SALARIES DU NOTARIAT

Forum des salariés du notariat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 VAE et secrétariat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Durru



Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 05/10/2014

MessageSujet: VAE et secrétariat   Ven 24 Oct 2014 - 1:42

Bonjour à tous,

Je poste ce sujet pour une collègue qui cherche à évoluer professionnellement.

Ayant arrêté sa scolarité après le brevet des collèges, elle s'est retrouvé sans emploi.
Sa mère, qui était formaliste, l'a alors fait rentré dans l'étude où je travaille il y a 10 ans de cela.
Depuis ce jour, elle est la petite main de l'étude avec une réactivité et une efficacité reconnue : ouverture des dossiers, relances, secrétariat, archives,...(bref les tâches sans lesquelles on est tous complètement perdu).

J'aimerais bien l'aider à aller voir si l'herbe est plus verte (et les salaires plus gros) ailleurs, y compris en dehors du notariat.
Mais pour moi il y a un problème majeur: elle n'a pas grand chose à mettre dans son CV dans la partie diplôme.
Elle n'a par ailleurs jamais bénéficier de formations.

Du coup, j'ai été voir si elle pouvait valider un VAE mais sur ce site : http://www.cnepn.fr/PublicCnepn/CNEPN-Filiere-CQP.aspx
ils n'évoquent que des VAE pour comptable et formaliste.

Sauriez-vous vers quoi je dois m'orienter pour lui trouver une formation qualifiante dans le secrétariat qu'elle pourrait faire dans le cadre de son DIF ?
Avez-vous une idée de ce qu'il serait le plus judicieux à faire pour elle afin de valoriser ses acquis et/ou présenter un profil plus séduisant ?

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: VAE et secrétariat   Ven 24 Oct 2014 - 8:36

Bonjour Durru,

La réponse est dans ta question.
Tu dis qu'en dix ans ta jeune collègue n'a bénéficié d'aucune formation?!
Merci pour ce témoignage.

Personnellement, le profil de ta collègue me plaît.
Simplement, si elle veut évoluer, il faut faire valoir certains droits:
- plan de formation, objet principal des entretiens annuels et de vérifications lors des inspections?
- obligation pour l'employeur de veiller à l'adaptation et au maintien des salariés?
Ta collègue a-t-elle seulement bénéficié des points de formation?

Sa maman lui  a fait un cadeau empoisonné en croyant à une culture révolue, et toi tu as raison de te soucier d'elle en te posant une question devenue fondamentale pour les clercs; ne plus être captifs des notaires!
Voilà des sujets de fond pour lesquels je ferais la grève de tout ce que vous voulez, et pour lesquels j'irais même faire le sac du csn et des chambres de notaires.

Mais lorsque je vois la manière ironique et parfois scandaleuse ou méprisante avec laquelle on m'a répondu lorsque j'ai parlé de l'accès à la formation pour les clercs chômeurs dans notre ag nationale, je peux te dire qu'il y a du chemin à faire pour que notre syndicat s'occupe de nouveau, vraiment, de ces problèmes.

Dis à ta collègue de se prendre en main, de prendre sa place dans la profession individuellement et collectivement, de se syndiquer même si cela paraît vain à priori. En attendant, ce qui la menace si elle reste sur cette pente, c'est l'exclusion et le chômage.

A part cela, dis toi que la diplômite est une maladie très française dans ce pays où de vastes crétins regrettant le temps des corvées ont réussi à faire des diplômes, le sang bleu de la République.

Mes hommages à RWM ou à GR qui vont sans doute compléter ma réponse. Elle a un mérite, celui d'être joyeusement militante et optimiste.

Bonne journée Durru, et dis aussi à ta collègue que dans la vie, on peut faire beaucoup de choses seul, davantage ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Expérience professionnelle et VAE   Sam 25 Oct 2014 - 14:09

Bonjour Durru,
Je vais apporter un complément d'information pratique, à la réponse essentiellement philosophique, (comme d'habitude!) de marzolf.
Dans le cas de ta collègue, qui ne bénéficie actuellement que d'une "formation sur le tas", je lui conseillerais, d'abord, de faire, avec ses droits acquis au titre du DIF (donc gratuit et sur le temps de travail), un bilan de compétences afin qu'elle puisse savoir exactement où elle en est de ses connaissances professionnelles. Ce n'est qu'avec les résultats de ce bilan de compétences générales, qu'elle pourra choisir ensuite, en pleine connaissance une Validation des Acquis de l'Expérience. En effet comment choisir un diplôme par validation, lorsque l'on ne connaît pas son propre niveau de formation dans le sujet souhaité?
J'espère t'avoir été utile et je te remercie de nous tenir informés de l'évolution de ta démarche, tout à fait remarquable à l'égard de cette jeune collègue.
Bien cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: VAE et secrétariat   Sam 25 Oct 2014 - 14:51

Et voilà.

Je reprends mon propos de ce midi et j'y intercale de nouveaux blablas... et RWM me reprochera une nouvelle fois, sans doute de plus belle, le désordre de mes idées; tant pis.

Bonjour Durru, disais-je. Re-bonjour donc.

Toutes mes félicitations aussi.
RWM a raison, Durru, ta démarche est plus que louable, et l'attention que tu portes semble-t-il à ta collègue, serait plutôt rare. Je le crois. Sincèrement, je t'en félicite. Mais mine de rien, tu viens de toucher un sujet ... miné.

Maintenant je pars en vrille, direct, disais-je.
Disons plutôt que je vais faire le Stuka, c'est à dire que je vais bombarder en piqué.

Ami Durru, écoute moi bien siffler.
Je n'ai pas le bac. Ma carrière commence par un cap de mécanique aux chemins de fer, une formation de mécanicen de route (conducteur de train), quelque années passées souvent la nuit sur des locomotives, et puis une curiosité et un intérêt croissant pour le droit. Double héritage familial; grand père cheminot, père licencié en droit en 1947.
Français du bac en candidat libre après mon service militaire (17 à l'oral, blabla déjà), classe 81-05 plus trois jours de rab pour avoir, forte tête, coupé l'éclairage de tout le camp des Mortemets - je crois - à Versailles, en pleine nuit. Ceci pour clouer le bec d'un aspirant de mes deux qui s'amusait à me réveiller toutes les deux heures une nuit, alors que jamais je n'ai fait le mur. Juré. Du grand marzolf, déjà, je dis ceci pour que les RG puisse recouper les fiches.
Capacité en droit en 86, lauréat première année, sans presque jamais assister au moindre enseignement.
Congé individuel de formation pour un DUT carrières juridiques  (lauréat première année, la seconde année c'était Estelle M. aujourd'hui notaire, salut Maître scratch ), suivi d'une tentative pour intégrer les services juridiques sncf, puis démission de la sncf prenant effet le 5 septembre 1988 après un passage aux ateliers de BISCHHEIM. Un entretien au cours duquel  un idiot de Paris me dit: "on ne veut pas de boches au chemin de fer" (sic). Exactement la phrase dite à mon père après guerre parce qu'ayant été incorporé de force dans la Wehrmacht, comme 130.000 jeunes d'Alsace et de Moselle (plus de 30.000 tués), un cheminot sans doute résistant tardif presque à coup sûr de la cgt avait jugé indésirable d'intégrer un casque à pointe dans la sncf après la bataille du rail etc. Soyons cléments avec de tels cons. Je me souviens encore de son nom, à tout hasard, mais vu l'âge de laretraite SNCF, il est sans doute hors d'atteinte.
Le 5 septembre 88 donc, entrée dans le notariat. A l'ancienne. Je divise mon salaire par plus de 2 et je renonce au passage à la retraite à 50 ans dont je jouirais maintenant si...
J'aprends tout sur le tas. Comme ta collègue, Durrus. Puis de 1988 à 1999, pas un seul stage INAFON, et les plus grandes difficultés pour avoir des jours sur mes congés payés pour aller faire des cours d'allemand en été à la chambre de commerce du coin (refus en bloc, "que vont dire les autres" me jacte alors poliment mon patron..., sans rancune) etc.
Mais, il se trouve que j'avais rencontré à Colmar un notaire que je salue au passage, Me OSSOLA, lequel m'a donné une très bonne image du notariat et sans doute, à vie, le Virus. Merci quand même Me OSSOLA;vous l'ignorez mais j'ai adoré l'image que vous donniez de la profession en enseignant, très bien.
Alors je m'accroche. DEUG puis licence en droit en 1991, le soir, le samedi... Puis un long tunnel  dans un tout petit bureau puis un plus grand etc, mais finalement je quitte ce patron sur un coup de gueule. J'étouffe... J'en choisis un bon, mais je me heurte de nouveau à des difficultés, parfois de ma faute c'est vrai, parfois de celle de ce nouveau patron. Je passe une maîtrise en droit privé sans prendre un jour de congé, et je sors assez exténué de l'aventure, je dois même le dire un peu faché avec ce patron qui m'a si peu soutenu. Il faut dire que je suis têtu, mais je bosse, parfois le samedi seul à l'étude. Pas toujours très  bien, mais surtout pas bien soutenu, ni guidé.  Ca ne vas pas s'arrangerdu tout, vous allez voir. Je suis admis à un DESS de droit immobilier et j'annonce mon intention de le passer avec un CIF. Quelques affrontements et recommandés ar plus loin, licenciement: la lettre me parvient un 24 décembre 2003,super cadeau. Sans rancune, je reconnais d'ailleurs qu'une fois de plus, j'ai été assez têtu, voir frondeur et surtout "complètement braqué". C'est vrai, Me PW. Je te passe bien des péripéties qui vont suivre, Durrus, et si je te raconte tout ceci (au passage avis aux notaires qu'un tel profil intéresse, j'irais à peu près partout en France bosser chez le patron capable d'en tirer profit, pourvu qu'il me tire vers le haut, avis aux amateurs), si je te raconte tout ceci ami Durrus, c'est pour te faire comprendre que mon point de vue n'est pas "philosophique" pour un sou, mais fondé sur une assez longue expérience. Celle des difficultés croissantes rencontrées par les clercs depuis les scp, la disparition des principaux, la multiplication des "notaires sous toutes leurs formes", et l'effondrement de toute une culture humaniste du notariat au profit d'une certaine âpreté au gain, parfois un esprit de lucre diraient les gens hostiles au notariat. Si j'aurais su j'aurais pas venu comme disais le petit Gibus dans la guerre des moutons. Je te passe les détails amis Durrus. Je ne me prends pas pour un héros, même pas pour un brillant clerc de notaire. Juste un type honnête, travailleur, contrarié dans ses projets les plus raisonnables et finalement transformé en quasi forcené "inaccessible à la raison" diraient certains, et syndicaliste de surcroît! crime majeur dans le notariat d'aujourd'hui. Ainsi transformé par des notaires jouant, sans doute sans même sans s'en rendre compte, contre leurs propres intérêts, le pire jeu qui soit; celui qui consiste à malmener méthodiquement ce qu'ils ont  de plus précieux, un capital humain pétri d'une longue tradition juridique, humaniste, excessivement conservatrice parfois.
Alors voilà Durrus, toi qui t'intéresse au "petites mains", pour que tu comprennes ce qu'est le camarade marzolf qui va de coups de gueules en coups de gueules au milieu des gens et dans la profession qu'il a choisie, et pour laquelle il a fait beaucoup beaucoup de sacrifices.

Mais revenons à nos moutons, ami Durrus, après ce tableau où je m'avantage honteusement.
Les bilans de compétence? Mais de quel droit j'ironiserais et je philoschtroumferais sur un sujet aussi décisif, nous dit RWM?!  
J'en ai fait deux, des bilans d'incompétence - oui oui ami Durrus! - et je pense les publier ici un jour, en intervertissant quelques pages, ou bien en glissant par malice les pages de l'un dans l'autre et vice et versa. Vous verrez que c'est beaucoup de jargon interchangeable à souhait.
Je me suis déjà disputé avec RWM à ce sujet ; il pense que j'ai mal choisi les prestataires. C'est possible mais qu'il me donne le mode d'emploi pour choisir au milieu des charlatans qu'on vous propose, et des officines pompeuses de fric... LA bonne adresse. Il y en a, sans aucun doute, RWM m'en avait même proposée une je crois.  
En tout cas, j'ai pris des notes assez complètes sur le déroulement des entretiens qui ont servi à ce travail aboutissant à ces deux  "bilans". Je les ai perdues, hélas,  lors d'un de mes déménagements forcés de ces dernières années; mais ma mémoire est assez fidèle. Je n'ai pas eu affaire à des charlatans, certes... J'ai même été surpris par la pertinence de propos tenus parfois par des gens extrêmement bien formés (psycho, socio, droit, management, j'ai même vu dans ce genre de boîtes des gens à l'intelligence souple, ce qui est assez rare, dans un notariat encore très XIXème siècle en tout cas).
Mais... Parce qu'il y a un mais. En quelques mots, de tels entretiens et de tels bilans ne sont utiles que s'il sont très bien menés puis construits, par des gens méthodiques (assez rares malgré tout, je le crois vraiment), et surtout, s'ils se prolongent par des actions bien accompagnées, dans ou hors de l'emploi.
Or c'est justement ici que les choses coincent.
Il faut alors une volonté particulièrement bien trempée, parfois le courage d'affronter son patron, et surtout un projet parfaitement élaboré sans quoi (et même parfois malgré quoi), tout ceci tourne vite à l'eau de boudin, voir à la guerre larvée.
Pourquoi? Parce qu''il se trouve que dans ce pays, pour des raisons très très compliquées autant dire très franco françaises, les formations vont d'abord aux gens qui en ont le moins besoin - c'est constant et vérifié statistiquement - et parce que, pour les gens les plus nécessiteux, hors de l'emploi tout spécialement, c'est parfois la gabegie la plus totale ou pire, l'inextricable maquis...
Oh oui, Je sais je sais, comme disais Gabin. C'est tout ce que je sais, mais çà je le sais!
Je sais que j'exagère, parce qu'il n'y a rien de plus facile que de s'inscrire à un stage Inafon....
Ah ah ah, la belle affaire!
C'est vrai, mais "quand je vois la manière dont ils remplissent certaines demandes, je m'interroge sur le niveau intellectuel des clercs". J'ai cité de mémoire notre Président du syndicat à la tribune samedi dernier. Le pire n'est pas qu'il dise vrai, car il dit vrai. Le pire est que sa réflexion s'arrête à ce constat et encourage des propos totalement irresponsables parmi nous, j'y reviendrai plus loin.

En tout cas, ces constatations que j'ai faites d'expérience et que tous peuvent faire, qui sont d'ailleurs largement commentées dans la presse sur un ton parfois très anti - syndical, toutes ces constatations disais-je, expliqueraient largement la démarche qui a conduit à la loi du 5 mars 2014. Cette loi a suscité, selon moi, de frileuses interrogations parmi nous, samedi dernier à l'AG de la fgcen fo. Elles s'expliquent par une autosatisfaction exagérées quant à la formation dans le notariat, excellente et en progrès je le crois aussi, mais encore très en dessous des besoins réels du notariat, profession intellectuelles très exigeante, nous le savons tous.  
Le fait est que tout le financement de la formation va se trouver bouleversé, mais d'autres vous l'expliqueront bien mieux que moi.
Le but de la manoeuvre législative aboutissant à cette loi du 5 mars 2014 serait, si je comprends bien,  de réorienter enfin les ressources vers ceux qui ont le plus besoin de formation. Qui peut critiquer la démarche au vu du bazar actuel? Les critiques contre cette loi que j'ai entendues samedi dernier à notre assemblée générale ne volaient pas haut, et les explications très techniques données à son sujet n'ont pu être comprises que par des gens déjà bien calés dans le domaine. Sans doute moins de dix personnes parmi celles, peu nombreuses, qui étaient présentes samedi dernier à notre AG. Et pas de relève en vue dans le syndicat faute de formation en son sein (un comble, à bien y réfléchir...). C'est bien dommage. Mais nous verrons bien au vu des résolutions de cette AG, ce que vous comprendrez vous mêmes du sujet, et ce qui va se passer les prochains temps.
Moi, j'essaie de comprendre. Et de me former RWM. Méritoire, je pense.

Pour revenir de nouveau à mes bilans de compétence, ami Durrus, je pense que même en format bande dessinée, la lecture de ces documents serait d'un soporifique... Et pour ce qui était de mettre en oeuvre les décisions qui s'imposaient logiquement après de telles démarches, je te le répète, j'ai vu d'expérience que c'était digne de Kafka. Il arrive donc que les notaires se mettent en travers des projets les mieux ficelés, je l'ai constaté au moins trois fois dans ma carrière, l'une d'entre elle (des trois fois) s'étant terminée par mon second licenciement dans  le notariat, en 2006. Au passage j'avais improvisé pour l'honneur, un référé assez gonflé (faire assigner un notaire en référé par un huissier à 15 h 30 pour une audience du lendemain à neuf heures pétante, du grand marzolf king ) contre mon patron licencieur, pour non tenue des entretiens annuels et absence de plan de formation. Voué à l'échec, RWM s'en souvient. Lienciement immédiat  albino .
Je n'ai pas le droit de dire du mal de ce patron car j'ai signé un torchon m'imposant le silence (au passage un avocat plus ou moins estampillé cfdt m'a planté huit jours avant une audience, et le suivant je n'ose pas vous dire comment je l'ai payé; le premier "baveux" efficace que j'ai rencontré, c'est la fgcen fo qui me l'a présenté, avis à la population).
D'ailleurs ce patron notaire reste celui que j'ai préféré dans le notariat, pour son calme et son respect des clients en particulier, il serait surpris de l'entendre. Un Monsieur de la Vieille Ecole, que j'ai fatigué aussi, mais qui avait un gros défaut; celui de ne pas assez s'inquiéter de la formation et du maintien des connaissances, hors personnels engagés dans les formations de notaire bien entendu. Et celui de laisser des personnels travailler jusqu'à 20, 21, 22... Il m'avait promis de m'aider chouia à passer mon DESS comme étudiant salarié, ma foi. J'y ai cru, j'ai eu tort. Mais j'aurais jamais du lâcher cette affaire.

Bon, Durrus, il est vraiment vraiment trop long marzolf, hein?!
Pas fini. Il est ainsi, c'est Blabla Premier  clown
Pour ce qui est de ma philosophie, sur laquelle RWM me taquine dans cette discussion comme dans bien d'autres, tu l'as compris; elle passe avant tout par un joyeux goût de l'aventure et un certain sens de la daptation (un sens de l'absurde et de la dérision si vous préférez, car le plus fou est que en agissant, nombreux, véritablement contre la formation de leurs  personnels, les notaires se tirent absurdement depuis des lustres, à en devenir cocasses, des rafales entière dans les papattes - l'actualité récente où la gestion absurde de la formation des personnels, teintée de surdiplômite chronique, y compris chez moi RWM, explique une bonne part des péripéties récentes, avec les non taire etc.)

Vous m'escuserez les zamis, je termine mon sandre sur choucroute avec un petit chablis. Disais-je ce midi.
(et maintenant j'en termine l'après digestion tout en complétant mon blabla de ce midi et je vais bientôt boire l'apéro du soir).

Bon, Durru, abrégeons.
Fais faire un bilan de compétence à ta collègue pour épuiser un peu ses DIF et faire tourner l'industrie non délocalisable en Chine du blabla français. Même deux, c'est mieux: et puis viens nous voir avec ta collègue avec ces documents.
S'ils sont utiles et pertinents, je te promets, frotch (je crache par terre) que je me mettrai publiquement dix coups de fouets à clous de dentiste.

Bon courage donc, au pays des usines à gaz et de l'argent gaspillé en matière de formation...
Une vraie mine d'or et des rangées de fauteuils pour syndicalistes assagis.
Méchant marzolf. Juste une petite aigreur en rapport avec certains propos très cons entendus samedi dernier sur ces sujets à Paris.
(je les résume ce soirsous 1 2 3 4, histoire d'enfoncer le clou pour RWM qui les a entendus comme moi, mais n'a pas moufté).
1/ D'un camarade tout à fait respectable par ailleurs,  une tirade insensée et fort peu originale sur l'incompétence de l'éducation nationale, qui aurait fait hurler nos camarades de FO de ladite Education Nationale, ce que j'ai dit sèchement samedi dernier en regrettant seulement de ne pas avoir enregisté.
2/ D'une camarade auvergnate je crois, très active et tout aussi respectable, des propos aussi incompréhensibles sur la loi de mars 2014 réformant la formation professionnelle, auxquels j'ai du répondre avec un peu d'indignation, en disant que, non! tous les chômeurs ne sont pas des illettrés... Mais je me suis amicalement expliqué avec elle, brièvement à la sortie, et je crois comprendre cependant son point de vue, je l'admets.
3/ A la tribune, des propos un peu expéditifs sur le niveau intellectuel des clercs - j'en parlais ci-dessus - auxquels je n'ai pas répondu, si ce n'est pour enfoncer le clou, en ayant dit par ailleurs que l'Education Nationale n'est certainement pas responsable du fait que les gens n'entretiennent pas leurs connaissances...
4/ Et puis surtout ce propos ironique et que je juge effectivement méprisant pour les clercs en difficulté, venant d'un camarade lui aussi respectable et très investi dans la formation à Inafon. Je posais de nouveau la question de savoir pourquoi l'accès à la formation en général, et aux stages Inafon en particulier, est si difficile pour les clercs au chômage, assez nombreux depuis 2008-10, et qui le seront tour à tour de plus en plus souvent dans leurs carrières si la précarité se développe dans le notariat comme tout semble l'indiquer en ce moment.
Je m'explique: il m'a déjà été répondu à cette question, qu'il est techniquement difficile de financer des stages Inafon de chômeurs, pour des questions de responsabilité par exemple, et parce qu'il faut passer par pôle emploi etc.. Pour ceux qui fréquentent la maison poêle anchois dans mon jargon ubuesque, vous savez tous qu'elle n'a pas grand chose à proposer aux clercs (merci à notre vieux camarade Dominique de l'avoir très bien expliqué samedi dernier), ceci  en raison notamment du fait que les notaires ne font que très rarement appel à elle pour leurs recrutements... Alors, un stage Inafon pour le chômeur marzolf? La solution charitable qui m'a déjà été proposée plus d'une fois, c'est de venir pleurnicher au centre Inafon pour qu'on me donne une chaise dans un petit coin, afin que je puisse suivre l'un ou l'autre stage en marge, comme une sorte de mendiant ou de paria du notariat. Samedi, j'ai protesté une fois de plus de l'absence de vraie réflexion sur ces sujets dans notre syndicat. J'ai alors essuyé un propos ironique, dont je répète encore que je le juge méprisant de la part d'un camarade qui m'a dit, j'y arrive et c'est très drôle n'est ce pas: "on va te donner un fauteuil" (plutôt qu'une chaise). Disons que cet humour n'amuse pas le clerc qui vient de passer trois des quatre dernières années au chômage et ne demande pas la charité, mais REVENDIQUE en bon syndicaliste DES DROITS NOUVEAUX.
Mais sans doute s'agissait-il  plus de maladresse et d'inconscience de la part de ce Serge que de mépris. D'ailleurs il m'a déjà remercier par écrit de le harceler, véridique tongue .je ne peux que lui rendre la politesse en le remerciant de me piquer en retour.
J'ai cependant demandé  à ce camarade Serge B. qui s'investit beaucoup à Inafon, et en particulier pour ce que l'on appelle le  "E-learning" - je l'en félicite énormément - de réfléchir à des solutions qui encouragent  l'accès et le financement de telles formations pour ceux qui en ont le plus besoin, en particulier, pour les clercs au chômage, et pour les clercs dont les parcours professionnels sont fragilisés au lieu d'être sécurisés. Toujours à cause des comportements INCONSEQUENTS des notaires (absence quasi générale d'entretiens annuels et de plan de formation...).

A  noter qu'il n'y a pas de problèmes de sécurité juridique etc pour un chômeur qui se forme chez lui et plus dans les locaux Inafon, je pense...
Sur ces sujets, j'attends une prise de conscience, de l'imagination, une combativité et une vigueur  toute nouvelle de la fgcen fo.
C'est pour moi une triple revendication de tout premier ordre à soutenir partout par notre syndicat;

1/ le respect du droit (obligation d'adapter et de former les salariés),

2/ le respect de la convention collective (des plans de formation partout, des entretiens annuels tournés vers cet objectif et non détournés pour en faire parfois,  lorsqu'ils ont lieu, des moyens de pression productivistes voir "disciplinaires" à peine voilés),

3/ priorité absolue des formations, spécialement les nouvelles en elearning, vers les plus nécessiteux, en particulier les chômeurs, et non pas vers les cadres ou diplômés notaires déjà fort bien servis... (parfois même en pure perte)


Nous sommes loin du compte et la satisfaction affichée par notre syndicat, à répétition dans ses résolutions, devraient être tempérée par la présentation de fermes revendications sur ce  terrain, soutenues par des communications et des actions vigoureuses.
je n'ai fait que proposer ici quelques choses.

J'espère que la fgcen fo, très investie et très compétente sur le sujet formation, va se montrer beaucoup plus revendicative et combative ici parce que de très nombreux clercs risquent, les prochaines années, d'avoir des carrières de plus en plus accidentées, exigeant de constants efforts d'adaptation et de formation. Sécurité des parcours professionnels?  Oui, pour ceci je suis prêt à manifester demain matin devant  la chambre des notaires ou bien partout où l'on me dira que c'est le plus judicieux.

Voilà Durru.
Pour qu'on ne me reproche pas de faire de la philosophie, je reviens maintenant de nouveau au cas concret de ta collègue.
OK RWM, un bilan de compétence, pourquoi pas.
Mais la logique la plus élémentaire ne voudrait-elle pas que l'on demande d'abord des comptes à son employeur qui tire profit de sa formation sur le tas, mais ne l'encourage visiblement pas, ne respecte sans doute pas ses obligations en matière de formation?
Ceci commencerait par une sage discussion avec cet employeur.
Pour l'obtenir, il faut que le clerc, fragile et ignorant de ses droits, ait cependant le courage de bien la demander.
Or vous savez  tous que pour la plupart des notaires, la moindre demande peut passer pour du mauvais esprit, de la revendication - quelle horreur! - voir de la contestation avec les effets immédiats que bien des clercs connaissent.
Pour être concret, c'est pourtant par ceci que je commencerais, à la place de cette jeune collègue. Demander à son patron de faire un point sur son poste, sa formation, son adaptation, un projet d'évolution et un plan de formation pour y parvenir.
Si Durru veut l'aider, ce sera une vache de bonne idée.
Si les réactions qui sont à craindre de son employeur se produisent,  et c'est assez probable, alors il ne faut pas hésiter; mettre discrètement le cap vers la sortie, se séparer le plus vite possible de ce patron, et se faire soi même son plan de formation pour mieux se placer ailleurs. Dans ce domaine, l'attentisme ne peut déboucher que sur des catastrophes.

Je termine enfin tout à fait en disant que, si cette collègue annonce d'emblée qu'elle veut faire un bilan de formation etc., il est fort possible qu'elle se heurte aussi à des réactions hostiles  du patron qui commenceront alors sans doute par des machins paternalistes du genre candide et triste "pourquoi",  qu'est ce qui ne va pas etc." rapidement suivis de rétorsions, parfois de harcèlement, puis d'une rupture négociée, hein? Puis d'une embauche d'un "notaire assistant trois ans d'expérience, actes courant, réception". Un cabinet de recrutement, parisien je crois, vient de diffuser par fax dans X études, une offre de ce gabarit. Diplômé notaire, acte courant! Ben voyons! Je vais vous mettre ceci sur le forum un de ces jours. Ceci devrait bien chauffer les diplômés notaire, Macron, Untermaier, pardon Monsieur MACRON et Madame UNTERMAIER, et tous les autres.

Je vais me gêner, tiens  Evil or Very Mad .

Ben oui, c'est long RWM. Et même franchement prise de tête.  flower et c'est fait exprès.
Non, je blague  pirat .

En prime, la gueule à marzolf, dans une cabine de conduite de tchouc tchouc.
Nostalgie ferrugineuse. drunken
Notez bien que le train est à l'arrêt, tout comme ma carrière de cheminotaire.  
Et ben voilà, maintenant tout le monde sait qui est cet "inaccessible à la raison" nommé marzolf. Que l'on voulait "écraser sur le rail", je crois ? Que de la gueule! Mes amitiés tout de même, et j'espère, ami NS, que tu trouveras ces points de vue "respectables" bien que "minoritaires". Pas vrai "affreux" Ami RWM ? geek

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durru



Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 05/10/2014

MessageSujet: Re: VAE et secrétariat   Dim 26 Oct 2014 - 20:36

Eh bien merci pour ces réponses on ne peut plus détaillées.

L'idée de faire un bilan de compétences paraît en effet la plus logique des choses à faire dans son cas.
C'est vrai qu'elle est multitâche donc il faut en premier lieu faire un point sur où elle se trouve.

Le bilan s'organise-t-il avec l'INAFON ? Je ne trouve rien sur le site.
le FONGECIF Ile-de-France ?
Des amis (d'autres secteurs professionnels) en ont déjà passé et comme le dit Marzolf (si j'ai bien suivi) tout dépend de celui qui le réalise.
Des organismes sont-ils mieux que d'autres ?

Je voulais ficeler tout ça avant l'entretien annuel de l'année prochaine.
Du coup, je vais demander à ma collègue qu'elle me passe ses comptes-rendus des années passées.
Travaillant depuis avant 2007 sans formation, elle doit avoir 150 H de DIF c'est ca ?
Je pense qu'on va jouer sur la fibre paternaliste évoquée par Marzolf mais dans un autre sens (j'ai pas de diplôme snif aidez-moi) sans évoquer d'histoire de salaire (surtout que là ce n'est pas le but premier) et en espérant que ça passe.

Mais s'il dit non, n'y a-t-il pas un p***** de moyen de faire respecter le DIF ?
Les prud'hommes c'est compliqué quand même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Notariat - Bilan de compétences   Lun 27 Oct 2014 - 0:16

Bonsoir Durru,

Ta question :
" Le bilan de compétences s'organise-t-il avec l'INAFON ou le FONGECIF Ile-de-France ? "
Ma réponse :
Visiblement tu ne connais pas plus les attributions d'INAFON que celles d'un FONGECIF.
L'INAFON est une association paritaire qui organise des formations (dans le cadre de la formation continue) spécifiquement pour le Notariat.
Un FONGECIF est un organisme de financement de la formation continue.
Il faut donc ne pas confondre l'organisme capable d'établir un bilan de compétence sérieux avec le financement d'un tel bilan.
Pour l'heure la démarche à entreprendre, lorsque l'on est salarié du notariat, se trouve sur le site d'ACTALIANS (OPCA du notariat notamment).

Ta question :
" Des organismes établissant des bilans de compétences, sont-ils mieux que d'autres ? "
Ma réponse :
Oui, bien sûr. Marzolf en est un exemple déçu. Pour ma part j'en ai fait un en 1994 et j'en ai été très satisfait. C'est comme au restaurant, tout le monde n'est pas forcément satisfait des plats figurant au menu. C'est selon les goûts et la motivation de chacun.

A ta question concernant les droits cumulés à DIF de ta collègue, il faut savoir que la réponse est à demander directement à son employeur avant le 31 décembre prochain. A partir du 1er janvier 2015, le DIF disparaîtra pour être remplacé par un nouveau dispositif, le CPF, dont nous avons déjà parlé dans ce forum. Merci de prendre la peine de piocher le sujet. Il est donc inutile de te prendre la tête maintenant avec le DIF. Il vaut mieux poursuivre tes recherches vers le nouveau dispositif CPF, que les syndicats commencent à appréhender. Si tu étais syndiqué, tu en saurais plus...

J'estime que si l'on n'est pas syndiqué, c'est par choix personnel et dans ce cas, il faut en tirer personnellement les conséquences.

Je pense m'être bien fait comprendre.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durru



Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 05/10/2014

MessageSujet: Re: VAE et secrétariat   Mar 28 Oct 2014 - 3:00

Oui effectivement j'ai fait une grosse confusion mais je comprends mieux maintenant.
J'ai été sur le site d'Actalians et je vais m'imprégner des différents guides.

Je lui ai parlé de tout ça ce matin et elle est très motivée.
Disons qu'avoir un but ça donne de l'espoir mais je ne suis pas sûr que mon patron le voit de la même manière.

Quand au fait de ne pas être syndiqué c'est un choix contraint comme pour beaucoup dans le notariat.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 685
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Re: VAE et secrétariat   Mar 28 Oct 2014 - 10:01

Bonjour Durru,
Tu vas nous énerver grave le RWM...
Ne pas te syndiquer, un choix contraint?
Tu es payé pour dire des âneries pareilles? L'Etat te rembourserait même 66 % de ta cotisation!
Donne moi trois secondes, une hache et un billot, que je te soulage en plus de ta peine et de tes insomnies, de trois choses qui te pèsent peut-être inutilement. Ta tête, ta conscience et ton honneur.
Tchaaaaac.
Méchant Blabla.
Je te le laisse RWM.
Hache moi ça!
Salut tout le monde.


post scriptum, jeudi matin
merci RWM pour cette réponse pacifique donnée, je devrais dire offerte, ci-dessous  à Durru.
Elle mérite d'être applaudie dès avant l'aube.
Je lui reconnais, parmi ses mérites, deux remarquables qualités.

1/ Parler tout simplement d'Europe sociale, même à la marge, et le faire en termes de droits fondamentaux, tout en couvrant l'odeur des miasmes populistes, corporatistes, anti démocratiques, ultra libéraux, extrémistes qui empestent jusque dans le "sage notariat français" (mon oeil) c'est bien.

2/ Le faire calmement, respectueusement, mais sans concession face à ce qui vient sourdre de la masse, à l'heure ou d'autres se couchent et renoncent à tous leurs principes sous prétexte qu'il faudrait être "accessible à la raison", c'est formidable.

Tu fais honneur au syndicalisme, RWM. Même si tu n'as  fait avancer les choses que d'un micron ce matin, ce micron vaut plus que les kilomètres parcourus sur plusieurs places de la Républiques couvertes de godillots venus, sur ordres et sans leurs propres têtes sur les épaules.

Pour ma part, je pense que certains ventres encore féconds dont parlait Brecht, méritent de sauvages coups de pieds. Je suis moins pacifique que toi RWM, quand je vois de si inquiétantes menaces derrière des propos en apparence si anodins. Il y a ce culot incroyable de gens qui se la jouent sages économistes modernes et libre entreprise, compétitivité et autres merdes, mais qui ne sont, une fois le vernis gratté, que des fantômes d'idéologies de placards.

Défendre les libertés fondamentales! La liberté syndicale en est une! Alors encore une fois, merci RWM pour le petit rappel ci-dessous. Le tout sans animosité pour Durru qui n'a fait que parler, très ordinairement, un peu comme une corne de rhinocéros vous pousserait subrepticement sur le front.


Dernière édition par marzolf le Jeu 30 Oct 2014 - 7:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6400
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Affiliation syndicale et confidentialité   Jeu 30 Oct 2014 - 1:29

Bonsoir Durru,
Tout comme marzolf, je ne comprends pas "le fait de ne pas être syndiqué comme étant un choix contraint comme pour beaucoup dans le notariat". Que veux-tu dire par cette phrase sibylline?
Afin de mettre à jour tes connaissances, voici le texte intégral d'un message que j'ai posté, il y a très longtemps sur ce forum, dans le sujet "Se syndiquer" :
La confidentialité de l'affiliation syndicale, ou l'avènement, en droit interne, de la "vie privée professionnelle"
Rappel de l'article L.2141-1 du code du travail :

" Tout salarié, quel que soient son sexe, son âge, sa nationalité, sa religion ou ses convictions, son handicap, son orientation sexuelle, son appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une race, peut librement adhérer au syndicat professionnel de son choix. "
Au visa de l'article 9 du code civil, la Cour de cassation a accepter (en 2009) de protéger la confidentialité de l'affiliation syndicale du salarié en l'intégrant dans la notion de vie personnelle. Cette solution a été critiquée car elle ne correspond pas à la conception française du droit au respect de la vie privée. Elle est cependant pleinement justifiée au regard du droit européen des droits de l'homme qui, depuis 1992, consacre la notion de "vie privée professionnelle".
" L'adhésion du salarié à un syndicat relève de sa vie personnelle et ne peut être divulguée sans son accord; à défaut d'un tel accord, le syndicat... ne peut produire ou être contraint de produire une liste nominative de ses adhérents; ... en cas de contestation sur l'existence d'une section syndicale, le syndicat doit apporter des éléments de preuve ... dans le respect du contradictoire, à l'exclusion des éléments susceptibles de permettre l'identification des adhérents du syndicat, dont seul le juge peut prendre connaissance. "
La chambre sociale de la Cour de cassation a rendu le 8 juillet 2009 une série de décisions, dont l'arrêt Okaidi, qui ont retenu l'attention de la doctrine.
Afin d'éviter d'éventuelles représailles contre les syndicalistes (J.-M. VERDIER, Secret et principe du contradictoire : la liberté syndicale en question, Dr. soc. 1993. 866) la Cour de cassation interdit désormais aux syndicats de divulguer le nom des adhérents de la section en l'absence d'accord de leur part. Selon la Chambre sociale, l'adhésion du salarié à un syndicat relève en effet de sa vie personnelle. De façon tout à fait remarquable, il est ainsi fait exception au principe du contradictoire, puisque seul le juge peut prendre connaissance de ces éléments nominatifs, sans que l'employeur soit autorisé à les discuter.
Comment, dans ces conditions, un juriste notarial peut-il être contraint de ne pas se syndiquer? J'aimerais bien comprendre ton affirmation, que je juge totalement gratuite et sans fondement juridique.
Allez, fais preuve d'un peu de courage intellectuel, s'il te plaît! Tu ne peux pas te contenter de t'inscrire sur un forum syndical pour obtenir gratuitement des renseignements et ne pas t'affilier sous un prétexte aussi fallacieux que la soi-disant "contrainte patronale" ???
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VAE et secrétariat   Aujourd'hui à 18:42

Revenir en haut Aller en bas
 
VAE et secrétariat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Télésecrétariat chez les ch'tis
» Prestataire de services - travaux de secrétariat
» télésecrétariat Salarié Ou s'adresser? Eviter les arnaques.
» Témoignage de Séverine (Smart Secrétariat)
» Désavantages du télésecrétariat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALARIES DU NOTARIAT :: FGCEN :: FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE-
Sauter vers: