajoutons à ceci que, d'un syndicat autrefois tenu par les principaux qui faisaient leurs congrès en costumes et nœuds papillons -dommage que la culture psy soit absente de l'époque ou du milieu et que l'on n'ait pas laché quelques observateurs qualifiés dans ces soirées de notaires bis, car on aurait sans doute pu prévoir ce que la basoche allait non devenir aujourd'hui - eh bien! on passe un peu à un syndicat de diplômés notaire ou de notaires salariés. Autant que les clercs de base le sachent.
En tout cas, une chose est certaine, il est assez difficile de faire entendre la petite voix des clercs de base dans ce syndicat FO et ceci, même à la FEC. J'en sais quelque chose pour avoir tenté de le faire devant le secrétaire de la FEC, à tes côtés RWM, avec un autre camarade, un certain 23 mai je crois. J'étais alors membre du CA et plutôt réticent à l'idée de cette démarche. Il n'est rien sorti de la tentative et encore maintenant, j'ai du mal à saisir pourquoi la FEC laisse pourrir la situation jusqu'à la Grande Armée, les documents syndicaux circulant régulièrement via les chambres de notaire et donc sous leur contrôle etc. etc. etc.
Sans aucun doute, tu sais bien des choses que je ne sais pas et tu dois avoir une idée sur ces questions. Pour moi, c'est un mystère; FO fait de l'indépendance syndicale sa pierre d'angle mais permet ici et là que l'on bafoue ce principe ouvertement, en défilant avec la Grande Armée. Ce que j'ai vu et que je continue d'ailleurs de voir ici, c'est à ce point grossier et incroyable que je n'en reviens toujours pas. Tu l'avais dénoncée, toi, RWM, la Grande Armée, non? Nous étions DEUX, toi et moi.
En tout cas tu défends tes camarades et en cela tu as sans doute raison.

Mais pour finir, tu sais comme moi que vos trop bonnes manières qui sont tout de même difficiles à comprendre ne seront d'aucune efficacité dans la tempête qui s'annonce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Se syndiquer   Aujourd'hui à 5:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Se syndiquer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Se syndiquer
» SE SYNDIQUER
» [Qst] Delegue du perso !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALARIES DU NOTARIAT :: FGCEN :: DROIT SYNDICAL-
Sauter vers: