SALARIES DU NOTARIAT

Forum des salariés du notariat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 62ème congrès FGCEN-FO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: 62ème congrès FGCEN-FO   Jeu 14 Mai 2009 - 9:42

Bonjour henri,
Le bulletin d'inscription contenu dans LA BASOCHE N°1/2009 en cours de distribution postale, mentionne les renseignements que tu souhaites connaître.
Bien entendu, j'ignore la météo d'octobre prochain, tout comme les "spécialistes" d'ailleurs.
Ton chef de groupement ou Président de Syndicat local, est à même de te renseigner utilement sur les conditions de prise en charge d'une partie des frais de séjour et de déplacement de sa délégation officielle, dont tout adhérent à jour de ses cotisations peut faire partie.
Même chose sur le déroulement pratique du congrès, qui se veut un moment intense d'échanges entre tous les militants, tant sur tous les sujets d'actualité, que sur le thême principal, que je ne connaîs pas encore à ce jour.
Selon le 4ème alinéa de l'article 34.2 de la CCN du Notariat du 8 juin 2001, tu peux bénéficier de 2 jours de congés exceptionnels pour participer au congrès annuel. Si ton patron s'y opposait, cela constituerait un délit d'entrave.
Retrouvons-nous tous à GUETHARY les 16 et 17 octobre 2009.
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
henri



Nombre de messages : 32
Age : 56
Localisation : 59
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Jeu 14 Mai 2009 - 19:57

Bonsoir RMW,

Juste pour rire : une cotisation pour deux jours de congés en plus, c'est super intéressant, et en plus c'est déductible...

Plus sérieusement : merci de tes renseignements. Je vais guetter le facteur car je n'ai pas encore reçu la 1ère Basoche de l'année. Je viens de jeter un oeil dans la pochette où mon épouse les range, la pile s'arrête à décembre 2008. Je promets de la lire attentivevement. Je ne sais si je pourrai me rendre à GUETHARY. Je vais déjà aller à l'assemblée générale de mon secteur, la date n'est pas encore connue (septembre sans doute) mais manque de bol, j'ai l'impression que ma nièce se marie à la même époque), pour une fois que je voulais aller à l'A.G..
J'avoue humblement que je n'ai pas été très actif jusqu'à ce jour.
(disgression : il n'y avait pas un chanteur qui s'appelait GUETHARY ou avec une orthographe approchante. je crois me souvenir qu'il se prénommait Georges).

Je vais aller maintenant sur le sujet élection comité mixte. J'ai une question.

Après lecture faite...(correction maximale de mes fautes de frappe)

Bonne soirée.

Henri.

Henri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Guéthary un village typiquement basque   Ven 15 Mai 2009 - 0:44

Bonsoir henri,
Le chanteur d'opérette et comédien, Georges GUETARY, de son vrai nom Lambros WORLOOU, est né le 8 février 1915 à ALEXANDRIE et décèdé le 13 septembre 1997 à MOUGINS.
Rien à voir avec la petite bourgade du pays basque, ancien port de pêche à la baleine, qui comptait 1296 habitants au dernier recensement de 1999.
GUETHARY, comme le Pays Basque sont à découvrir, absolument !
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Jeu 2 Juil 2009 - 15:53

De Strasbourg, assez loin du pays basque.
Au sujet du congrès, double question :
- l'ordre du jour, les groupes de travail et les thèmes sont ils arrêtés ?
- pour sa préparation peut-on en débattre, soumettre des thèmes, questions ou suggestions via ce forum ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Thème(s) du congrès FGCEN-FO 2009   Jeu 2 Juil 2009 - 17:10

Bonjour marzolf,
Bienvenue sur le forum des salariés du notariat.
Comme tu ne peux pas l'ignorer, les thèmes, questions et suggestions en vue des débats du prochain congrès des militants, sont l'affaire du bureau de la Fédération, de son conseil d'administration et de tous ses chefs de groupements (responsables des syndicats fédérés).
Cela dit, le forum étant par nature ouvert à tous les publics, rien ne peut interdire que quelqu'un s'y exprime sur tel ou tel sujet.
Pour connaitre l'ordre du jour des travaux, il convient de s'adresser directement aux organisateurs à Paris.
Il était d'usage que les thèmes soient communiqués préalablement, aux chefs de groupements afin qu'ils puissent en débattre librement dans leur syndicat respectif. D'ailleurs ceux qui le souhaitaient, rapportaient à la tribune du congrès.
Comme je dis toujours, les syndicats sont ce que l'on veut (nous les militants) qu'ils soient !!!
J'espère avoir répondu à tes interrogations.
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Ven 3 Juil 2009 - 2:05

Bonsoir RWM,
Réponse approuvée à 99%. Surtout les lignes allant de "il était d'usage" à !!!. A l'impossible nul n'est tenu. Il est donc impensable que je reste dans l'ignorance des "thèmes, questions et suggestions des débats du prochain congrès des militants". Fort de tes encouragements, je vais m'enquérir de la chose auprès de mon syndicat départemental. J'ai de la chance.
Ceci étant, je voudrais dire à mes amis et collègues, syndiqués ou non syndiqués - j'encourage vivement chacun d'entre nous à se syndiquer dans nos syndicats membres de la fédération elle même affiliée FO, bien entendu - que nous avons, depuis une récente modification des statuts de la fédération, la possiblité d'adhérer et de verser directement nos cotisations auprès de ladite fédération. S'il existe un syndicat départemental, ces adhésions sont versées dans ses effectifs et la cotisation correspondante est attribuée audit syndicat qui délivre, bien entendu, un reçu fiscal en bonne et due forme.
Je rappelle - on ne le fera jamais assez - que les cotisations sont déductibles et que l'on récupère ainsi deux tiers.
RWM, jusqu'ici, est-ce exact à 100 % ?
Dans ce cas, je me propose de poursuivre.
Pourquoi la susdite modification des statuts de notre fédération a t'elle été approuvée par nos amis militants? Probablement parce que dans notre profession comme partout ailleurs, le taux de syndicalisation est bas, au point qu'il devient impossible à quelques uns, même lorsque ils sont de bonne volonté et dévoués de longue date, de tenir la barre sur les fleuves et les nombreuses rivières de France et de Navarre.
Quitte à faire chuter le taux d'approbatin de RWM, disons que c'est le cas dans mon département 67 (Bas Rhin) qui était traditionnellement un département ayant un syndicat actif.
Pour faire remonter le taux, dans le 68 (Haut Rhin), le syndicat local se porte mieux (voir la coupure de presse publiée voici peu dans la Basoche dont mes collègues du 68 peuvent s'honorer à juste titre, c'est l'occasion de leur adresser mes salutations syndicales et mes remerciements, si, si..., j'y tiens beaucoup...).
RWM est-il possible de dire ainsi publiquement à nos lecteurs, sans réjouir de manière inconsidérée la frange la plus éclairée de nos employeurs, combien de départements en France ont encore un syndicat départemental qui adhère à la fédération avec un fonctionnement réel ? Ils ont bien du mérite, ceux qui les animent.
Sans trop m'avancer, je pense pouvoir répondre tout seul à ma manière en disant que l'on compte probablement sur les doigts (sans les doigts de pieds) les départements encore dotés d'un tel appareil en état de marche. Il y a de quoi se ronger les ongles (ceux des doigts pieds, si vous y tenez) avant de marcher sur les mains, mais c'est absurde et vrai. il y aurait plus d'un tiers des départements dans lesquels c'est le désert, un peu partout des isolés et plus que quelques syndicats en ordre de marche.
100% des départements ont une chambre des notaires bien organisée, cherchez l'erreur.
Le taux d'approbation de RWM est certainement en train de faire du yoyo
A mon humble avis, toujours, nos "patrons" n'ont strictement rien à gagner à cette situation car il n'y a plus grand monde en face d'eux pour dialoguer normalement. A moins qu'ils envisagent tout simplement de se passer de clercs, au sens de ce mot d'autrefois? Ce n'est pas aussi absurde qu'il y paraît. Les avocats l'ont fait, pourquoi pas les notaires?
D'une manière générale, les personnels politiques d'à peu près tous les bords s'accordent pour dire que la situation syndicale est malsaine.
Mais un vent de libéralisme outrancier nous pousse peut être vers des berges peu accueillantes...
RWM, et à tous, double question: les constats ci-dessus vous semblent-ils corrects ou caricaturaux ? Et les différentes opinions exprimées ci-dessus sont elles audibles à présent dans le notariat post Darrois ?
Ce forum peut être un moyen pour les adhérents individuels et les membres de syndicats départementaux (les chanceux!) de participer à la vie démocratique et syndicale et notamment, à la préparation du congrès de nos militants.
En plus, pardon pour cette mauvaise plaisanterie, ceci peut occuper nos collègues au chômage. Oui, c'est une mauvaise plaisanterie.
Vous noterez que je signe de mon nom, Marzolf, qui n'est pas un pseudo.
Il ne s'agit ni d'une imprudence, ni d'une opération kamikaze, mais d'un acte responsable tendant à syndiquer, pour commencer, mes chers et très chères collègues. C'est devenu assez fou de vouloir syndiquer ses collègues... Allez, juste pour le fun!
Eh bien voilà, c'est dit et écrit, je ne suis pas un syndicaliste honteux. A bon entendeur, salut.
Salutations et clin d'oeil amical à mon collègue de l'étude qui fréquente le site, lui, mais tire un peu à boulets rouges et de manière compulsive sur les syndicats en général. Je lui pardonne. Compte tenu des circonstances particulières dans notre étude, qui n'incite pas à toutes les audaces, j'espère qu'il appréciera l'intégrité comme la sincérité du compliment.
Le débat est peut être ouvert. A vous de rebondir bounce
Puisse t'il s'animer et déboucher sur des contributions utiles aux travaux de nos militants, anciens et nouveaux, lors du congrès.
J'espère que cette contribution sera bien accueillie.
Je n'en suis pas certain du tout.
D'ailleurs, histoire de faire le complément à cent manquant au début de cette modeste mais trop longue contribution: je n'aime pas le mot militant.
Mes amitiés syndicalistes à RWM dont chacun peut mesurer la présence constante et l'investissement tout à fait hors du commun sur ce site. farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Débat syndical   Lun 6 Juil 2009 - 22:32

Bonsoir marzolf,
La politique de syndicalisation des syndicats de clercs et employés de notaire FO et de la Fédération qui les rassemble, n'est pas mon affaire, mais celle de leurs dirigeants dont je ne fais plus partie.
Il existe de nouvelles règles légales en matière de représentativité syndicale et nos politiques ne pourront pas faire l'impasse sur ce sujet lors du congrès.
Le secrétaire général de la FEC FO qui doit assister à une partie des travaux de notre congrès, évoquera certainement cette "nouvelle représentativité syndicale", dont tous les syndicats (au sens très large du terme) peinent manifestement chaque jour, à appréhender les nouvelles règles et leurs conséquences.
Concernant l'organisation de la profession notariale, tu ne peux pas ignorer que les chambres départementales de notaires se regroupent de plus en plus, sous la double impulsion du CSN et de la Chancellerie.
Consécutivement nos syndicats devront évoluer, s'ils ne veulent pas être leur propre fossoyeur.
Bien entendu, je réserve mes idées et travaux de réflexion sur le sujet de la représentativité en priorité aux militants du congrès et certainement pas au Forum, où bon nombre de nos visiteurs de sont pas des syndiqués et encore moins des militants. Ne nous trompons pas de tribune!
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Mar 7 Juil 2009 - 3:44

Bonsoir RWM,
Eh bien voici à nouveau une réponse avisée de ta part.
Ta modestie n'enlève rien au fait que tu fais bien ton boulot.
C'est carré, parfois un peu cassant, mais pour ma part j'apprécie d'autant plus le fond de tes propos.
Trêve de compliments.
Voici donc un coin de voile levé sur un point qui sera abordé au congrès.
Eh bien merci!
Beaucoup d'entre nous ignorent tout du sujet que tu viens ainsi d'évoquer.
Je suis certain que ce point des prochains débats du congrès et ceux que tu pourras peut être indiquer encore sur ce forum susciteront de l'intérêt.
Peut être as-tu des idées de lecture qui permettent d'entrer dans cette actualité importante de la nouvelle représentativité syndicale ?
Je suis convaincu que nos collègues sont demandeurs.
Si je comprends bien ta réponse tu expliques que les visiteurs de toutes natures de ce site ne doivent pas s'attendre à trouver ici les informations et les débats que nos militants et nos dirigeants réservent à juste titre pour d'autres lieux. Ce serait irresponsable en effet de se tromper de tribune... Je ne peux que partager ce point de vue et je prends bonne note de ton avertissement. pirat
Pour autant, s'il n'est effectivement pas indiqué de venir débattre ici à contre emploi, il ne l'est peut être pas davantage d'y livrer des éléments identifiables d'une situation personnelle. Ceux d'entre nous qui viennent ici en exposant ainsi m'a t'il parfois semblé leurs situations, ne viennent probablement pas avec cette seule idée d'y régler leur problème en prenant des risques.
Les collègues que je peux observer avec ma modeste vision agissent au quotidien de manière plutôt responsable. Ils n'en sont pas moins réduits à l'empirisme dangereux auquel condamne l'isolement.
Au total je pense que si certains de nos collègues se hadardent à venir ici, ils le font peut être aussi avec l'idée de prendre un peu de hauteur.
A nos dirigeants qui dirigent encore d'en donner.
Je suis certain qu'après réflexion avec ces dirigeants là - il nous en reste encore même si certains se sont visiblement perdus dans la nature - vous sauriez susciter ici même l'intérêt, l'ébauche de débats et peut être les nouvelles formes d'activité syndicale de demain. Elles amèneraient à l'avenir, la cohésion indispensable dans les rangs un peu plus étoffés dont nous avons grand besoin.
Nous n'aurons pas de sitôt les effectifs un peu structurés d'autrefois.
Mais un petit nombre soudé et formé peut être... ce n'est pas gagné mais c'est encore possible.
L'ébauche d'une relève. C'est positif et optimiste. J'ajoute que je vous fais plutôt confiance pour tenter de la constituer. Mille fois d'accord avec toi sur le mot évoluer. Autant le mot militant m'indispose un peu - je crois bien que je ne suis pas le seul - autant le choix de ce mot évoluer me semble judicieux. Bien sûr "évolueur", j'admets que ca ne ressemble à rien pour remplacer militant. Mais c'est quand même mieux que fossoyeur. Il va falloir se creuser les méninges... Sleep
Bref. Sur ces considérations soporifiques mais amicales, n'en doute pas, quels autres coins de voile peux-tu dévoiler ici pour nos collègues qui voudraient prendre part et vous encourager dans le travail de préparation du congrès ? study
Même s'ils n'y vont pas - ce qui sera mon cas... - ceux qui auront échangé pendant le temps qui nous reste jusqu'au congrès auront le sentiment d'y avoir participé.
Il en resterait quelque chose de durable. Ce serait mon cas. Ne le pensez-vous pas ?
Je serais vraiment ravi d'avoir ici d'autres réponses à même de susciter, comme celle que tu viens d'offrir, l'intérêt et la participation ne serait ce que de quelques uns.
Je ferais volontiers la promo de telles réponses - j'en prends volontiers l'engagement - et je fais le pari qu'elles seront lues par des collègues parmi lesquels certains se lieront d'appartenances syndicales et professionnelles.
Bien sincèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Rénovation de la démocratie sociale   Mar 7 Juil 2009 - 17:44

Bonjour marzolf,
La loi n°2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale, modifie profondément les règles concernant le droit syndical dans l'entreprise.Le numéro juridique de LIAISONS SOCIALES n° 15312 du 27 février 2009 , intitulé "LE SYNDICAT DANS L'ENTREPRISE" revient en détail sur cette réforme.
Bonne lecture à celles et ceux que cela intéresse.
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Militant, militante.   Jeu 9 Juil 2009 - 1:03

Bonsoir marzolf,
Je m'inquiète toujours, lorsqu'un clerc de notaire (je ne dis pas volontairement, rédacteur d'actes) souhaite changer certains mots, dans un texte.
L'adjectif militant, signifie, qui lutte, combat pour une idée, un parti, une cause.
Le nom militant(e)
, désigne un membre actif d'une organisation politique, syndicale, d'une association.
Ces définitions m'apparaissent très claires. Pourquoi vouloir créer un nouveau mot du style "évolueur". Un militant, serait-il un incapable majeur, au point de ne pas savoir ou pouvoir évoluer intellectuellement parlant?
Toutes ces volontés de changement de mots, sont de la communication, comme on dit aujourd'hui, alors qu'il vaudrait beaucoup mieux, s'en tenir à l'étymologie pure et dure.
Mais ce n'est que mon humble avis, car ce n'est pas en changeant le nom de l'âne, que tu en feras un pur sang.
Au fait, tu te poses beaucoup de questions sur les thèmes du prochain congrès de notre Fédération.
Mais as-tu déjà seulement participé à un congrès syndical?
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erwanig



Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 01/07/2009

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Jeu 9 Juil 2009 - 21:27

pour répondre à certaines interrogations de Marzolf, je souhaite préciser que, dans certains départements "désertiques", la chambre propose, notamment pour les élections du comité mixte départemental, une liste (de non syndiqués biensur)... cherchez l'erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pepita



Nombre de messages : 1072
Date d'inscription : 06/09/2007

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Ven 10 Juil 2009 - 9:14

les membres du comité mixte départemental ont un role social en partie, c'est peut etre bien qu'il y en ait un même de non syndiqués si aucun syndicat ne présente de liste.
je sens que je vais me faire tirer dessus à cherry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DANY



Nombre de messages : 159
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Ven 10 Juil 2009 - 10:51

C'est clair c'est mieux que rien, mais c'est quand même grave au moment où l'on parle de la représentativité des syndicats. Dans le cas de ces chambres ce n'est pas une liste de salariés présentée par des salariés mais par la Chambre, pour moi il y a erreur ????
Il est déjà trés difficile actuellement de siéger en comité mixte départemental, vu l'état d'esprit des notaires, mais au moins on représente un syndicat, ce qui fait notre force, car ils savent que l'on n'est pas seuls devant eux.
Que dire de salariés élus sur une liste présentée par la Chambre ??? Quels pouvoirs ont ils ???? sinon celui de dire amen à tout ce que disent les notaires... car même si nos collègues sont de bonne volonté, ce dont je ne doute pas, ils vont tôt ou tard se faire manger par les notaires affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Ven 10 Juil 2009 - 16:31

Bonjour pepita,
Encore faut-il trouver le candidat qui accepte de "se compromettre" sur une liste présentée par un syndicat. Cotoyer des syndiqués est souvent mal perçu chez les salariés lambda. "Un syndiqué, ça sent le souffre!"
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pepita



Nombre de messages : 1072
Date d'inscription : 06/09/2007

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Ven 10 Juil 2009 - 19:48

ah bon à ce point ?
je ne ressens pas les choses comme celà, syndiquée membre du comité mixte départemental je n'ai quand même pas l'impression d'être une paria aux yeux de mes patrons ou des autres notaires
peut etre un peu crainte mais est ce du à mon caractère ou au fait que je suis syndiquée ? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Sam 11 Juil 2009 - 0:22

Bonsoir pepita,
Tu ne ressens pas les choses comme ça, parce que tu n'as jamais démarché des collègues pour solliciter leur candidature à une élection professionnelle.
Rassures-toi les notaires savent très bien, au moins dans leur inconscient populaire, qu'il faut rester "réglo" avec les syndicats et leurs adhérents. Sinon ça peut chauffer !!! Donc ils se méfient...
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pepita



Nombre de messages : 1072
Date d'inscription : 06/09/2007

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Sam 11 Juil 2009 - 8:02

sans doute, mais j'ai démarché pour qu'elles se syndiquent tout simplement et là quand j'entends les réponses, je reste sans voix et me demande souvent si on est bien au 21ème siècle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Syndicalisation chez les salariés du notariat   Sam 11 Juil 2009 - 13:37

Bonjour pepita,
Dans mon post d'hier 23:22, je n'évoquais même pas, la syndicalisation des salariés du notariat d'aujourd'hui. Je m'en tenais à une simple participation d'un non syndiqué à une élection professionnelle conduite par un syndicat, sans exiger de lui, une quelconque adhésion au syndicat.
Tout restait ouvert.
Le problème que tu évoques aujourd'hui, est un véritable problème pour toutes les organisations syndicales françaises, dont nos modestes syndicats FO de clercs et employés de notaire.
La syndicalisation a été pendant longtemps, au centre des préoccupations des responsables de nos syndicats et de leur fédération.
"Faire et conserver des adhérents" était leur leitmotiv. Je pense, en celà, à notre défunt camarade Lucien BRUEL.
Malheureusement ce n'est plus le cas aujourd'hui.
Le Congrès devrait s'engager, de ce point de vue, dans une réflexion fondamentale.
POURQUOI les salariés du notariat d'aujourd'hui ont-ils aussi peur de se syndiquer ?
POURQUOI ne veulent-ils plus reconnaître et soutenir le "travail" permament des syndicats de la branche, même si celui-ci n'est pas toujours "un plus" par rapport à l'existant ?
POURQUOI nos collègues retraités, ne renouvellent-ils plus leur adhésion, dès qu'ils sont pensionnés ? Où tout simplement, ne participent-ils plus aux activités du syndicat ?
Autant de questions et beaucoup d'autres, qui devraient faire l'objet d'une étude sociologique approfondie, suivie d'un débat, au sein du congrès, car, sans adhérents et sans le moteur CRPCEN, les syndicats vont purement et simplement disparaître de l'horizon notarial.
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erwanig



Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 01/07/2009

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Sam 11 Juil 2009 - 18:04

... ou se faire absorber par + gros que lui.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Sam 11 Juil 2009 - 19:16

affraid
Eh ben voilà! Ca papote! je craignais le silence de mort que semblait nous promettre RWM en parlant de nous mêmes comme des fossoyeurs des syndicats, ce qui est un non sens car on enterre pas encore les vivants, Dieu merci.
D'abord je pense moi aussi que ce forum doit être ouvert et vivant et je constate cet après midi avec plaisir qu'il l'est effectivement (un peu).
Merci RWM pour ta référence de lecture. J'avais déjà un peu potassé la doc mise à disposition par notre sndicat à nos "militants".
Je vais t'expliquer pourquoi je n'aime pas du tout ce mot "militant": c'est parce qu'il est très connoté.
Beaucoup d'entre nous, salariés de toutes professions, lorsque nous l'entendons, nous pensons tout de suite à une sorte d'appartenance obscure, à une idéologie, à une mouvance, un truc un peu rouge, ou noir dans le pire des cas, etc etc.
Je suis bien d'accord pour utiliser les mots avec leurs sens exact. Tu fais bien de rappeler les définitions, elles sont bien entendu exactes.
Alors je vais le faire aussi.
Connotation ; propriété d'un terme de désigner en même temps que l'objet certains de ses attributs. Ensemble des caractères désignés par un terme.
C'est le Petit Robert qui donne cette définition en opposant d'ailleurs ce mot à dénotation.
Or je disais moi que le mot militant fait réagir, le salarié lamda comme tu disais toi.
C'est vrai.
On parle bien de la même chose tous les deux.
Réagir par crainte et à cause de réflexes conditionnés. Conditionnés par un discours habituel dans l'entreprise, écoeurant et anti démocratique, sur ou plus exactement contre l'engagement collectif sous toutes ses formes et notamment syndical puisque c'est de ceci que nous parlons ici. On est une équipe, on va dans le même sens, ça s'est permis de l'ânonner à condition d'avoir l'air d'adhérer sincèrement au propos et de donner l'impression d'avoir eu le choix de le dire ou pas, etc, etc... C'est d'époque, libéralisme à outrance et individualisme forcené obligent.
Je me souviens de lois de 1982 sur l'expression des salariés dans l'entreprise et des débats qu'occasionnèrent ces textes, et n'allez pas me chercher des appartenances au PCF ou la CGT sous prétexte qu'il s'agit de la gauche triomphante d'alors ou d'un ministre de cette époque assez coloré politiquement ; ce serait un très très mauvais réflexe. Si ça peut vous mettre à l'aise, une fois pour toute je n'en suis pas, mais alors pas du tout et je lis la Basoche, pas la bastoche (en tout cas pas avec le même intérêt).
Mais pourtant c'est un peu de ceci que nous parlons. Du droit d'expression dans l'entreprise.
Un syndiqué sent le souffre ? C'est archi vrai, on passe illico pour un emmerdeur et un revendicateur et un râleur etc dès que l'on tient des propos qui laissent suspecter une oreille attentive à ces choses là. D'une manière générale, dès qu'on essaie d'articuler un discours qui ne fasse pas appel aux mots du discours ambiant, onomatopéique (c'est dans le Petit Robert), bref dès qu'on ne répète pas bêtement ce qui a été entendu ou "vu à la télé", dès qu'on articule un discours contenant plus de quelques phrases, avec des verbes, sujets et compléments et propositions (du luxe!), on passe déjà pour un contestataire et un scribouillard si on a l'audace d'écrire par dessus le marché.
D'aileurs le seul mot syndicat, même employé dans l'entreprise autour du café au détour d'une phrase anodine, suscite à lui tout seul ces réactions de crainte et de méfiance quasi automatiques...
Militant, syndicat, ce sont devenus de véritables repoussoirs. C'est un fait.
Parce que ces mots ne sont plus entendus avec les définitions que tu rappelles à juste titre, mais avec une autre définition. Ces mots connotent plus qu'ils ne signifient. C'est à dire que les sens qui devraient s'ajouter (connotation) sont entendus avant le sens premier. Curieux processus. Il y aurait beaucoup à dire la dessus. Mais revenons à nos Rhinocéros, pardon, à nos moutons (Je pense à Ionesco ou à Panurge si vous préférez).
Pourquoi s'obstiner à brandir des mots qui servent de grelot en face de nous, pour faire des syndiqués-syndicalistes-évolueurs-militants tous confondus dans une même opprobe, de véritables pestiférés ?
Nous ne sommes pas du tout forcés d'obliger ceux qui s'approchent des syndicats en se posant simplement des questions sur ce qu'ils vivent, avec leurs mots à eux, ceux dont l'emploi n'a pas immédiatement de conséquences insupportables, à passer sous les fourches de l'espèce de vindicte sociale qui se déchaîne dans les entreprises dès qu'on rentre dans le champs sémantique "syndicat" "militant" (Vindicte poursuite et punition des crimes par l'autorité au nom de la société - Petit Robert).
Au nom de quelle superbe et arrogant isolement le ferions nous ?
Autrement dit,
premièrement :
je suis d'accord pour qu'il y ait des syndiqués ET des non syndiqués sur les listes présentées aux élections, d'ailleurs 1/nous n'avons plus guère le choix 2/ l'organisation des élections est une obligation légale même en l'absence de syndicats.
deuxièmement :
c'est effectivement une prise de risque de se présenter à des élections en affichant ouvertement son appartenance syndicale comme un acte "militant" mais libre à ceux qui les assument de les prendre, à condition de ne pas laisser ces fous comme des pauvres bougres seuls dans la nature quand l'orage a éclaté...
troisièmement :
faire connaître à ses collègues, les informer, de ce qui se joue et se passe dans les syndicats, prendre place sur une liste même montée par la chambre des notaires (comment pourraient ils faire autrement, bonne question je vous la pose, merci), c'est une activité syndicale à part entière, et ce n'est pas automatiquement mettre en avant une inféodation, une allégeance (bien que les syndicats puissent soulager leurs membres de biens des problèmes), car on peut trouver tout à fait sympatique le travail syndical de quelques collègues et prendre part au débat sans vouloir pour autant passer dans la catégorie "engagé" "militant" etc
Bref, au total ce que je reproche à ce mot - si ça peut avoir un sens - c'est de braquer automatiquement contre ceux qui l'emploient de manière inconsidérée, à cause des raisons que j'évoquais, le plus grand nombre de ceux à qui s'adresse le discours qu'ils voudraient faire entendre.
En un mot on peut être syndicaliste sans être militant, avoir le droit de ce fait de participer aux débats dans l'entreprise et dans le syndicat.
C'est bien entendu là que je voulais en venir car notre ami RWM disait ici à deux reprises :
- que les thèmes et sujets et débats sont l'affaire de ... moi je pense au contraire que c'est l'affaire de tout le monde, et même de nos patrons qui n'ont pas hésité à payer quelquefois des cotisations syndicales lors des 35 heures pour avoir ce qu'il fallait en face d'eux...à leur place je généraliserais cette pratique qu'en penses-tu RWM ?
- que la politique de syndicalilsation etc, ce n'est pas son affaire... et moi je pense que si, son affaire, la mienne et celle de nous tous, à nouveau jusqu'à celle de nos patrons dont les chambres montent des listes si nécessaire parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement et feraient mieux de le faire avec des gens biens formés, re question à RWM ?
Questions pour tous d'ailleurs, pourquoi juste RWM lol!
Il ne s'agit pas seulement de changer les mots, c'est déjà fait. Les mots, c'est vivant comme nous.
Il s'agit plutôt de trouver une autre manière de faire qui permette à ceux qui viennent et ceux qui reviennent vers des activités syndicales - une simple prise de parole en est une - de le faire sans entrer obligatoirement dans des catégories surannées ou moribondes.
Ah oui, au sujet des ânes dont je suis, je voudrais raconter à titre anecdotique ce propos qu'il m'arrive de tenir à mes patrons lorsque je discute, disons pour faire court, de trucs un peu brutaux.
Eh oui, sans être "militant", il m'arrive de discuter pied à pied avec mes patrons, d'ailleurs ça m'a valu deux licenciements, pour insuffisance professionnelle bien entendu.
Voilà. Nous autres rédacteurs d'actes (ex clerc de notaire, pour reprendre ton amusant glissement sémantique, j'y reviendrai plus tard...) nous sommes peut être des ânes - on nous le dit parfois - mais au moins nous savons que pour faire avancer les bourriquots, il faut employer la carotte et le bâton de manière convenable : la carotte c'est devant, le bâton derrière. L'inverse, c'est très très très mal élevé. En ce moment, c'est un peu ce qui nous arrive, en exagérant un peu bien entendu. C'est une image un peu agricole, mais bon çà fera au mons rigoler ceux qui dégustent actuellement. Maintenant soyez gentils, ne me punissez pas pour ces propos discutables en m'envoyant un sac de carottes et des couverts en or, j'en demande pas autant.
Alors voilà RWM, évolueur, ça a l'air de t'embêter mais c'est un peu ce que nous sommes contraints de faire en ce moment, je veux dire ceux qui tentent de changer la donne.
Tu m'as demandé si j'ai déjà participé à un congrès, je te réponds oui et non. J'étais déjà syndiqué à l'époque du dernier congrès qui s'est tenu en Alsace mais le moins que je puisse dire c'est que je n'ai pas trouvé ma place au milieu des "militants", avant comme après ce congrès d'ailleurs. Mais cette discussion, en effet, je la réserve aux "militants" d'ici que je considère tous sans exception comme des amis, ne vous méprenez pas sur le sens de mes propos. Du reste il ne m'a pas été proposé de participer à la délégation de mon département, ce que j'aurais fait de très bon coeur. C'est peut être pas trop tard mais je suis un bagage bavard et assez encombrant. En plus j'ai tout le temps soif.
Bref, en effet RWM, le prochain congrès, je ne me suis pas inscrit mais ta manière de faire à toi, à cause de sa valeur d'exemple, m'inciterait plutôt à revoir cette position.
Maintenant je voudrais dire encore deux séries de choses (je sais j'exagère):
1/j'ai promis d'y revenir, tu parlais des clercs plutôt que des rédacteurs d'actes, ce qui n'a pas manqué de me frapper tellement c'est judicieux: voilà qui ferait un bon gros thème pour le prochain congrès et j'ai d'ailleurs écrit (je devrais dire bâclé) une vilaine bafouille (restée sans réponse) à nos amis de la fédération sur ce vaste sujet, car les clercs (et les notaires aussi d'ailleurs), ont de moins en moins de prise sur le contenu de ce qu'ils rédigent, rapport aux Génapi et autres prestataires qui petit à petit prennent le contrôle de notre activité quotidienne et pas seulement sur la forme. Clerc, rédacteur, ici aussi on évolue mais pas dans le bon sens à mon avis. Nos chers patrons ont beau s'en défendre, ils profitent des gains de productivité qu'apportent ces outils (ce qui explique probablement en grande partie les licenciements de restructuration actuels) mais ne semblent guère s'interroger sur les conséquences que ceci a sur l'avenir de nos deux professions ("clerc" et "notaire"). Deux (2) professions, cette dichotomie (division entre deux éléments qu'on sépare nettement et qu'on oppose Petit Robert) est volontaire et je la maintiens mais avec regret ; c'est une évolution inquiétante qui risque de nous laisser hors courses, nous autre "rédacteurs d'actes"; J'ai bien dit rédacteur et plus "clerc de notaires".
2/ Je disais en somme qu'on peut être syndicaliste sans être militant et pour l'illustrer, je vais vous raconter une petite expérience personnelle. Je me suis présenté aux élections de délégué du personnel dans mon "entreprise" sous l'étiquette du syndicat, avec présentation dans les formes par mon Président de syndicat (merci et félicitation à lui d'avoir pris le risque de prendre part à cette expérience électorale tout à fait légale). A mon avis, très peu l'ont fait. Alors voici le résultat. Sur la quinzaine que nous sommes dans l'étude, au premier tour, deux ont voté. Votre serviteur c'est à dire moi même, et une collègue actuellement en congé de maternité qui n'avait à mon avis pas très bien compris ce qui se jouait. A ce premier tour, deux suffrages exprimés, deux pour le syndicat. 100% Bravo. Mais absention de tout les autres collègues. Au second tour, c'est le principal qui se présente. Bon collègue d'ailleurs, et du reste il y a une bonne entente dans cette boîte. N'allez pas croire que je suis en bagarre avec tout le monde. Bien entendu, j'ai maintenu ma candidature au second tour et je vous laisse deviner le résultat. Alors voici ma question : je m'interroge sur la finalité réelle d'une loi qui a pour objectif déclaré de faire entrer de gré ou de force le syndicat dans les entreprises et pour effet réel de les stigmatiser davantage, si c'est encore possible.
N'allez encore et toujours pas croire que je suis fâché avec mes collègues ni avec mon syndicat, je les apprécie tous sans aucune exception. Et ç'est même valable pour mon boss qui vient de prendre sa retraite et que je salue sincèrement au passage, même si je le houspille de temps en temps d'ailleurs je compte bien continuer avec les suivants king
En plus cette expérience électorale était édifiante et très très très amusante...
(C'est souvent ainsi que les choses se passent, joli sur le papier et vilain sur le terrain. Ca aussi ça devrait interpeller les "militants". Je pense par exemple aux nouvelles formations et sur la manière dont les jeunes vont maintenant rentrer en réalité dans la profession... fermons cette parenthèse qui ferait aussi un très joli sujet au congrès - voir l'avertissement solennel publié dans la Basoche numéro 4 du 4ème trimestre 2008 page 7 col. jaune à droite)
Mais voilà, voilà, il faut faire avec cette état des choses syndicales et il y a beaucoup de chemin à refaire pour les faire "évoluer" dans le bons sens.
RWM, à l'heure des nouvelles règles sur la représentativité, combien de clercs militants se sont amusés à faire un tel sondage électoral grandeur nature dans les études, à ta connaissance ?
Ca m'intéresse très beaucoup beaucoup la réponse à cette question du militant indiscipliné que je suis (d'ailleurs mon Président de syndicat ne m'a pas demandé le résultat de ces élections, il peut les deviner ici cf supra, salut M. tu vas bien, si tu veux en parler ça te coutera une bière aux douze apôtres!)
Pour ceux qui n'ont pas capté tout mon bla bla, allez voir les nouveaux textes sur les élections des DP et relisez tout ce que je viens d'écrire après les avoir un peu compulsés. C'est une assez bonne manière de saisir l'esprit de cette loi par un bout, il faut bien commencer par un morceau de ce maelström.
Il n'y a pas que moi qui écrit comme un souillon, le législateur aussi se le permet, alors pourquoi pas moi sur ce modeste forum : sur ce point au moins vous êtes tous d'accord j'en suis certain!
Hop, à vos plumes, il n'y a aucune raison de vous gêner, en plus RWM répond toujours, c'est pas beau ça ?! clown
Amitiés syndicalistes à tous.
Marzolf

-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Devenir des syndicats de branche   Sam 11 Juil 2009 - 19:20

Bonjour erwanig,
Une trentaine de petits syndicats ne fera jamais un "très gros" syndicat. Au stade où nous en sommes, quel intérêt y a-t-il à absorber ou fusionner des syndicats moribons, que ce soit par un syndicat national ou une section de la FEC-FO ? Là est la question que le congrès devrait se poser très clairement ! C'est une politique énergique du recrutement sur le terrain qu'il faut mettre en place si l'on veut rester "représentatif" au sens de la nouvelle loi sus-évoquée dans ce sujet.
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Philosophie syndicaliste   Sam 11 Juil 2009 - 23:20

Bonsoir marzolf,
Autant te prévenir tout de suite, je serais beaucoup moins long que toi dans mes propos.
1/ Merci pour ton explication autour du "militant", mais tu ne m'as pas du tout convaincu.
Ce n'est pas en changeant "les mots qui heurtent" les oreilles d'aujourd'hui que l'on fera plus de syndiqués demain. C'est complètement méconnaître la mentalité profonde de bon nombre de salariés du notariat, que de vouloir leur faire prendre les vessies (d'hier) pour des lanternes (d'aujourd'hui). Restons pragmatiques et surtout réalistes.
2/ Je partages ton analyse sur le discrours néo-fasciste entretenu dans l'entreprise en général et le droit d'expression dans la même entreprise, lequel hérisse le poil de beaucoup de notaires très conservateurs de leurs privilèges et surtout de leurs sources financières.
3/ Une politique de syndicalisation pour être efficace et positive, doit être diligentée du national, vers le régional, voire le départemental et non l'inverse. Tous les syndicats n'ont pas les moyens physiques et intellectuels, de mener une reflexion fondamentale sur les difficultés de la syndicalisation en 2010, car même les grandes centrales syndicales y peinent.
4/ POUR CONCLURE : je citerais, à nouveau, Marc BLONDEL (citation parue dans Miroir Social du 24 mai 2009)
" En conditionnant la représentativité des syndicats au résultat électoral on restreint l'importance de l'engagement volontaire ou individuel, à son acceptation, son accréditation en quelque sorte, par les non-syndiqués."
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erwanig



Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 01/07/2009

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Sam 11 Juil 2009 - 23:49

BONSOIR RWM, il s'agissait d'une réflexion toute personnelle sur la loi de représentativité syndicale.
bonsoir marzolf, ça papote certes, ça prose également. Un syndiqué ne sent pas forcément le soufre, on s'en aperçoit d'ailleurs suivant le notaire que l'on a en face de soit, celui de "simple chambre" ou celui du CSN. Il faut bien donner un nom à une chose, que ce soit "syndicat" ou "groupe" ou "amis rédacteurs et Cie", le syndicaliste de l'imagerie populaire est certes éloigné de celui que l'on peut rencontrer aujourd'hui, germinal est bien loin.
Pour les listes de non syndiqués et de syndiqués, je pense qu'il convient quand même d'avoir une ligne de conduite commune, va t'on vraiment dans le même sens ? comment peut on avoir une idée commune si on n'en a pas parlé ni débattu auparavant, ça sert à ça aussi un syndicat, le pouvoir de parler en toute franchise.
Le risque, quel risque, quand on traverse la rue le matin, on prend bien plus de risques.
Alors serons nous tous prochainement des elkabach : OSONS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Dim 12 Juil 2009 - 13:56

Bonjour,
Vous êtes bien aimables de répondre RWM et erwannig, mais sincèrement vous m'agacez à l'heure de la Grand Messe car vos réponses sont pleines d'une tranquille assurance et d'une longue expérience.
C'est peut être le fossé entre militant et "militant" dont je parlais.
Syndiqué de CSN ou de première chambre, là mon ami tu vas faire rigoler les clérettes! Le syndicalisme au temps de Zola dont toi du parles, c'était à la base et même très en dessous du plancher des vaches.
Allez donc dans une étude de base (pas avec un patron pas au CSN, juste de base) vous faire embaucher et faites savoir au bout d'un moment (pas trop court surtout) que vous êtes plus ou moins syndiqués, je parle pas de dire que vous êtes militants : vous allez voir comment vous serez soignés aux petits oignons.
La réalité sur le terrain, c'est chacun pour soi et les jeunes qui entrent dans les études en ce moment ont vite fait de le constater. Ils en font l'expérience amère, ne serait ce que sur la fiche de paie.
Je viens de lire les sujets sur les élections aux comités mixtes et l'ignorance relative qui entoure cette vénérable institution.
Voilà, ca c'est la réalité, et pourtant des comités mixtes il y en a partout.
Bien sûr d'accord avec ta citation de Blondel.
Sauf qu'en vrai c'est encore pire que ça.
Voir élection DP.
Le type qui se présente risque de se faire casser en mille morceaux.
Le dispositif qui réserve le premier tour aux candidaturse syndicales est d'une perfidie extraordinaire. 10% c'est vite atteint bien sûr...
Cette loi scélérate est d'autant plus anti démocratique qu'elle utilise les moyens électoraux pour vider de sa substance une liberté fondamentale.
Osons, mon ami farceur, j'ai déjà été viré deux fois avec pertes et fracas et c'était pas parce que j'avais un bouton sur le nez ou une tache d'encre dans un acte. C'est parce que j'osais. Donc cette leçon, sans vouloir t'offenser, je ne la prends pas, en toute amitié.
C'est assez court comme prose ?
Message personnel pour RWM
Je ne vais pas au congrès même avec des amis si je n'ai pas pu participer un tantinet à sa préparation.
Tu es un peu sévère pour la Clairette de Die en général (elle peut faire de jolies bulles pleines d'esprit)... et pour Proust en particulier (il souffre de la comparaison).
Quand vous aurez fini de réfléchir ensemble, vous autres dirigeants nationaux, il n'y aura plus que des arraignées dans le désert régional ou "départemental" (curieux cette référence jacobine) et peut être aussi des mues et des oeufs de serpents.
Bon Dimanche, salutations à tous, avec mes sincères amitiés syndicales.
Signé Marzolf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erwanig



Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 01/07/2009

MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Dim 12 Juil 2009 - 19:43

effectivement vaut mieux ne pas se syndiquer, c trop risqué, pirat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 62ème congrès FGCEN-FO   Aujourd'hui à 19:35

Revenir en haut Aller en bas
 
62ème congrès FGCEN-FO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 62ème congrès FGCEN-FO
» fax n°39 FGCEN-FO
» Réflexions sur le Congrès de la Soummam
» Valeur du point
» emploi après la retraite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALARIES DU NOTARIAT :: FGCEN :: DROIT SYNDICAL-
Sauter vers: