SALARIES DU NOTARIAT

Forum des salariés du notariat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Articles de presses et blogs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 16 ... 28  Suivant
AuteurMessage
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Manifeste contre les notaires   Dim 15 Mai 2011 - 16:41

Bonjour notaire,
Effectivement le Manifeste contre les notaires est un ouvrage écrit par un (ex ?) avocat, qui est également diplômé de Sciences Po et Maître de conférence en droit à l'université de Toulouse I depuis 2000. Il a co-écrit avec Laurent LONGEVAQUE, ancien juge d'instruction.
Certes, il est facile de penser que le premier "aurait une dent" contre les notaires, mais le second, ancien magistrat, que peut-il avoir contre ces mêmes notaires ?
Ces deux intellectuels ne sont pas des "perdreaux de l'année" et ils ont truffé leur bouquin, de nombreuses références et citations, toutes vérifiables.
Avec ces éléments, j'aurais tendance à penser que le contenu général de ce manifeste, repose tout de même, sur un fonds de réalité, même si ce n'est pas facile à admettre.
Ne dit-on pas " qu'il n'y a pas de fumée sans feu ! "
Également, je me demande pourquoi, investir dans la parution d'un tel ouvrage, pour une simple vengeance personnelle suite à un échec à un diplôme de notaire ?
Si ce qui est écrit est réellement faux, pourquoi le CSN ne demande-t-il pas judiciairement le retrait pur et simple de l'ouvrage des rayonnages des librairies?
En résumé, ce bouquin n'est pas à l'honneur de notre profession et j'aurais beaucoup aimé l'inverse.
Pas toi ?
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
notaire



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 24/04/2011

MessageSujet: Confusion   Dim 15 Mai 2011 - 21:15

Bonjour RWM,

Le problème avec Vincent LE COQ, c'est que c'est un mystificateur.
Tu viens toi même de te faire piéger : il n'est pas maître de conférences en faculté de droit à Toulouse I.
Il est maître de conférences en faculté de géographie-aménagement à Toulouse II (tu peux taper Vincent Le Coq géographie sur Google, tu pourras vérifier par toi-même) ; je ne veux blesser personne, mais Toulouse II n'est pas à ma connaissance la faculté la plus réputée de France.
Il est bien ex-avocat, sa fin de carrière s'est même soldée par trois arrêts de cour de cassation (tu peux taper Coulombie Gras Le Coq sur Google pour vérifier) : c'est donc bien un procédurier.

J'ose par ailleurs affirmer qu'il tient des propos diffamatoires, à l'encontre des créateurs d'office de notaire : dans un reportage sur LCI, il explique qu'il y a ceux qui connaissent le droit (dont il affirme faire partie) et ceux qui connaissent le jury (dont font partie les candidats figurant devant lui au concours).
Le problème est que le recours contre le concours ne porte absolument pas sur cette question : il porte sur des éléments de procédure, qui n'ont rien à voir avec une éventuelle collusion entre le jury et les candidats.
Par ailleurs, je ne connaissais aucun membre du jury, et les propos qu'il tient sont donc dénués de tout fondement à mon égard.
Pour quelqu'un qui dénonce les vicissitudes des un et des autres, il pourrait peut être commencer par s'appliquer à lui-même les règles de droit : j'ai souvent remarquer que les donneurs de leçons avaient de toute façon une facheuse tendance à ne pas se les appliquer à eux-mêmes.

J'ai par ailleurs les éléments de l'appréciation de sa note à l'épreuve théorique : je pourrai te les fournir si tu le souhaites, çà n'est pas glorieux, il était à la limite du hors sujet.
Oser affirmer qu'il connaît le droit (notarial) après çà, alors qu'il n'a travaillé qu'un an dans une étude, et qu'il a été précédé par 98 candidats bien plus expérimentés que lui, quel toupet tout de même !
Je ne parle même pas de sa note pratique de 7/20 en cession de fonds de commerce : il a obtenu quelques points gâce à une question "subsidiaire" en droit de l'urbanisme (sa spécialité) mais était incapable de traiter le reste su sujet : de çà évidemment il ne se vante pas.

Quant à Laurent Lèguevaque, je ne vais pas t'inventer ce que je ne sais pas, je connais rien de ses motivations.

Enfin, la profession préfère ne pas répondre, à mon avis pour ne pas répondre à une polémique, qui lui permettrait de vendre plus de livres.
Pour ton information, ce livre ne se vend pas si bien que çà et n'intéresse pas le grand public : j'ai vérifié les statistiques sur Edistat : ils ont vendu un maximum de 1500 livres : on peut par ailleurs supposer que le livre a surtout été acheté par des gens connaissant le sujet.

Dernière chose : je n'ai pas lu le livre, je pense d'ailleurs qu'il doit y avoir des choses vraies dedans. Mais que veut-on : remplacer les notaires par des avocats ?
Je sais que certains confrères franchissent la ligne jaune. Mais ne penses-tu pas que certains avocats font de même? Que dire si l'on fouillait dans les cartables de certains avocats spécialisés en droit pénal : quand vous discutez avec certains d'entre eux, ils vous expliquent bien que certains de leurs confrères reçoivent des enveloppes de la part de gros truands qu'ils défendent...
Pourtant 95% des avocats avec lesquels je travaille sont honnêtes et travailleurs.

Pour conclure, je pense qu'il faut effectivement réformer le notariat en profondeur, mais surtout ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain, comme le préconise Vincent LE COQ.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Articles de presses et blogs   Mer 18 Mai 2011 - 23:39

Bonsoir notaire,
Il me semble de peu d'effet, de vouloir critiquer un livre que l'on a pas lu. Que son auteur, soit "un mystificateur" (sic) ou pas, il publie un manifeste bourré de réflexions fondamentales, de citations d'auteurs et de hauts responsables et de références journalistiques diverses que tous les notaires de France et de Navarre devraient lire, à mon humble avis... Ça leur ouvrirait les yeux tant sur le passé que le futur notarial.
Maintenant lorsque l'on ne veut pas savoir, il est plus commode de ne pas acheter le bouquin! C'est évident.
Pour ma part je viens de le terminer et je l'ai trouvé bien documenté et très intéressant notamment pour appuyer mes futures négociations syndicales avec le CSN...
18 euros ce n'est tout de même pas un investissement extraordinaire !
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
notaire



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 24/04/2011

MessageSujet: A RWM   Jeu 19 Mai 2011 - 0:27

Bonsoir RWM,

Evidemment 18,00€ ce n'est rien, sauf qu'une partie de cette somme revient à Vincent LE COQ, qui au cas où tu ne l'aurais pas compris a attaqué mon arrêté de nomination. Inutile de dire qu'il ne touchera pas de droits d'auteur de ma part, vu que cela fait 6 mois que je dors mal à cause de lui !

Par ailleurs, je n'ai à aucun moment critiqué le livre en lui-même ; je dis juste que l'auteur me paraît assez peu fiable dans son comportement, et qu'en général, ceux, qui comme lui, donnent des leçons à la terre entière ne sont pas les plus irréprochables : son comportement choque même certains de ses confrères avocats.

Je persiste et je signe également qu'il a tenu à mon égard des propos diffamatoires : ce n'est donc pas là, tu l'admettras, la meilleure preuve de déontologie de la part d'un avocat !

Pour le reste, ceux de mes confrères qui ont lu le livre lui ont trouvé un intérêt indéniable.

Je sais également une chose, c'est que sa critique n'est pas toujours juste : je te renvoie à la dernière phrase de l'article du parisien, qui prouve une chose : c'est que Vincent LE COQ ne connaît pas le droit notarial (je te laisse découvrir par toi-même) !

Enfin, tu n'as pas relevé la dernière phrase de mon précédent message, qui était peut-être la plus importante : je pense qu'il y aurait lieu de réformer le notariat en profondeur.


Cordialement.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Réflexions notariales   Ven 20 Mai 2011 - 1:12

Bonsoir notaire,
Merci de ton post et des précisions qu'il nous apporte.

1/ Ne pas acquérir un livre au prétexte que son auteur va en percevoir une partie du prix peut s'expliquer moralement lorsque son auteur est également en demande judiciaire contre soi. Mais est-ce le meilleur moyen de le contrer en défense ? Je n'en suis pas certain du tout.

2/ Critiquer l'auteur d'un bouquin que l'on n'a pas lu, me paraît sincèrement une utopie. D'autre part, ne peut-on pas s'intéresser à l'œuvre de TOULOUSE LAUTREC sous prétexte de son alcoolisme et de sa fréquentation assidue des meilleurs bordels?

3/ Le fait que l'auteur du bouquin, ne soit pas une "référence" en matière de déontologie professionnelle, lui interdirait-il de développer pour le compte d'un collectif de juristes venant de tous horizons, y compris des "diplômés notaires", des sujets de réflexions sur le notariat passé et présent?

4/ Est-il réellement besoin de parfaitement connaître le droit notarial, pour se permettre de critiquer un système dont beaucoup s'accorde à dire qu'il est de plus en plus "inadapté au temps présent (Voir les rapports Armand-Rueff, Attali, Darrois etc.) et qu'il handicape la compétitivité économique et sociale de la France contemporaine" (Sic) ?

La balle est bien dans le camp des notaires de France, il me semble !
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Articles de presses et blogs   Ven 20 Mai 2011 - 14:22

Holà RWM, comme dirait Pepita ! Carton rose ! On n’est pas au rugby là. Un coq au claque, ça sonne bien et j’admets que ce soit tentant. Mais pas dans un hôtel borgne sans quoi on ne pourrait pas nous le servir dans les règles de l’art avec tout le petit personnel requis et bien cuit au souper. Pas non plus au « Paradis » s’il te plaît, car c’est peut-être surestimer ce galliforme. En fait, peu importe : ça ne ferait pas plus chuter ce héraut de la foi publique bafouée de son piédestal improvisé sur une caisse destinée au pilon (selon notre ami « notaire ») que de le lire avec deux monocles en se pinçant le nez. Comme toutes les statues du Commandeur, la sienne tiendrait debout même dans le brouillard, à l’entrée du port ou ailleurs et même sous le noir de l’affreuse jaquette de ce bouquin. Inutile de vouloir l’éroder à coups de piques pour cornichons.
D’ailleurs après une troisième lecture, j’ai définitivement rangé cet ouvrage moyen sous une armoire âgée, donc bancale et respectable. Justement, c’est peut être la sentence finale du bouquin qui m’agace (lisez toujours les introductions et les conclusions en premier). Je la rappelle : supprimer le statut des notaires « si possible, avant qu’il ne soit trop tard ». Ce sont les derniers mots de son livre. Souvent ceux qu’on retient. Comme conclusion, avouez franchement que c’est chimérique. Son bras vengeur serait-il sur le point de sauver Marianne de ses mœurs légères ? Admettez qu’on ne parle pas ainsi aux vieilles Dames (ni aux plus jeunes d’ailleurs).
Je n’ai jamais aimé les justiciers car ils sont aussi peu désintéressés que les autres. Souhaiter la mort d’une profession parce qu’elle vous a jeté sur le trottoir, c’est un peu cogner le sein de sa mère quand il est sec, non ? Franchement, tout petit chômeur que je suis, ce n’est pas dans un esprit malade et épuisé comme le mien qu’une idée aussi nouvelle pourrait germer.
PS – « fréquentation assidue des meilleurs bordels » : référence personnelle ou littéraire ?! Dans le second cas – of course - je suis preneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Articles de presses et blogs   Ven 20 Mai 2011 - 14:44

Bonjour marzolf,
Que de blabla !
Quelles que soient les motivations et les modes de vies de tous les membres du collectif à l'origine de ce bouquin, ce qui m'intéresse c'est son contenu et ses références. De tout ça chacun peut bien faire ce qu'il veut.
Nous sommes encore en liberté que je sache et c'est ça qui est important : que chacun puisse s'exprimer librement !
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Articles de presses et blogs   Ven 20 Mai 2011 - 19:19

Bonjour RWM,
Oui, que de blabla, c'est bien vrai. Je suis incorrigible.
Mais j'aurais tout aussi mal pu prendre la défense de ce bouquin dont quelques chapitres intéressent autant le modeste syndicaliste que celui bien plus accompli.
Par exemple le chapitre 21 dont le sujet m'intéresse à plus d'un titre...
Accepterais-tu de te livrer dans un sujet approprié, à un décorticage en règle de son contenu ? Avec - sans ironie crois-le bien - la rigueur et la compétence qui te caractérisent et les éclairages que tu pourrais y ajouter ?
Pour ma part je suis pour que les notaires assistants et les candidats notaires soient au moins classés C2. Ce faisant, nos amis Notaires ne déprécieraient pas leurs propres titres et diplômes tout en laissant plus d'espace au développement professionnel des clercs.
Sous le bénéfice des nombreuses observations que j'ai déjà faites ici à ce sujet, je te pose la question en ayant en ligne de mire l'intérêt et le point de vue de ces derniers.
Mon opinion est que ceux des clercs et des jeunes ou moins jeunes diplômés notaires ne sont peut-être pas aussi éloignés qu'il n'y paraît.
Cordialement.


Dernière édition par marzolf le Sam 21 Mai 2011 - 3:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
notaire



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 24/04/2011

MessageSujet: Livre de Vincent LE COQ   Ven 20 Mai 2011 - 20:55

Bonjour à tous,

RWM, je te l'ai déjà dit, je ne critique pas le livre de Vincent LE COQ...

Et puis pour information, j'ai assisté à ma première assemblée générale aujourd'hui... sans commentaire : je vais acheter ce week-end ce fameux livre, je sens qu'il va commencer à m'intéresser !!!!

Voilà c'étaient les réflexions d'un jeune notaire, qui découvre les arcanes du métier... Je vais m'en retourner lire le Défrenois ce soir, pour continuer à être à la page et ainsi apporter le meilleur service possible à mes clients. Le reste se passe de commentaires.


Cordialement,

Un jeune notaire un peu désabusé.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Hypocrisie...   Sam 21 Mai 2011 - 10:30

Bonjour notaire,
J'avais parfaitement compris que tu ne critiquais par le Manifeste contres les Notaires, mais surtout l'un de ses auteurs.
J'attends maintenant que tu ais lu le bouquin, pour disserter librement avec toi sur son contenu, sans à priori.
La création d'un office notarial, n'est pas chose facile. Mais s'intégrer dans une compagnie, est également difficile.
C'est bien connu dans le microcosme, les "gros" notaires en place, ont une fâcheuse tendance à pousser les "petits" sur le devant de la scène, afin de mieux se cacher derrière eux et si possible "ramasser la monnaie" au sens propre comme au figuré !!!
Beaucoup de mes ami(e)s notaires m'ont parlé ouvertement (mais uniquement en privé) de ces "assemblées d'hypocrites..."
Je te souhaites bon courage et bonne réussite professionnelle avec autant d'échanges simplement positifs en clientèle, qu'avec ton personnel.
C'est, à mon avis, l'une des clefs du secret.
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Articles de presses et blogs   Sam 21 Mai 2011 - 13:04

Bonjour,
Histoire de recentrer un tout petit peu le débat sur les préoccupations quotidiennes des clercs de base et parce que je suis rempli d’une égale sympathie pour les notaires de base…je réponds du bout de ma plume (celui qui est habituellement encré dans mon esprit démonté) à notre ami notaire.
Ravi d’en tenir un par ici, sincèrement.
Je m’apprête à crier : à moi, camarades, qu’on le ligote, on en tient un ! (je plaisante).
J’espère qu’il y en aura d’autres. J’ai déjà remarqué que les conversations syndicales trouvent bien meilleur échos en ce moment chez les notaires que parmi la plupart de leurs esclaves totalement abrutis par des décennies de bourrage de crâne.
A propos, je réponds disais-je, au sujet d’un autre bouquin dont nous parlions ailleurs sur ce forum (le management pour les nuls). J’avais promis de l’acheter moi aussi, et de le lire (idem).
D’une première lecture (avec un monocle comme dirait RWM), je retiens deux coquilles qui me le font déjà considérer d’un mauvais œil (sans parler de la couverture noire, vous avez compris que je n’aime pas ce genre).
1/ page 268 – chapitre 15 « discipliner les employés : le bâton et la carotte » (sic).
Ah, j’adore çà ! D’autant que j’ai déjà été victime de méthodes très mal élevées qui consistaient à inverser peu ou Proust le côté de l’âne où il est recommandé d’appliquer l’un et l’autre de ces deux instruments.
Ne nous perdons pas d’entrée. Après avoir recommandé une méthode de sanction progressive, l’auteur ajoute «le but est de l’amener à corriger son comportement avant que vous ne passiez aux étapes plus musclées, comme la réduction de salaire, la rétrogradation ou (glups) le licenciement» (sic) et plus bas «il serait vain d’avoir recours à la discipline seulement une fois par an lors de l’évaluation des performances» (resic) et encore plus loin, un petit «nota» que RWM va beaucoup aimer «la discipline telle qu’elle est pratiquée dans votre société peut être différente de celle que nous décrivons dans ce chapitre. Si vous avez affaire à des employés syndiqués …» (reresic) et le reste à l’avenant. Tout est dit sur ce bouquin de m…
Sous le blabla de ce bouquin, j’ai bien l’impression qu’il y a là ce brouet actuel faisant du personnel un vulgaire rutabaga comme n’importe quelle autre fourniture en temps de divine surcrise.
Il me semble par exemple que les sanctions pécuniaires sont tout simplement interdites et que les entretiens annuels n’ont pas à priori de vocation disciplinaire… Mais bien entendu de tels conseils inappropriés ne peuvent être entendus dans notre noble profession. Elle a, du droit du travail comme de toute autre branche du droit, une connaissance fine et une pratique globalement positive. Eloignée de tout présupposé idéologique (j’allais dire « de classe » !). Contre ces c.o.n.s de petits clercs par exemple. C’est vrai, pour qui ils se prennent ces merdeux de la basoche ? Il y en a qui parlent, qui écrivent, qui lisent et qui osent même tenir tête à leurs maîtres en tout. Et dans un style merdique, vulgaire et pire : sur des forums syndicaux. Qu’on leur envoie les Versaillais et qu’on les colle au mur, que diable !
Bon, ne nous emportons pas. Et revenons dans les rangs de nos moutons noirs syndicaux.
2/ page 91 - chapitre 5 (eh oui je marche en crabe, ou en marche arrière et parfois en écrevisse comme dirait RWM), ledit chapitre étant intitulé « Recruter » (ah ! voici qui est intéressant pour le petit chômeur grande gueule que je suis) :
«Vous devez trouver un moyen de pêcher les meilleurs candidats dans une mer couverte d’épaves issues de la restructuration». Belle mentalité ! C’est toujours agréable de voir qualifier exactement le sentiment d’exclusion que ressentent les victimes des purges dont font régulièrement l’objet les petits merdeux dont je suis. Mais dans le notariat, d’après notre ami Le Coq, le problème ne se pose pas tout à fait dans ces termes puisqu’en matière de ressources humaines, nous aurions largement recours au népotisme. Et comme chacun sait, on n’applique pas les méthodes de basse police aux gens du sérail. Et comme on recrute uniquement par népotisme dans le notariat, il est bien entendu inconcevable que des méthodes vulgaires puissent être appliquées aux gens de qualité ainsi recrutés. CQFD, il ne peut pas y avoir de problème de ce type dans le notariat (et ne parlons plus de la piétaille s’il vous plaît).
Bon. Ca suffira pour aujourd’hui, il ne faut pas chauffer inutilement les oreilles de RWM. Quant à moi, je suis mûr pour l’apéro ; ça va être un petit muscat bien de chez nous je pense. A la santé des communards, c’est le 140ème anniversaire de la semaine sanglante ! Haut les cœurs, haut les pavés, haut les mains et hop là comme on dit chez nous.
Bon dimanche et à bientôt les amis.
PS - J’espère - ami notaire - qu’après avoir lu attentivement ces deux bouquins, tu n’adopteras pas plus l’esprit ou certaines méthodes lamentables ou illégales prônées par « le management pour les nuls » que les prémisses ou conclusions très orientées du « manifeste contre les notaires ». Ce serait vraiment te tirer une balle dans chacune de tes deux papattes…ce qui contrairement aux apparences ne serait pas très bipède attitude. La méthode à RWM est meilleure que ces lectures un peu malsaines… « des échanges aussi positifs en clientèle, qu’avec ton personnel ». Encore faut-il les accepter modestement ce qui semble bien être ton cas : à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
notaire



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 24/04/2011

MessageSujet: A MARZOLF   Sam 21 Mai 2011 - 15:56

Bonjour,

Je t'avoue que je suis passé un peu vite sur les chapitres que tu me cites : j'ai en fait lu uniquement les chapitres sur comment motiver les salariés !!!

Ben oui, j'avoue mon inculture dans ce domaine, puisque je n'ai jamais trouvé d'employeur qui ait essayé de motiver, ou parfois simplement de maintenir la motivation naturelle de ses salariés.

En fait pour le recrutement, je ne me suis pas posé trop de questions : j'ai reçu quelques personnes, dont une qui m'a dit très simplement ce qu'elle savait faire et ce qu'elle ne savait pas faire, et le fait qu'elle était motivée pour apprendre... çà m'a paru plus sain que certain (e) s qui indiquaient en gros en rouge sur leur C.V. : "fidélise la clientèle", ce qui peut parfois apparaître comme un peu prétentieux.

Pour ce qui est de la motivation des salariés, j'ai essayé de retenir quelques formules très simples, comme :
- remercier ma salariée quand elle fait bien son travail,
- faire un point régulier sur les dossiers, afin de savoir où elle en est, et lui fixer les dossiers prioritaires, et ceux moins urgents, ce qui permet de diminuer le stress éventuellement lié à la masse de travail,
- la former sur des dossiers qu'elle ne sait pas faire pour qu'elle ait l'impression de progresser au quotidien,
- lui demander de faire des heures supplémentaires, qui ne sont pas un dû, et lui payer ces heures,
- lui demander de temps en temps son avis sur l'organisation de l'étude, et bien sûr quand les suggestions me paraissent intéressantes les appliquer (oui parce que si c'est juste pour faire semblant de s'intéresser, çà n'est pas la peine),
- enfin, jouer une certaine transparence, quant au chiffre d'affaires et résultats de l'étude. Je ne lui dis pas tout, mais elle sait que je gagne de l'argent (je rappelle que je suis en office créé et que ce n'est pas forcément une évidence), et que j'ai constitué une trésorerie importante, et que j'ai donc plusieurs mois de charges d'avance.

Si tu vois d'autres axes qui permettent de se sentir bien au travail, surtout n'hésite pas ; qui mieux que des salariés pour savoir ce qui est motivant ?


Cordialement.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Explication de texte   Sam 21 Mai 2011 - 18:25

Bonjour marzolf,
Dans un post du 20 mai 18:19, tu me demandes "un décorticage en règle du contenu du chapitre 21"(sic) de l'ouvrage "Manifeste contre les Notaires".
Puisque tu emploies ce mot familier de "décorticage", je vais te donner ici le fruit de ce petit travail, sur le chapitre intitulé "Parce que le notariat dénature le contrat de qualification" développé sur seulement 4 pages.
2 pages sont consacrées à une explication des buts de la réforme de 1973 visant à rehausser le niveau des candidats et à une vision de "l'objectif d'excellence que fixe(rait) aujourd'hui le notariat à son personnel..." (sic)
Et 2 pages sont consacrées à une explication, selon l'auteur, sur la manière dont le notariat, à la recherche de l'excellence (dixit), pratiquerait des contrats de qualification au rabais.
Sachant que :
- les contrats de professionnalisation (ex-qualification) s'adressent à des jeunes âges de 16 à 25 ans révolus, aux demandeurs d'emploi âgés de 26 ans et plus et aux bénéficiaires de certaines allocations ou contrats;
- l'objectif est de permettre à ces populations d'acquérir une qualification professionnelle et de favoriser leur insertion ou réinsertion professionnelle;
Je ne pense pas que ce soit la voie recommandée, ni recommandable, à des étudiants disposant déjà d'un bac+5 pour accéder au diplôme de notaire.
Donc je n'ai rien compris à la tentative d'explication de l'auteur, sauf s'il s'agit de vouloir faire d'une situation exceptionnellement rare, une règle fondamentale.
Mais comme je ne suis pas un universitaire... c'est certainement normal. Il faut bien se faire une raison.
Le "grand intellectuel" (lol) que tu es ou veux devenir, aura certainement une explication plus rationnelle à me fournir sur ce sujet.
Bien cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Articles de presses et blogs   Dim 22 Mai 2011 - 8:16

Il a passé une bonne nuit RWM ?! J’en suis fort thèse et même en thème. Et puis je le remercie de m’avoir empêché de dormir tout mon saoul ! C’est qu’il deviendrait sardonique en plus ! Sympa ça. Car voici le tableau, ton chef d’œuvre nocturne. Je sortais chancelant d’un souper aux chandelles d’où - l’extinction des feux étant imposée par l’accorte maîtresse de maison pressée de rejoindre son galopin d’amant ailleurs que sur ma table - il m’a faluche rentrer bredouille à la case A pour me replonger illico penaud dans le laborieux ressassement intellectuel que tu m’imposes, tel un Maître ancien.
Et puis merci pour tes compliments sur mes performances cérébrales aussi. Je les accroche fièrement comme une médaille entre les tâches de graisse graphitée sur mon bleu de travail d’autrefois, celui que je portais lorsque j’étais apprenti mécanicien aux chemins de fer. Je le conserve pieusement avec ma clé de Berne, le crayon et les breloques de mon Grand Père - ancien chef de gare de seconde ou troisième classe avec une seule toute petite catastrophe à son actif (et encore même pas de sa faute) - comme autant de reliques.
Mais ne commençons pas par les divagations, venons-en au fait. Je constate, ami RWM, que contre toute attente tu rejoins le point de vue initial de notre ami notaire (qui se rapproche aussi du tien d’ailleurs, vous n’allez pas tarder à vous retrouver nez à nez sur cette voie unique) en disant peu ou prou que l’honorable porte casserole du collectif non-taire a fait un hors sujet, ou à peu près. Ce dont il serait coutumier ainsi que la chose nous a été décrite avec moult détails, merci.
En effet, tu soutiens mordicus excalibur que l’un des 25 chapitres du bouquin serait à côté de la plaque ou traiterait de cas tout à fait exceptionnels.
Le sage a tranché. Soit. J’en suis ravi. C’est comme à la SNCF, possible que tu aies raison. Alors en bon cheminotaire, je constate que le train est passé, je m’incline et m’abaisse tel le sémaphore au dessus de cette voie bien étroite : dont acte ! Et tant pis si le train de notre ami notaire arrive en face, ça va faire un beau choc frontal ça !
Mais au juste, est-ce moi ou toi qui se faisait l’avocat du diable en recommandant tout de même un peu la lecture de ce fichu bouquin ? C’est finalement ce que je vais faire à mon tour, par pur esprit de contradiction puisque tu as l’air de renoncer à ton parti pris initial. Si nous étions d’accord, on s’ennuierait. Alors allons-y gaiement de bon matin.
Pour commencer, n’étant pas plus outillé pour confirmer que pour infirmer le bien fondé de l’affirmation de Monsieur Le Coq, j’aimerais tout de même connaître la réalité des statistiques quant aux statuts et à la nature exacte des contrats de travail des jeunes (ou moins jeunes) gens concernés par ce court chapitre (leurs classifications réelles m’intéressent aussi). Ils sont forcément de plus en plus nombreux puisque le notariat fait de la multiplication des notaires – tous statuts confondus - une priorité absolue…
Disons de manière tendancieuse et rabelaisienne qu’ils ont le vent en croupe.
Pardon, j’ai dit que j’allais les défendre.
Sérieusement, as-tu des statistiques sur la nature des contrats et la classification des jeunes (ou moins jeunes) gens en cours de ces 18 à 24 mois de stage (et bientôt 36 selon le contenu de mon post de l’autre jour ?) dont parle notre Monsieur Le Coq.
Comme il est bien documenté et a des citations vérifiables – c’est toi-même qui l’a dit - et que toi tu es également à bonne source - je l’imagine – eh bien de deux choses l’une :
- soit il parle de sa copine ou d’un cancre las isolé dans mon genre, auquel cas tu as raison, Monsieur Le Coq a bien fait au moins un hors sujet sur vingt cinq chapitres, et n’en parlons plus,
- soit il parle d’un plus grand nombre ou bien d’une tendance lourde, et dans ce cas son raisonnement rapide n’est peut-être pas aussi hâtif qu’il en a l’air car d’ici peu il pourrait bien se traduire par des chiffres éloquents.
Sommes-nous d’accord pour raisonner sur ces bases saines ?
Dans l’affirmative, je suis curieux de connaître les chiffres dont je viens de parler.
A toi de jouer, une fois de plus.
Si tu permets, je poursuis laborieusement. Le sort du chapitre 21 du bouquin étant à peu près réglé si l’on s’en tient à cette méthode, attaquons nous avec la même rigueur - si tu veux bien - à un autre chapitre. Le 20 par exemple (et essayons de ne pas cracher les noyaux de cerises après ce décorticage, sans quoi il va bientôt y avoir des cerisiers partout).
Préambules et transitions assortis de questions, comme toujours : je viens de dire que la multiplication des notaires sous toutes leurs formes est une priorité absolue et qu’il est donc question d’une tendance lourde. Monsieur Le Coq ne dit pas autre chose dans ce chapitre 20 lorsqu’il constate qu’en région parisienne 2000 diplômés notaires (rien que çà) sont au service de …500 notaires. Un peu plus loin il constate que le nombre des études est passé en 1968 de 6323 à 4.534 en 2010 (qu’en pense notre ami notaire et qu’en dit la CLON ?). Ma question à moi est la suivante (déjà la question ?!). Tu me disais dans un post l’autre jour que je faisais une sorte de monomanie de ces personnels jeunes diplômés plus ou moins futurs notaires en tous genres. Mais dans ce bouquin que tu sembles défendre – et moi aussi maintenant, pour le fun - ce n’est pas une monomanie. C’est carrément une idée fixe que Monsieur Le Coq assène – et pas sans arguments – dans les termes suivants : «cette situation crée une opposition frontale …/… entre les notaires arc boutés sur leur statut et un personnel dont les espoirs d’évolution sont entièrement conditionnés par la disparition dudit statut ». Le tout assaisonné de citations du rapport Darrois que les notaires et nos syndicats ont combattu ensemble, et c’est très bien ainsi. Le chapitre est intitulé, je le rappelle « …/… blocage du dialogue social ». Alors…RWM, soyons brutal et court, pour une fois : tu soutiendrais les conclusions du rapport Darrois ?!!! Bien sûr que non. Moi j’espère comme toi d’autres solutions et je pense que le rapport Darrois, c’était la disparition des clercs comme celle des clercs d’avocats autrefois, avec leur caisse et tout le saint-frusquin.
Je vais terminer en prenant ton temps.
En rappelant d’abord que ce chapitre porte en exergue cette curieuse citation « 1 clerc sur 10 est un futur notaire » renvoyant page 72 – note 147 – à une étude visée semble t’il par les auteurs d’un article paru au JCP N n° 29 du 20 juillet 2007 page 1217 que je vais m’empresser de lire.
Puis en disant au passage bravo à Pépita qui a résumé d’avance tout mon blabla en quelques mots l’autre jour : « tu sais marzolf…/…les notaires reprennent la main ». Bien vu Pépita. Et au détriment de qui reprennent-ils la main ? Des 1 « clerc » contre 10 qui seraient des notaires en puissance (mon œil et mon monocle gauche, tiens!) et/ou des 2000 « notaires » sur 500 « notaires » (ce qui fait 4 contre 1 si je compte bien, et là je casse mon monocle droit et je me crève l’œil avec!) dont mille peut-être ne le seront jamais ? Diable ! Donc, si je comprends bien le delta est entre un sur dix et deux mille sur cinq cents qui peut-être ne seront jamais nononnonontonontontontatitontataires. Beau coup de fourchette statistique, Monsieur Le Coq. On ne prend pas le risque de creuser son tombeau avec un outil statistique aussi biscornu. Ah ils sont forts en calcul, ces futurs non notaires… Moi je compte sur mes doigts et je m’en sors très bien. Au final, noter s’il vous plaît qu’après tout çà je ne sais plus très bien ce qui différencie un non taire d’un clerc…Voilà Monsieur Le Coq en situation de faire un meilleur embrouilleur que moi, belle performance universitaire. Je m’incline, sémaphoriquement (bis). Allons y, tous sur la même voie, on va faire un beau tas de clercs de non taire !
Bien. Rebelote et 10 de der : c’est encore une question de chiffres, RWM. Et tu es sans doute mieux outillé que moi pour donner un éclairage correct sur cette étrange gymnastique proscrite dès l’école primaire puisqu’il s’agit ni plus ni moins d’empêcher que l’on compte ensemble, au hasard, disons des patates avec des billes, ou des clercs avec des prunes ou encore des non taire avec des queues de cerises, ou tout ensemble tant qu’on y est. En défiant toutes les lois de l’équilibre et de l’arithmétiques (pour ma part j’en suis encore sagement aux sabliers, aux bouliers, et aux chapelets parfois le Dimanche) … cette gymnastique se montre encore plus discutable que mes propres méthodes intellectuelles, déjà fort alambiquées. Je viens d’en refaire la preuve définitive.
Sur ce, justement, je vous souhaite un bon Dimanche et je parie à 10 contre je ne sais pas combien que je vais encore me faire clouer le Houellebecq avant ce soir.
Et débrouillez vous avec çà. Je n’ai pas plus envie de faire de l’ordre dans ce fourbi que de retourner débarrasser la table chez la susdite maîtresse de maison. RWM va se charger du premier de ces ménages et moi je m’en vais prendre mon petit déjeuner.
De toute manière, dans cette forme adaptée au fond du sujet, mon blabla sert très bien mon propos sur quelques désordres dans notre profession (de clerc).
Il ne reste donc plus que 23 chapitres à décortiquer, une paille. Et encore, j’affirme que d’autres font outrancièrement double emploi comme deux queues le feraient sur une cerise, même maclée par la nature.
Ce qui devrait limiter nos tâches en réduisant tout à la fois les crachats de noyaux et la taille dans la cerisaie qu’on ne vendra d’ailleurs pas plus que nous n’avons jamais vendu nos résidences de vacances. Qu’on s’en souvienne…
Quel magnifique hors sujet pour finir à la façon d’un cosaque venu du fond de l’est. Je bois à la vôtre, je jette mon verre, mon cigare, ma plume et mon chapeau. La journée commence, chouette alors. Tiens, on sonne chez moi. Ma femme de ménage ? Dimanche matin ? Bizarre.
Rideau, lumière et silence atterré du public.
Il ne me reste plus qu’à signer et à persister.
PS – voici bien le genre de blabla foutraque qui pourrait nuire à ma carrière urisertivaine, pour les palmes académiques c’est raté d’avance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Dernier commentaire sur le Manifeste contre les Notaires   Dim 22 Mai 2011 - 16:40

Bonjour marzolf,
De toute cette "diarrhée de mots", j'ai effectivement énormément de mal à extraire l'utile... Comme tu le dis si bien : tu divagues complètement et ce n'est pas le fondement (sans jeux de mots) de ce forum d'entraide entre salariés du notariat.
A cause de cela, je m'impose, d'imprimer ton texte, de le lire tranquillement, d'y surligner les mots et parties de phrases qui me semblent intéressants, puis d'en faire une petite synthèse... Quel boulot! Et pour quoi ?

RAPPEL : Tout d'abord, si j'invite à la lecture de certains ouvrages, comme celui dont nous parlons aujourd'hui, c'est essentiellement parce qu'ils incitent à une réflexion en profondeur sur le notariat d'aujourd'hui dans sa globalité socio-économique.
Chacun doit, ensuite, en tirer sa propre conclusion.
Si le collectif Non/Taire estime "qu'il est désormais plus qu'urgent de supprimer le statut et de retrouver le service" c'est son point de vue et uniquement le sien.

A propos du chapitre 21 :
C'est pour répondre à ta demande que j'en ai proposé une brève analyse et tiré ma propre conclusion. Mais ce n'est que ma conclusion personnelle.

A propos des 24 autres chapitres :
Ça me semble totalement inutile d'en tirer ici, une analyse, car chaque lecteur doit être à même de se forger son propre jugement. Ma conclusion est que ce n'est pas parce qu'un chapitre serait "à côté de la plaque" selon ton propre jugement, que tous les autres le sont obligatoirement. C'est un peu court de raisonnement !

Pour clore le sujet :
Je n'ai pas la connaissance de toutes les statistiques du notariat français. Si le sujet te passionne, il te reste à travailler au sein de ton syndicat, sur les rapports annuels de la Commission de l'article 107. J'ai personnellement d'autres centres d'intérêts que l'analyse de ce type de statistiques.
Enfin l'augmentation du nombre de diplômés notaires et de notaires nommés par la suite (notaires salariés, individuels ou associés) est une exigence du Ministère de la Justice et pas du CSN et des notaires de base qui, d'une manière globale, voient d'un mauvais œil "la prolifération des rats dans le fromage"... C'est facile à comprendre.

DONT ACTE.
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Articles de presses et blogs   Dim 22 Mai 2011 - 20:01

Bonjour RWM,
Bien d’accord avec toi. Inutile de décortiquer le bouquin avec ma méthode discutable. La tienne est meilleure. Je t’engage donc à poursuivre.
Ceci étant, ma logorrhée n’est pas si insensée que cela…puisqu’elle me vaut tes conseils et des avis que j’apprécie même s’ils décapent un peu ma Majesté Blabla. Ce n’est pas grave.
C’est ainsi que je te remercie tout d’abord pour ce conseil fort utile, concernant les rapports de la commission de l’article 107. Je ne compte pas trop sur mon syndicat pour s’y intéresser mais je vais m’en charger tout seul dans mon coin.
Ensuite, avant de clore aussi le sujet, je ne pense pas moi non plus qu’il soit inutile d’inciter nos collègues à réfléchir sur des questions qui engagent à ce point notre avenir. C’est même leur rendre un grand service que de le faire. Chacun à sa manière. L’un de manière technique et argumentée, l’autre de manière décapante et beaucoup moins respectueuse. Pourvu qu’on ne soit pas tenu de mettre sa langue dans sa poche et qu’on puisse se dire et se répondre toutes choses sans se gêner….tel n’est pas le seul intérêt mais un très grand intérêt de ce forum.
Avant de finir tout à fait, je voulais dire que je m’apprêtais à poursuivre à reculons avec le chapitre 19. « Le personnel, variable d’ajustement » ? Très intéressant ce chapitre et je sais de quoi je parle puisque j’ai moi-même fait l’objet d’un licenciement économique dans une étude qui affichait un chiffre en baisse, certes, mais aussi un résultat à faire pâlir d’envie bien des non taire. Ce qui est ennuyeux est que Monsieur Le Coq se penche sur le sujet du personnel en général dans le chapitre 19 uniquement pour continuer à mieux nous servir le sujet des seuls personnels qui l’intéresse dans les suivants. En effet, il commence ledit chapitre 20 par une citation qui semble s’intéresser encore un peu aux clercs. Mais c’est pour cesser illico de les calculer correctement pendant tout ledit chapitre 20, comme j’ai essayé de le souligner ironiquement. Tu crois toi au « dialogue social » (sujet affiché de ce chapitre) entre notaires et non taire ? Pas moi. Ils se dévorent entre eux et le feront de plus en plus, c’est à craindre. Nous mettons juste la table sur notre propre dos. Je sais bien que les non taire ont actuellement tendance à se monter en collectifs divers pour la défense désintéressée de l’humanisme notarial etc. Mais bon…sans les clercs. Curieux procédés qui montrent bien le manque d’intérêt de ces collectifs en tous genres pour des gens qui ne sont pas dans leur catégorie mais dont ils occupent de plus en plus le terrain. C’est un fait avéré. C’est bel et bien les clercs qui font et feront de plus en plus les frais de la « reprise en main » qui s’en suit. Ais-je tort, oui ou non ?
Et pour finir de finir, je suis bien d’accord avec ton propos sévère mes juste sur les rats et le fromage. Pour ma part je ne quitte pas le navire. Je suis même prêt à le défendre, sabre au clair s’il le faut. Je pense moi aussi que les Notaires ont besoin de nous. Ils devraient mettre l’accent sur notre formation et l’excellence parmi les clercs, non ? Le font-ils vraiment ? Il suffit de voir leur comportement de traînes savates lorsqu’il s’est agit de choisir entre licencier pour un petit profit immédiat ou bien de nous former pour un gros profit dans le futur…
Voilà. C’est moins long et ça va aussi. Et promis, personnellement j’en resterai là au sujet de ce bouquin.
Cordialement.
PS – pardon mais je ne peux pas être d’accord avec toi lorsque tu dis que l’exigence de multiplier les notaires n’est pas celle du CSN et j’ai d’ailleurs cité ici sur ce forum des déclarations qui vont bien dans mon sens et non dans le tien. Les faits démontrent qu’elles ne sont pas de circonstance et il n’est pas inutile pour des syndicats de clercs de s’interroger très sérieusement – statistiques en mains - sur les conséquences d’une telle politique dans notre profession de clercs. A ma connaissance, elles restent à peu près sans réponses mais peut-être pourras-tu me reprendre aussi sur ce point ? Je pense toujours que les notaires assistants devraient être classés C2 au minimum. Qu’en pensent nos experts de la fédé ?


Dernière édition par marzolf le Lun 6 Juin 2011 - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
notaire



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 24/04/2011

MessageSujet: A MARLZOF et RWM   Dim 22 Mai 2011 - 22:15

Bonjour à tous les 2,

MARLZOF, ce serait sympa effectivement de structurer tes messages, on comprendrait un peu mieux ce que tu veux dire.

J'ai commencé la lecture du livre de Vincent LE COQ. Ce qui m'a d'abord déplu, c'est la conclusion (la suppression du notariat), qui se trouve en fin de l'introduction : on sait donc dès le départ qu'il s'agit d'une instruction à charge.

J'ai lu certains chapitres et pas d'autres. Je passerais sur les exemples donnés dans les premiers chapitres sur les magouilles politiques et la complicité des notaires. Aussi spectaculaires qu'ils puissent paraître, je ne trouve pas ces exemples si marquants que cela. Une précision d'ailleurs : dans la plupart des cas cités, on ne sait même pas si un notaire est intervenu, puisque les actes concernant des organismes publics ont très bien pu être passés par acte administratif... Impliquer les notaires pour des actes qu'ils n'ont (peut-être pas) rédigé ressemble à un procès d'intention.

Les vrais problèmes soulevés par Vincent LE COQ (à ce point de ma lecture), sont :

- les inspections : je me pose effectivement la question depuis que je suis dans le notariat de l'utilité d'inspections réalisées par des membres de la profession. Si beaucoup sont faites très sérieusement, j'ai eu l'occasion de constater que cela dépendait réellement de la personnalité des inspecteurs. Et puis, ces inspections ont effectivement leurs limites, car des notaires on pu par exemple être en défaut régulier de couverture des fonds clients (la fameuse ligne C du tableau de bord) sans être inquiétés, alors que la sanction devrait être quand la situation se répète, soit une interdiction temporaire d'exercer, soit une destitution.
La question est comment améliorer ces inspections : les faire réaliser par un organisme indépendant pourraît être l'une des solutions (commission spécialisée au sein de la cour régionale des comptes?).

- les détournements divers : cela rejoint la question précédente et va au-delà. Ces cas sont rares, c'est la première chose à dire, mais ils existent, et il faut absolument mettre en place des règles pour les éviter : interdiction pour des notaires et des membres de leur famille d'être légataires dans un testament, à l'exception de legs faits par des membres de leur famille ; idem pour les donations ; enfin aggravation de l'interdiction prévue à l'article 1596 du Code civil : interdiction d'acquérir tout bien immobilier de l'un de ses clients, y compris ceux pour lequel le notaire n'a pas de mandat de vente ; avec toutefois une exception, possibilité d'acquérir un bien immobilier destiné à devenir sa résidence principale.

Voilà pour mes premières réflexions, la suite au prochain épisode.


Cordialement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Articles de presses et blogs   Lun 23 Mai 2011 - 1:41

Bonsoir Notaire,
D’accord avec ton observation sur la structure de mes messages mais tu l’as compris sans doute, je fais un peu exprès de brouiller les pistes et de touiller la marmelade dans une marmite avec un trop petit couvercle.
Je regrette que si peu de collègues participent aux débats nombreux et importants ces dernières années dans notre profession. J’espère encore naïvement qu’ils (je devrais dire elles) vont finir pas se réveiller en montrant qu’ils appartiennent bien à une profession intellectuelle. En mesurant leur silence abyssal, je me dis que leur esprit est bien plus embrumé que le mien. Je ne suis pas revenu de ma surprise de voir l’absence totale de réactions, par exemple sur ce forum lorsque l’une ou l’autre fois RWM y posait des questions pourtant très ouvertes. Ont-ils peur de ses réactions parfois cassantes ? Ils ont tort. Cet animal de RWM se plie en quatre pour rendre service, il faut le savoir…
Si mon blabla farceur – autre style - en surprenait quelques un(e)s en leur donnant l’envie de me reprendre même brutalement, en se reprenant eux-mêmes du même coup, j’en serais ravi.
Autant dire que je frise l’agitation et la provocation… Peut-être, je vais y penser…
Voilà pour la structure de mes messages méritant cette explication qui n’est pas une excuse.
D’ailleurs comme promis je ne vais pas trop me mêler d’analyser tout ce bouquin, ce dont je ne suis pas capable.
Je m’intéresse essentiellement aux pages concernant les clercs.
A ce sujet, vu ton parcours d’ancien clerc si j’ai bien compris, ton avis m’intéresse. Maintenant que tu as investi dans ce bouquin, si tu pouvais en sauter quelques pages et aller droit à ce but pour nous livrer tes conclusions à ce sujet …ce serait sympa aussi.
Mes propres observations, déjà dites maintes fois ici je crois, tiennent en quelques mots :
1/ Les clercs sont de moins en moins en situation de soutenir la concurrence que leur font des personnels de mieux en mieux formés (tant mieux), quoiqu’on puisse en dire.
2/ Un des résultats en est - dans ma région je le constate mais je crois que c’est général – la quasi disparition des principaux sans aucune réaction syndicale alors que c’était souvent ces mêmes personnels qui faisaient l’âme de nos syndicats. N’est ce pas étrange ?
Et mes objections (idem) ne prennent pas beaucoup plus de place :
1/ Dans l’état actuel des choses, continuer à ne pas se poser vraiment toutes les questions, pour un clerc syndiqué cela me semble une vraie gageure. Je rappelle (moi aussi) que la convention collective prévoit la classification C1 pour les notaires assistants (et je maintiens qu’il faudrait passer au C2). En effet, ils et elles se multiplient ces ami(e)s assistant(e)s (coucou les filles!), et mécaniquement les clercs vont encore davantage rester coincés dessous. Je ne suis pas le seul à constater cette tendance ni à en concevoir des motifs de frustration. Il me semble que ce sujet est de taille respectable et je ne comprends pas que l’on fasse l’autruche quand des « sommités notariales du moment » déclarent haut et fort, par exemple dans un article du JCP du mois de mars (sur l’union régionale des Notaires d’Ile de France) qu’il y a parfait accord entre le CSN et ces compagnies de Notaires pour multiplier le nombre des Notaires sous toutes leurs formes, donc mécaniquement le nombre des notaires assistants (lire cet article). J’avais observé ironiquement ici, dans un post précédent visant la conclusion de l’article en question (« chacun a sa place ») en me demandant si ce n’est pas plutôt « chacun à sa place » ! Je cite à nouveau l’article ici, pour l’occasion : « La question (de la règle du 1 pour 1) est très sensible à Paris car nous avons un très grand nombre de notaires assistants, diplômés notaires, qui n’ont pas le titre de notaire…/… l’objectif n’est pas de galvauder le sceau de l’Etat…/…il n’empêche que dans beaucoup d’études de la compagnie, les dirigeants sont prêts à recruter plus de notaires salariés qu’il n’y a de Notaires associés. C’est pourquoi nous avons demandé que la restriction du nombre de notaires salariés soit levée, ce qui ne met en aucune manière en cause pour autant l’existence d’une habilitation pour nos clercs juristes confirmés ». On ne peut être plus clair et il me semble que cela met bien de l’eau à mon moulin. Au passage je renvoie une nouvelle fois à la « proposition » de la conférence des Notaires déjà citée ici, au sujet des clercs habilités…
2/ En dernière analyse je ne vois pas en vertu de quoi – si ce n’est de choix (imposés?) des instances professionnelles - un nombre croissant de diplômés notaires devraient occuper massivement les postes les plus attrayants en maintenant de fait la piétaille sans vraies perspectives professionnelles en dessous de toutes les classifications C. Sans compter que ce n’est ni un encouragement pour se former et progresser (toi qui est sensible à cela tu devrais bien me suivre), ni une perspective rassurante quant aux salaires et retraites. Encore une fois, des statistiques mettant en rapport les classifications et les salaires seraient éclairantes pour savoir si j’ai raison ou tort.
J’espère avoir été plus structuré cette fois-ci mais permets moi de te dire que je m’exprime dans un français tout à fait correct il me semble. Même si mes schémas de pensée sont parfois difficiles à suivre. Je le répète, c’est un peu fait exprès et j’espère que nos trop rares militants et/ou syndiqués débordés vont pouvoir regarder davantage vers la base et ses préoccupations quotidiennes que vers le sommet les prochains temps. On va voir si faute d’avoir bien écouté une certaine grogne, nous n’allons pas avoir quelques surprises ces prochains jours. J’espère que non. D’ailleurs j’ai cru deviner avec mes toutes petites antennes que selon certains échos au comité mixte on tendrait un peu plus l’oreille vers la Basoche. Il est temps, "avant qu’il ne soit trop tard" pour parodier encore un peu M. Le Coq.
Bien sincèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
notaire



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 24/04/2011

MessageSujet: Manifeste contre les notaires   Lun 6 Juin 2011 - 19:45

Bonjour à tous,

J'ai lu le manifeste contre les notaires. J'en ai tiré la conclusion que la critique la plus juste était celle qui provenait de l'intérieur de la profession, sur des aspects très techniques : taxe, etc.

Par contre, j'ai failli m'étranger quand j'ai lu l'article sur la responsabilité civile "allégée" du notaire... surtout quand il y a un comparatif avec la responsabilité civile de l'avocat.
Quand on sait avec quelle facilité la cour de cassation établit un lien de causalité entre la faute et le dommage ! SUR CE POINT CE LIVRE EST L'EXEMPLE MEME DE LA MAUVAISE FOI.

Par ailleurs, je n'ai rien compris à la critique sur le contrat de professionnalisation. Un syndiqué chevronné pourrait-il m'expliquer ?

Tout cela me fait penser que finalement le notariat détient en lui-même les conditions de sa sauvegarde ou de son déclin. S'il écoute les critiques et suggestions en interne provenant des salariés, mais aussi des notaires de base, il survivra. Sinon, tel que la profession est organisée actuellement (Vincent LE COQ dirait une oligarchie au sein de l'oligarchie), le notariat ne survivra pas.


Bonne soirée à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Manifeste contre les notaires   Ven 10 Juin 2011 - 11:28

Bonjour notaire,
Tout d'abord, merci d'avoir accepté de lire ce bouquin. C'est en effet plus facile d'en parler.
Chacun retiendra ce qu'il voudra des différents sujets de débat qu'il explique ou tente d'expliquer.
C'est effectivement le cas du chapitre intitulé "Parce que le notariat bénéficie d'un régime de responsabilité allégée" Pour ma part je n'ai jamais trouvé que le notariat bénéficiait d'un régime de responsabilité allégée, bien au contraire et cela peut-être à cause de ses importantes assurances collectives. Les avocats de leur côté, lorsqu'ils contribuent à la perte d'une cause estiment toujours qu'ils n'y sont pour rien et que "c'est de la faute des juges, qui n'ont rien compris"... Pour moi ce chapitre est une démonstration peu convaincante... qui ne valorise pas la position des avocats sur le sujet. Cependant, je n'irais pas jusqu'à affirmer que c'est de "la mauvaise foi", mais un point de vue à débattre.
Concernant le contrat de professionnalisation, le débat est très simple à mon avis. l'auteur décrit très bien l'objet de ce contrat en page 226. Par contre, en page 227, il fait un lien que je trouve audacieux avec "un étudiant disposant déjà d'un bac +5 qui doit effectuer quatre semestrialités durant lesquelles un stage au sein d'un office est effectué parallèlement à une formation qui conduit à bac +7". Consécutivement l'ouvrage considère que soumettre des étudiants disposant déjà d'un bac +5 au régime d'un public sans qualification (jeunes âgés de 16 à 25 ans révolus, demandeurs d'emploi âgés de 26 ans et plus) est une "dévalorisation radicale du diplôme de notaire". A mon avis, pour un futur notaire, c'est totalement méconnaître la nécessité d'une bonne pratique professionnelle.
Pour le reste je suis entièrement d'accord avec ta conclusion.
Espérons que nous aurons d'autres intervenants sur le contenu de ce bouquin, qui a au moins le mérite de "mettre les pieds dans le plat", même si c'est parfois insidieux ou maladroit.
Cordialement.
PS Le Manifeste contre les Notaires n'était pas en vente ou simplement distribué dans les allées du Congrès des Notaires à CANNES. Je l'ai personnellement vérifié. Étonnant non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: Articles de presses et blogs   Sam 11 Juin 2011 - 16:52

« La fraude au RSA est dérisoire, comparée à la fraude aux cotisations sociales ou à la fraude fiscale ».
Monsieur Julien DAMON – « professeur associé à Sciences-Po et spécialiste des questions de pauvreté » - cité par le journal Libération du 9 juin 2011 page 2. Il a été également au service du 1er ministre de mars 2006 à …juin 2008 (aux « solidarités actives »).
Vous pouvez toujours consulter le remarquable site internet de ce Monsieur, vous. Quant au clochard plus ou moins imaginaire que je viens de citer en pensée du jour, pour lui c’est presque trop tard pour çà. Il est laminé socialement, ne vit plus, ne lit plus, ne vote plus, ne se lave et ne mange peut être plus chaque jour, il ne s’habille plus que de hardes, ne se peigne plus guère et ne se paye plus non plus de mots…mais il rit encore et il défend sa dignité. Faites en autant, tas d’abstentionnistes ! La prochaine fois, « aux urnes, citoyens ! », compris ? Et en attendant lisez un peu, bande de pignoufs, tas de grossiers personnages. C.O.N. se le dise.
http://www.julien-damon.com/?-Innovations-de-politique-sociale-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
notaire



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 24/04/2011

MessageSujet: A RWM   Sam 11 Juin 2011 - 18:56

Ok, çà peut être un point de vue à débattre, mais avoue quand même que ce livre est uniquement à charge, et c'est ce qui me déplaît.
On peut critiquer (comme pour toute profession) l'organisation. De là à inventer un problème qui n'existe pas réellement... comme une responsabilité prétendument allégée....

En fait concernant ce livre, je pense que mes confrères ne connaissent même pas son existence. Personne n'en a vraiment entendu parler chez les notaires provinciaux, car le seul article largement diffusé dans la presse était celui du parisien.
Rien d'étonnant donc à ce que tu ne l'aies pas vu au congrès des notaires.

Ce serait toutefois intéressant qu'il y ait un débat autour de ce livre, qui d'ailleurs n'aborde pas certains sujets qui permettraient d'améliorer la profession : mise en place de conseils d'arbitrage au lieu et place de l'institution désuète des syndics, véritable modernisation des conditions de travail des salariés (le sujet n'est finalement pas franchement abordé : certains notaires assistants souhaiteraient-ils devenir calife à la place du calife sans rien changer sur ce plan?), allègement du numerus clausus (plusieurs pistes : multiplication des créations par concours ; possibilité de créer des offices en présentant un dossier justifiant le manque de notaires dans un secteur déterminé), véritable démocratie au sein de la profession par organisation d'élections transparentes....

Et puis, peut-être conserver les bonnes choses du notariat qu'il n'aborde pas et qui seraient susceptible de disparaître avec lui : obligation d'instrumenter, obligation de tenue d'un répertoire, certification de l'identité des parties (les avocats y sont-ils prêts?), alimentation du FCDDV, formations INAFON (et si l'on parlait de la formation continue des avocats et collaborateurs d'avocat?)...

Bon week end à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Antonyme   Dim 12 Juin 2011 - 12:55

Bonjour notaire,
Un manifeste contre les notaires ne peut être qu'une dénonciation publique, pas une ode laudatrice au notariat... Ça me semble très logique ou alors, je ne comprends pas le sens des mots !
Quant à être porté à la connaissance des notaires de province, il en est certainement, qui ont dû lire le "LE NOUVEL OBSERVATEUR" n° 2420 du 24 au 30 mars 2011. Bien entendu ils ne l'ont pas abandonné dans leur salle d'attente... (Voir mon post ci-dessus du 3 avril 2011).
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
notaire



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 24/04/2011

MessageSujet: A RWM   Dim 12 Juin 2011 - 16:03

Bonjour RWM,

Mea Culpa : tu as raison sur une chose, un livre dont le titre est "manifeste contre les notaires" ne peut être que partial et subjectif.

Par contre, sur le fait que mes confrères puissent lire le nouvel observateur, je crains que finalement, toi le syndicaliste, tu te berces encore d'illusions sur l'ouverture d'esprit de mes confrères. En connais-tu beaucoup qui lisent le nouvel observateur (qui je me permets de te le rappeler est considéré comme un journal de centre gauche) ?
Franchement j'en doute.

Bon après midi,

Cordialement.

P.S.: peut être mes confrères ont-ils raison finalement d'ignorer ce livre suivant la citation "tout ce qui est excessif est insignifiant."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Les notaires...   Dim 12 Juin 2011 - 23:51

Bonsoir notaire,
Certes la citation de Charles Maurice, Prince de Talleyrand-Périgord que tu nous rappelle a certainement du vrai, mais le même auteur a également dit " Le mensonge est une si excellente chose, qu'il ne faut pas en abuser ".
Les hauts responsables du notariat, au lieu de se mentir à eux-mêmes, feraient bien de s'en inspirer, car deux ouvrages à charge, en 6 mois de temps, je trouve que ça fait beaucoup :
- "Les Notaires" de Laurence de CHARETTE et Denis BOULARD en octobre 2010,
- et "Le Manifeste contre les Notaires" en mars 2011.
A mon avis, trop de littérature négative à l'égard de notre profession, risque de ternir sérieusement les panonceaux, au moins dans l'esprit du grand public... c'est à dire les clients potentiels (pour ne pas dire essentiellement captifs) du notariat.
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Articles de presses et blogs   Aujourd'hui à 19:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Articles de presses et blogs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 28Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 16 ... 28  Suivant
 Sujets similaires
-
» Articles de presses et blogs
» Notariat : CCN (Notions d'extension des articles de la)
» Création d'articles de déco textile pour la maison!
» Quelques articles divers
» peut on vendre dans un vide grenier des articles neufs?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALARIES DU NOTARIAT :: FGCEN :: DIVERS :: DEVENIR DU NOTARIAT-
Sauter vers: