SALARIES DU NOTARIAT

Forum des salariés du notariat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un passage à vide du syndicalisme alsacien dont il ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
RWM



Nombre de messages : 6409
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Quelle mouche a piqué ce syndicaliste alsacien?   Mer 10 Fév 2016 - 0:57

Pour conclure notre débat :

LE COCHE ET LA MOUCHE

Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,
Et de tous les côtés au soleil exposé,
           Six forts chevaux tiraient un Coche.
Femmes, Moine, Vieillards, tout était descendu.
L'attelage suait, soufflait, était rendu.
Une Mouche survient, et des Chevaux s'approche ;
Prétend les animer par son bourdonnement ;
Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment
           Qu'elle fait aller la machine,

S'assied sur le timon, sur le nez du Cocher ;
           Aussitôt que le char chemine,
           Et qu'elle voit les gens marcher,
Elle s'en attribue uniquement la gloire ;
Va, vient, fait l'empressée ; il semble que ce soit
Un Sergent de bataille allant en chaque endroit
Faire avancer ses gens, et hâter la victoire.
           La Mouche en ce commun besoin
Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ;

Qu'aucun n'aide aux Chevaux à se tirer d'affaire.
           Le Moine disait son Bréviaire ;
Il prenait bien son temps ! une femme chantait ;
C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait !
Dame Mouche s'en va chanter à leurs oreilles,
           Et fait cent sottises pareilles.
Après bien du travail le Coche arrive au haut.
Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :
J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Ça, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.

Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
           S'introduisent dans les affaires :
           Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés.

(Jean de La Fontaine - 1621/1695)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carrérond



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Un passage à vide du syndicalisme alsacien dont il ...   Ven 12 Fév 2016 - 20:18

RWM a écrit:
Pour conclure notre débat :

LE COCHE ET LA MOUCHE

Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,
Et de tous les côtés au soleil exposé,
           Six forts chevaux tiraient un Coche.
Femmes, Moine, Vieillards, tout était descendu.
L'attelage suait, soufflait, était rendu.
Une Mouche survient, et des Chevaux s'approche ;
Prétend les animer par son bourdonnement ;
Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment
           Qu'elle fait aller la machine,

S'assied sur le timon, sur le nez du Cocher ;
           Aussitôt que le char chemine,
           Et qu'elle voit les gens marcher,
Elle s'en attribue uniquement la gloire ;
Va, vient, fait l'empressée ; il semble que ce soit
Un Sergent de bataille allant en chaque endroit
Faire avancer ses gens, et hâter la victoire.
           La Mouche en ce commun besoin
Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ;

Qu'aucun n'aide aux Chevaux à se tirer d'affaire.
           Le Moine disait son Bréviaire ;
Il prenait bien son temps ! une femme chantait ;
C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait !
Dame Mouche s'en va chanter à leurs oreilles,
           Et fait cent sottises pareilles.
Après bien du travail le Coche arrive au haut.
Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :
J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Ça, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.

Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
           S'introduisent dans les affaires :
           Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés.

(Jean de La Fontaine - 1621/1695)

Je reprendrais volontiers à mon compte mais vous fais observer qu'en fait de mouche du coche, le Sieur Blabla d'à Deux Balles est d'une curieuse espèce. Il n'a pas attendu qu'on le chasse et s'est au contraire enfui d'à peu près partout (présidence du syndicat du 67, conseil d'administration de la fgcen, commission administrative de la fec et finalement du syndicat lui-même), effaré de constater finalement combien ses chefs syndicaux s'étaient à peu près tous transformés en sergents recruteurs de la "Grande Armée du Notariat". Ce qui n'est pas du goût de la clique. D'ordinaire, la mouche du coche fait chier jusqu'au bout du chemin et s'attribue finalement la gloire et les succès.
Qu'on me dise à quels succès nous a conduit le coche en imposant à tous de suivre la susdite "Grande Armée" et je reviens tout de suite vous tourner sur le nez et pondre dans vos plaies.
No


Comme promis,  le titre de l'éditorial du numéro 244  (3ème et 4ème tri 2015) de l'Echo des clercs - bulletin de la section alsace moselle de la fgcen fo.

"Quand tout semble nous échapper..."

Bien vu, ce titre...

La conclusion de cet article assez intéressant signé SB est la suivante :
".../... Oui, le salarié  est en danger, car les collaborateurs, cadres, fondent comme neige au soleil, car remplacés par  les notaires salariés. Remède ? Que les salariés se mobilisent au lieu de rester chacun pour soi"!
Je ne voudrais pas trop insister mais celà fait un moment que la clique braille dans le vide à ce sujet, en se prenant claques et baffes plus des "tu n'y comprends rien, les diplômés notaire sont des salariés comme les autres".
Ben mon ami SB que je houspille sans cesse, pour le coup, je suis plutôt d'accord avec ton article éditorial de ce numéro 244 de l'Echo.
Etonnant, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carrérond



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Un passage à vide du syndicalisme alsacien dont il ...   Mer 17 Fév 2016 - 3:31

Bonsoir,

Avant d'en venir à deux autres, je passe assez rapidement sur un article du numéro 244 de l'Echo des Clercs, bulletin de la section Alsace Moselle de la fgcen numéro ISSN bidule, directeur de la publication etc. blabla. Un article intitulé  "Objectif jeunes : la fgcen fo section Alsace Moselle mobilisée pour revigorer le syndicalisme régional".
Après le titre "quand tout semble nous échapper" de l'éditorial, que je commentais l'autre jour, voici encore un titre qui me fait rudement plaisir. Parce que c'est un 68 qui parle ainsi et signe ce blabla, et parce que chez eux il y a encore du monde, deux "assemblées générales" l'an et... Que même s'il y a quelques signes de vieillissement, on peut dire qu'il y a du boulot pour faire monter la Sève et redescendre la Science de nos grands manitous, tout ceci dit presque sans ironie.
Ce qui est très encourageant dans cet article, et ici je suis tout à fait sérieux, c'est quelque chose qui ressemble à de la bonne graine, à une prise de conscience de nos amis du 68, quant à la nécessité d'assumer enfin leur leadership sur la région... Ce à quoi j'ai toujours tenté de les inciter, farpaitement. Parce que c'est eux qui s'y portent le mieux, très grosso modo.
Je me suis beaucoup bagarré dans le coin, à coups de "blabla à deux balles" comme dirait RWM, et je dois avouer que j'ai été tenté par la batte de base ball pour convaincre que l'on doit dépasser de stupides querelles inter départementales, voir personnelles. Bien entendu, un discours pacifiste d'une petite voix avec un grand bâton ne semble pas indiqué encore qu'à l'avant dernier siècle, un président des USA en avait fait sa méthode. Ceci s'appelle jouer au gentil méchant.
Bref, on dirait que les lignes ont un peu bougé ici, cette fois ... dans le bon sens. Jugez vous même; extraits.
"Ne serait-il pas plus judicieux ... de poser la question dans l'autre sens? Comment faire venir le syndicat vers les jeunes?"
Net progrès! En effet, quand je voulais intervenir devant les bts, les master et les cfpn, avec triple aval d'une éminence grise du notariat régional (d'autres camarades le font ailleurs, je n'ai rien inventé), au mieux on l'ignorait, au pire "on" me brocardait sur le mode graveleux, genre : "Ah! Tu veux faire la sortie des écoles?"
Autre extrait;
"Je souhaite que vous ayez la rage de parler autour de vous de la fgcen, et qu'un souffle nouveau vous envahisse et vous anime..."
Ah ben alors! Pour l'avoir, je l'ai, la rage de parler de la fgcen, et le souffle! Il semble que je sois même envahissant! Et puis c'est lyrique, emmené, bravo. Putain, çà c'est pas du blabla à deux baballes! Et vous savez quoi? J'approuve mon nami SB, le signataire de cet article, que je brocarde sauvagement par ailleurs. Bis; étonnant non?
Surtout que la conclusion de cet article est la suivante: "Rappelez vous que 'les batailles se gagnent dans la durée' "
Nom de glas! A qui le dis-tu! On est d'accord.
Bien.

Venons en maintenant à deux autres articles de l'Echo des clercs, bulletin de la section Alsace Moselle de la fgcen fo, "ISSN 0750 1544" directeur de la publication... etc, numéro des 3ème et 4ème trimestres 2015, blabla.
Deux articles beaucoup plus importants à mon avis. Lecteurs paresseux, s'il y en a encore ici, à ce point de mon blabla, allez vous vautrer dans le canapé devant la télé avec un paquet de chips, vous y serez mieux.

Comme promis. je vais les commenter relativement brièvement, ces deux articles, en me retenant (difficilement) de porter des critiques trop vives. Ceci, d'abord parce que ces deux articles sont signés nominativement par autant de collègues que j'apprécie (qui plus est un 67 et un 68, ayant tous deux quelques longues années de carrière encore devant eux, et partant, ayant le temps et en plus les moyens intellectuels pour faire la nécessaire relève syndicale de nos aimables vieux croûtons, frottés d'aie. Vieux croutons endoloris (d'où l'aie) car il ont parfois souvent, en plus de leurs rhumatismes etc, un tantinet trop mal quelque part à leur ego, lorsqu'on les critique, de sorte que l'on croit tout aussi tant souvent faire chuter un joyau voir une épine de leur couronne, dès qu'on les accable de la moindre critique ou question un peu trop directe, fin de cette longue et abominable parenthèse).

Un premier article s'intitule: "La complémentaire santé du notariat".
L'autre  s'intitule longuement : "L'é-clercs habilités, foudroyés par le cyclone Macron! Mais ne serait-ce pas le CSN qui a engendré ce cyclone, après avoir si longtemps semé le vent de promesses non tenues, voilà la tempête", je suis battu dans la longueur et même dans les grandes largeurs.

Je vais voir si je trouve le temps de reproduire ces deux articles ici, vu qu'on ne trouve pas ce bulletin de la section régionale de la Fgcen-fo sur son site, alors qu'on y trouve l'excellente feuille connue sous le nom de "521". Dommage.

En tout cas, ce qui ferait le fil de mes acerbes critiques dans un commentaire croisé de ces deux articles, commentaire que je ne rédigerai pas, ce serait la chose suivante.

A savoir.
Bien que ces articles traitent tous deux de sujets marqués  par de fortes singularités ou particularités juridiques locales d'Alsace et de Moselle (en vrac je vous dirais au moins, le régime local de sécurité sociale, les dispositions particulières et le délai accordé par le législateur pour la mise en place des mutuelles obligatoires compte tenu  des difficultés causées par le droit local, et puis l'exception de la loi Macron faisant de nos trois départements une zone opportunément (pour les notaires du coin) sans liberté d'installation desdits notaires du coin ni des autres ... pour le moment, ceci pour cause de non vénalité et concours de droit local etc. blaaaaaaaaablaaaaaaaaaâ, sans que l'on ait pour autant reporté la suppression des habilitations, tiens!), eh bien malgré tout cela, ils n'en disent pas grand chose et c'est très critiquable à mon avis. Je ne développerai pas car on m'accuserait de faire dans le blabla à deux balles.

Cependant, si mon reproche est fondé, ce serait sinon critiquable, à tout le moins étrange qu'une section régionale élude assez méthodiquement dans un même numéro de sa feuille de chou, des aspects de deux sujets, des aspects propres à la réglementation particulière applicable dans son ressort. A moins que la clique n'y entrave que dalle... Ou bien est-ce une volonté jacobine de la fgcen qui transparaîtrait traitreusement ici, s'agissant malgré tout de publications de la fgcen-fo? Non, naturellement, je n'y crois pas. Ni que l'on élude, ni au jacobinisme de la fgcen. C'est plus compliqué... Mais ma question, intrigante, est tout de même sérieuse.

Et puis enfin, autres choses, pardon, mais c'est pour le moins maladroit aussi d'écrire ; "... Nous avons estimé que l'intérêt..." (des notaires et des salariés) "... était de continuer le contrat avec Harmonie, avec qui, il faut le préciser, nous n'avons pas de liens inavouables" (sic). Inavouables, certes non, je n'oserais même pas soutenir le contraire mais en dernière et pleine page de ce numéro de l'Echo, bulletin de section de la fgcen fo etc blabla, on trouve quand même une publicité en couleur pour Harmonie. Et alors, me direz-vous? Ben et alors, rien, bien entendu, je viens d'écrire que je ne soutiendrais même pas que les camarades aient des liens avouables avec Harmonie. Je n'en tire donc ni conclusions, ni insinuations, de cette pub. J'ai demandé quand même, plus sérieusement, l'avis de la secrétaire de l'UD FO 67 - engagée dans une campagne délicate pour la défense du régime local de sécurité sociale - sur cet article et ses implications relatives aux mutuelles, dans le contexte de droit local et du notariat, et je vous promets de vous le donner (ssi je l'obtiens). Même si au bout du compte, il s'avère que, me posant trop de questions à deux babababalles, on m'y traite d'andouille véreuse ou verdâtre. Tout de même, que la section locale annonce dans le numéro des 3ème et 4ème trimestres 2015, le maintien du choix de Harmonie, quand le législateur a prévu un délai de six mois supplémentaire pour faire ce choix, prenant fin le 1er juillet 2016 dans nos trois départements, ceci ne vous interpelle-t-il pas un tout tout petit tout peu? Ces six mois d'avance? D'autant que ce délai aurait par exemple pu permettre à la mcen, en difficulté par ailleurs, de se mettre sur les rangs, par exemple disais-je. Pourquoi pas, je vous le demande vraiment. Voilà qui aurait été un vrai signe de concorde et de solidarité du notariat local et de son syndicalisme, de la choisir, la mcen, un signe de solidarité avec nos amis de Vieille France. Par principe, je suis pour notre vieille mcen et ce n'est d'hier que je le dis, mais des olibrius en retard de plusieurs guerres des deux côtés de la ligne bleue d'ailleurs, ne l'entendraient pas de la bonne oreille. Encore du blabla de Blabla d'A deux Balles, sans doute. Mais comme le dossier mutuelle est suivi ici par une poignée de copains qui se compte sur les doigts d'un manchot, pas tous capables d'ailleurs à mon avis, difficile de savoir ce qui se passe et pourquoi cette étrange précipitation. Sur ce fait d'avoir choisi ici, la mutuelle avant l'expiration du délai supplémentaire de six mois offert par le législateur? Une seule explication, les deux ou trois camarades qui gèrent le truc maîtrisent le dossier mieux qu'Einstein la relativité, Verlaine l'absinthe, et Achille Talon la science diction. Bien entendu je les en félicite.

Et puis pardon pour le bon collègue qui l'a signé, mais... dans l'article sur les habilitations cette fois, je pense que c'est chouia un peu faux d'écrire ceci;
"... Pour les clercs qui étaient habilités, la réception de la clientèle, de l'ouverture à la clôture d'un dossier, en ayant à cette occasion recueilli la signatures des parties, est l'une de leur mission principale (sic), transcrite dans leur contrat de travail.
Si cette prérogative leur est désormais interdite par la loi, alors qu'elle figurait dans leur contrat de travail et/ou constituait l'une de leurs principales fonctions, c'est une atteinte au principe de non rétroactivité des lois! C'est illégal et inadmissible" (sic).
Bon. Je ne suis  pas certain qu'on rende un grand service à un nouveau "militant", en le laissant signer seul un article contenant de telles affirmations, s'il s'avère qu'elles ne sont pas précisément exactes. Ce qu'encore une fois, la clique à deux blabalablaballes, croit. Encore une fois, aucune évocation de la dérogation à la liberté d'installation des notaires en Alsace - Moselle, en tant qu'elle pourrait avoir un quelconque rapport avec la suppression des habilitations, suppression non reportée ici. Rapport auquel la clique croit, aussi.

En tout cas, il ressort tout de même de ces articles, à différents endroits, une combativité et une franchise de ton qui rompt de plus en plus nettement avec un esprit un peu "syndicat maison", qu'il m'arrivait de trouver ici ou là dans la boutique.

Alors ma foi, Blabla d'à Deux Balles ou pas. Comme dirait Feu le camarade Georges Marchais, le bilan de ce numéro de l'Echo d'Alsace Moselle, bulletin fgcen fo issn bidule, des 3ème et 4ème trimestres 2015, est "globalement positif".  On ne peut pas -ou plus? -brocarder le nom de cette feuille de chou, ni ses auteurs, avec de mauvais jeux de mots, du genre "L'Echo, journal de la section d'Alsace Muselée de la fgcen-Fo". Mais il y a un sacré boulot à faire encore pour coller au terrain et les omissions flagrantes que je relève ici le soulignent en gros et en gras.

Je termine en post-scriptum, en signalant que sur le sujet régime de sécurité sociale de droit local, les Unions Départementales FO des trois départements 57 67 68 font seules, contre tous les autres syndicats suivant, qui? je vous la donne en mille, la cfdt! une remarquable campagne où FO est sur ses principes. Une campagne que la fgcen fo serait bien avisée de promouvoir ici au travers de sa section régionale des clercs, et de soutenir (une pétition est en ligne, revendiquant - audacieusement voir aventureusement - la prise en charge à 100% des complémentaires ici par... les employeurs, compte tenu du fait que les salariés cotisent seuls au régime local de SS etc.). C'est une simple "proposition".

Et voilà, tout en vrac, Blabla d'A Deux Balles oblige, avec mes amicales salutations postérieures cloutées et très appuyées, du pied droit pour changer. Mais vous n'êtes pas plus obligés de me lire que de supporter mon fiel, ni de me tourner le dos par ailleurs, bande de vaches.

Ceci étant, vous n'étiez pas obligés de m'envoyer ce remarquable numéro xxx de l'Echo des Clercs, bulletin de la section Alsace Moselle de la fgcen FO, issn machin, directeur de la publication bidule. Mais puisque vous avez eu la patience de la mettre sous pli à l'une de les adresses de quasi sdf, ayez aussi celle de supporter que je l'épluche et vous dise ce que j'en pense pour "échanger sur les pratiques syndicales, leurs problèmes et les solutions, faire part des difficultés à trouver et exploiter de nouveaux modes de communication" (sic - dernières citations du numéro 244 de l'Echo des Clercs, bulletin de etc.).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6409
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Syndicalisme notarial en Alsace-Moselle   Jeu 18 Fév 2016 - 17:58

Bonjour Carrérond,
Un tel message aurait mérité d'être scindé en paragraphes sous-titrés.
Tel quel, ce message est rebutant à lire et à bien comprendre... C'est et ça reste, un énorme blabla indéchiffrable pour un utilisateur lambda.
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carrérond



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Un passage à vide du syndicalisme alsacien dont il ...   Jeu 18 Fév 2016 - 22:53

Je sais bien qu'entre Athènes et Sparte tu choisirais toujours la seconde mais pour une fois, tu voudrais un peu de douceur et d'élégance, autrement dit des sous titres, du stabilo et un biberon avec une tétine molle pour nos aimables  lecteurs. Tu les sous estimes peut-être?  Moi je suis de la race des poilus de Verdun, le 450 de marine ne m'effraie pas et j'aime bien les hoplites. Ils m'amusent. Hopla, comme on dit chez moi. Et le lecteur lambda peut choisir le canapé, l'horizontalité et les chips, ou un petit effort vertical sur une chaise devant un bureau. Je n'ai pas la prétention de livrer tout cuit et prédigéré. En tout cas merci de ton compliment indirect, ta critique ne portant que sur la forme. Je suis certain que tu as parfaitement su casser cette nouvelle noix et en extraire les cerneaux biscornus.
J'espère que tu voudras bien te charger de donner quelques explications sur les sujets abordés, ici et là, n'ayant pour ma part aucune autorité et semble-t-il pas assez de méthodes pour le faire devant les camarades lambda. Je ne fais que remuer des cotons tiges dans des fourmilières. J'admets que c'est absurde; a-t-on jamais entendu parler de fourmis sourdes?
Salutations, de l'épaule (un demi centimètre).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6409
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Un passage à vide du syndicalisme alsacien dont il ...   Ven 19 Fév 2016 - 2:11

Bonsoir Carrérond,
Tu es toujours aussi bourrin...
C'est une image que tu donnes de toi, qui est très regrettable. Mais c'est ton problème!
Salut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carrérond



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Un passage à vide du syndicalisme alsacien dont il ...   Ven 19 Fév 2016 - 3:45

Bonjour RWW,
Ce n'est pas faux mais la clique s'est déjà expliquée poliment sur ce point, sur ce forum.
Je répète pour les nombreux nouveaux.
Notre Chef (Blabla Premier dit d'A Deux Balles) était différent autrefois. Moins anguleux. Depuis qu'il est cheminotaire, il a un peu tendance à labourer avec les genoux. C'est vrai. Mais ses sillons sont aussi parallèles que ses rails d'antan. Son côté bourrin lui serait venu en fait, des méthodes de management de l'un ou l'autre parmi les notaires qui ne savent même pas manier la carotte et le bâton.
On l'a déjà dit ici, la carotte c'est devant et le bâton, derrière.
L'inverse, à force c'est désagréable à mon avis, et encore très mal vu quoiqu'on en dise.
De quoi traumatiser les ânes les mieux dressés.  
En tout cas, à la clique on est finalement moins rancunier que la mule du pape.
Et puis si je me mettais à faire dans la dentelle, vous y croiriez? Que nenni, je suis un âne! et je le reste.
J'ajoute que dans ma situation, mieux vaut garder l'humour. Pour ta gouverne, RWM, je viens de m'enquiller mon troisième déménagement forcé en neuf mois. Toi qui est bénévole pour la Fondation Abbé Pierre et qui parlais aujourd'hui des travailleurs pauvres du notariat, tu dois bien savoir que mon obstination mise à part - tu la dénonces, je l'assume - ces processus que l'on qualifie d'exclusion... Comment dire!
Eh bien, disons-le.
Tous les chômeurs s'entendent dire un jour ou l'autre, "si tu voulais retrouver du taf, tu en trouverais".
C'est ce que tu as fini par me balancer ici, il y a quelques temps, dans un mouvement d'humeur.
Pas faux, d'ailleurs. Et j'ai. Un petit boulot. De survie.
C'est un peu l'avenir qui se prépare, avec certaines réformes du code du travail.
Non, c'est vrai, à mon âge je suis content de vivre encore cette aventure.
Ou en sommes nous au fait, de "l'odieux chantage à l'emploi"...?
J'ai de bonnes raisons de le dénoncer, elles datent d'avant Macron. Et pour l'instant je ne vois guère de raisons d'arrondir mes angles.
Tu en vois, toi?
Allez, c'est dimanche, le jour du Seigneur.
Bon dimanche, petit effort, je te salue de bonne manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 696
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: À la botte   Jeu 12 Jan 2017 - 2:16

Lien vers l'onglet sections locales du site de la fgcen-FO :

http://www.fgcen-fo.com/actualités-des-sections/alsace-moselle/

Je n'ai jamais oublié cette diatribe estivale, en pleine canicule, à l'issue de laquelle RWM me demandait de disparaître, ne serait-ce que par solidarité entre "moins que rien", c'est à dire entre nous deux.
Conseil largement suivi depuis - faire fuir les nouveaux, c'est très bon pour FO -  sauf mes coups de gueules ici.

Je publie justement ci-dessus, pour conclure cette diatribe, je l'espère..., un lien vers un étonnant article de presse que je rends ainsi accessible via le site de la fgcen. J'allumais durement cette dernière sur une autre page de ce forum, pas plus tard qu'hier, pour son compte twitter servant parfois de simple relais de propagande au CSN.
Étonnant article, mais bon! À la fédé, on ne se rend plus compte de rien, on ne voit plus rien que son seau à cannes et parapluies, et l'on peut donc laisser publier tout et n'importe quoi dans le plus grand désordre (j'en suis la preuve quoique je ne sois plus adhérent que de FO seulement, en aucun cas désormais de la fgcen FO, et que je ne m'exprime d'ailleurs qu'en mon nom ici, nuance)

Cet article de presse pourrait être commenté utilement pour résumer et conclure l'essentiel des points que je soulignais, documents à l'appui, au sujet d'un lent pourrissement syndical dans nos trois départements du ressort du droit local alsacien mosellan.
Un processus de pourrissement qui ne semble pas loin d'arriver à son terme, bien qu'il laisse encore un syndicalisme relativement fort dans un seul de ces trois départements, le 68 où ils ont bossé pour celà, il faut le leur laisser avec médailles et honneurs. Oui, mais corrélativement le pendant de ce relatif succès, c'est une débâcle récente dans le 67 et un quasi désert syndical dans la basoche du 57. Je ne félicite donc pas si sincèrement que cela mes camarades de leur bon résultat du 68 dont il se gobergent un peu légèrement devant les journalistes de leur feuille de chou surtout haut-rhinoise (hélas, parce que c'est un très bon journal régional). Je me refuse à les en féliciter tout à fait car leur maintien syndical dans leur village gaulois, s'est donc fait, délibérément, au prix d'un double désastre tout autour, puisque notre syndicalisme s'est effondré dans les deux départements voisins. Nos amis du 68 s'en seraient parfois frotté les mains que je n'en serais d'ailleurs pas plus étonné.
Ici, visiblement dans cet article, l'UD FO 68 va à la pêche aux voix et semble ravie de ses ouailles de la Basoche, alors que dans le 67 on prend semble-t-il les mêmes oiseaux version Bas-Rhin avec un peu plus de circonspection. Pour le 57 je ne sais pas mais je crois qu'on se fiche totalement des clercs de la fgcen FO qui ont à peu près disparu des écrans syndicaux. Trois UD, une section régionale de la fgcen FO, trois attitudes et je n'avais pas trop pensé à  ceci quand je prônais la section régionale, croyant à tort à une certaine efficience de la FEC pour faire le diapason; lourde erreur de ma part, je découvre, comment dire, c'est très excitant, les finesses, le sous linge et les dentelles afriolantes de l'appareil FO.

Je pourrais sur cette lancée précise me livrer à un commentaire sanglant de cet article de presse...
Je m'en abstiendrai, me contentant sincèrement de voir que nos amis du 68 ont fait de vrais efforts pour la campagne TPE. Il paraît même qu'ils ont battu la campagne jusque dans le 57, ensemble avec ceux d'ici et de Moselle. Acceptant de jouer le jeu et de tenir leur rôle, celui d'un nécessaire leadership dans la section régionale de la fgcen; je n'espérais pas même voir cela un jour! Franchement c'est bien, sans ironie. Simplement, en relisant bien cet article, Je ne me fais guère d'illusions sur les motivations profondes qui ont conduit à cet apparent miracle. Enfin mais, ma foi! Quand même c'est toujours bon à prendre, un instant d'illusion même en pleine perdition.

Il y a quand même quatre choses qui m'étonnent dans cet article et là, je n'irai pas par quatre chemins. Croyez bien que ces quatre propos ci-dessous sont très en dessous de ce que j'ai sur le bout de ma plume, et que je viens d'évoquer mais que je me suis promis de taire ici;

1/ Cet article de l'Alsace sur le site de la fgcen, c'est bien mais je m'étonne un peu de l'absence sur ce même site, de l'article des DNA paru sur les mêmes sujets il y a peu. En l'occurrence, interview d'une autre vedette bas-rhinoise, dans les DNA donc, journal plutôt bas- cette fois... Aaaaaah! La vieille et stupide querelle alsacienne que nos amis du 68 prennent visiblement un malin plaisir à entretenir au sein de la fédé, mais tant mieux car l'article des DNA ne vole pas beaucoup plus haut que celui de l'Alsace.

2/ Je découvre en lisant cet artice de presse, que le brillantissime SB serait le nouveau président de la fgcen-FO et honnêtement, j'espère que c'est une vantardise devant la presse ou une erreur de cette dernière; sinon, plus qu'une farce, ce serait une erreur fatale, voir l'arrêt de mort de la fgcen-FO. Je le dis sans hésiter; barronies et fiefs syndicaux, familiaux de surcroit, basta. C'était mon deuxièmement et jusqu'ici, je fais dans la douce pommade. En tout cas, président ou pas, il parle ici en qualité de responsable de la section Alsace Moselle de la fgcen FO, syndicat national, pour le compte de ce dernier et sur un sujet au moins, en tant que tel, il dit n'importe quoi. J'y viens, baïonnette au canon.

3/ Est-ce que la reconquête des habilitations est au programme de la fgcen FO syndicat national, oui ou merde? Car c'est bel et bien ce que je déduis de cet article. Si oui, c'est très exactement une revendication du niveau de celles que notre syndicat semble reprocher aux autres syndicats, dans son tract national dans la campagne TPE, à savoir une revendication démagogique à cent pour cent. Franchement dit, sans détour, c'est de la pure connerie de dire cela, de dire ici, en engageant la parole du syndicat national, qu'on va reconquérir les habilitations devant la presse mais bon. Et encore je pèse mes mots, ou alors il faut supposer que le journaliste à mal compris ici aussi? Ce qui, de toute manière, n'est certainement pas une revendication de notre syndicat national. Ou alors ils sont devenus très c.o.n. la haut.  Maintenant s'ils ont bel et bien tenu ces propos ambigus devant la presse, nos amis farceurs du 68, alors il faut d'urgence faire jouer les soupapes sur leurs caboches, celles que l'on voit sur la belle photo du Zeitung, sinon cela risque d'exploser et .... Bon, des mocht nix, il n'y aura pas grand chose sur les murs, allewaj.

4/ Le pire est ici. Je passe au mortier lourd. Tiens c'est marrant, comme d'hab, surtout ne pas incommoder nos sacro-saints patrons. C'est curieux, pas un traître mot sur les dérogations obtenues par les notaires de droit local dans la loi Macron, ce qui n'empêche pas mes camarades du 68 de débiter piteusement comme des perroquets, les éléments de langage des notaires locaux contre ladite loi. C'est pitoyable et stupide, syndicalement minable, mais je vous rassure les 67 n'auraient pas fait mieux. Ce qui comptait de part et d'autre c'était de voir son nom ou sa bobine dans le journal, sans doute, la gloriole quoi, tout le monde président, mais pour le reste! Vous pouvez essorer cet article comme celui des DNA, c'est à peu près sec, il n'en goutte rien comme jus de cervelle. Tout juste un peu de jus de chaussette de mes chers camarades, lesquels une fois encore, ont consciencieusement montré ce jutant, à quel point, parfois, ils sont d'authentiques godillots. Cela vaut bien la peine d'avoir "son journaliste" comme s'en est un jour vanté devant moi notre ami SB, soulignant ainsi la haute idée qu'il de cette profession. Inegale en qualité, il faut le reconnaître au vu du niveau, piteux, des articles complaisants sur le notariat, que l'on peut lire dans la presse locale. J'espère au moins que les notaires ont été ravis des services et de la prestation ainsi rendus en public relation, par leurs syndicalistes "à la botte" (NB quand les notaires "ont un articles",  eux, c'est par demi pages entières mais à tout seigneur tout honneur...). Donc, j'ai bien dit, à la botte et je le maintiendrais car j'en ai plus que marre de ce syndicalisme couché, voir fangeux. Et qu'on me fasse exclure de FO pour cela, ou que l'on me mette plus en black list pour cela que je le suis déjà, qu'on essaye de faire pire que ce qui a déjà été fait, pour voir. D'avance je me marre, je m'en tape car n'ayant plus rien à perdre, je suis hors d'atteinte. Bras d'honneur, donc, et encore, très appuyé et pour le coup, ouvertement hostile aux pseudo syndicalistes de ma propre boutique, dont l'activité principale semble de faire taire les voix dissidentes, outre la comm notariale bien entendu. En ce qui me concerne, à partir de 2017, avec  ce genre de syndicalistes, désormais pas de quartiers.

Maintenant si d'aventure quelque chose d'important m'échappait sur l'un ou l'autre des quatre points ci-dessus, avec pour conséquence de causer une, voir deux, trois, ou quatre énormes erreurs de ma part, j'écouterais et sans blague, je présenterais des excuses pour tout et le reste, ici même, aux endroits idoines. Malheureusement, en lisant cet article de presse, tout ce que je raconte sur le syndicalisme local depuis le début de ce sujet semble bien trouver, dans son contenu, un interminable point d'orgue. À part les notaires, en effet, à qui cet article là est-il utile? Personne, sauf à quelques "syndicalistes" à qui l'on devrait distribuer des montagnes de susucre pour de tels exploits corporatistes, si l'on ne veut pas se montrer ingrat bien entendu. Quand à faire voter FO sur de tels arguments?! Une sinistre farce, mieux vaudrait s'abstenir, car ce n'est pas rendre service à FO que de bafouer aussi ouvertement son principe d'indépendance. Mieux vaut perdre une élection que son âme disait Michel Noir, en politique lui, il y a des années.
Mais voilà, je l'évoquais, d'une UD départementale à l'autre, même sur ce sujet clé de l'indépendance syndicale (qui dans le notariat est le choix entre l'indépendance syndicale et un corporatisme nauséabond), on ne jouerait pas toujours la même partition. Ici on fait plus attention, là on se montre très souple sur les principes, de Marseille à Strasbourg et de Brest à Bordeaux, ou de Lille au Puy, peu importe, mais pour la basoche, FO n'est pas hexagonal mais plutôt polymorphe. C'est fâcheux, et je le répèterai, un peu plus poliment c'est entendu, devant qui de droit dans ma propre UD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RWM



Nombre de messages : 6409
Localisation : ile de france
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Notariat et nombre de syndiqués FO   Ven 13 Jan 2017 - 21:44

Bonsoir marzolf,
Alors que je profite de vacances aux sports d'hiver, je prend connaissance de ton message ci-dessus. Je n'ai que peu de commentaires à formuler sur l'action syndicale de ta section régionale. Simplement j'ai relevé, comme toi, une grossière erreur de transcription de chiffres, dans l'article des DNA du 17 décembre 2016. En effet si 25% des salariés du notariat étaient syndiqués FO, ça se saurait "sous les panonceaux". La réalité est que dans le notariat seulement 0,80% des salariés français, sont syndiqués FO. Donc une action de syndicalisation permanente et à tous les niveaux, locaux, régionaux, national, est indispensable...
A commencer par toi, qui ferait bien de revenir dans nos rangs et ne pas continuer de papillonner dans ton UD FO, contre toutes les règles en usage dans les différentes sections de la FEC-FO.
Bien cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 696
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: Une histoire de papillons au pays des cigognes   Sam 14 Jan 2017 - 20:06

Bonsoir RWM,

Ta réponse est soft et je lui fais bon accueil.
Tu ne commets pas plus que moi ici, cette erreur qui serait de rentrer vraiment dans des polémiques sur la place publique. Je réserve en effet mes arguments les plus sérieux pour d'autres oreilles que je ne desespère pas de trouver. Pour l'instant, je lâche simplement quelques bordées au hasard, en toute amitié pour mes camarades.
Plouf, je sais. Mais mes amis ne paient rien pour attendre l'abordage.

Sur l'article (voir note en bas de ce texte) que j'ai étrillé, ceci; je ne mets pas les multiples énormités que j'y relève moi aussi, sur le compte d'erreurs, mais bien sur l'Erreur de SB, notre camarade dont je devrais rejoindre les rangs selon toi. L'Erreur, la voici.
Je l'ai entendue de sa bouche : "J'ai mon journaliste" (sic).
Le journaliste qui a signé son article appréciera.
C'était au temps où je le fréquentais. Je te laisse méditer en profondeur et en cascade, tous les sens et l'essence même de la philosophie qui sous tend de tels propos, dans l'esprit de gens qui raisonnent de cette manière.
Lorsque au CSN, on n'a pas son journaliste - à lire la presse en ce moment, ils commencent à avoir du mal à trouver ce qu'il faut - ils se paient au pire du Justin Conseil, au mieux des pleines pages dans les plus grands quotidiens. Ici, nous avions quoi? Un vrai syndicaliste, certes, mais faisant d'un mot, du zèle politique anti Macron, contre productif en plus, dans la mesure où pour l'instant, la loi Macron fait une notable exception de nos trois départements. C'est très énervant et je ne dois pas être tout à fait seul à le penser, les notaires du coin jouant peut être discrètement le calendrier ou la montre à l'heure alsacienne en ce moment, pourraient se trouver gênés par ces propos.
Je rappelle que nous attendons pour août 2017, après certaines échéances électorales, un rapport devant permettre aux parlementaires de se prononcer sur "l'opportunité" (sic) d'étendre ici la liberté d'installation. Il faut donc être assez stupide pour tirer indistinctement sur Macron et Cie alors que l'on a pris grand soin de tenir compte du particularisme local des notaires, tout en supprimant cependant ici l'habilitation des clercs selon le calendrier national. mes camarades, obéissant aux doigts et à l'oeil de leurs Maîtres, ne s'étonnent jamais plus de ce que font ces derniers. On peut soutenir pourtant, pour la raison que je viens d'évoquer (la suppression des habilitations selon le calendrier national bien que la liberté d'installation ne soit pas à l'ordre du jour ici...) que, plus que partout ailleurs, les notaires ne se sont guère préoccupés ici du sort de la piétaille de la Grande Armée ; mais qu'à cela ne tienne! Nos amis s'appliquent quand même à leur donner fidèlement la papattes, des grands coups de langue dans la main, de leur prêter la leur dans des opérations de propagande improvisées sous couvert d'élections TPE. Macron n'a pas déréglementé ici, il a même bien mérité de la patrie de droit local puisqu'il n'a pour ainsi dire rien touché de son code civil local d'une manière qui puisse rayer les louches à caviar de nos Maîtres. Même les avocats d'ici vous le diront, car ils avaient aussi un casse croûte local de grand luxe à défendre, avec les notaires cela s'est vu pour ceux qui ont suivi le mouvement, dans cette histoire.

Ceci étant, RWM, je reviens à la syndicalisation et au taux de syndicalisation FO effectivement exceptionnel de la Basoche dans le Haut-Rhin. Pour la défense de nos amis du 68, et je la prendrais volontiers si tout autre que moi les attaquait sans mes bonnes intentions, eh bien je signale tout de même que dans leur "fief", il y a effectivement, dans la basoche, ce taux de syndicalisation hors norme que revendique SB à juste titre. Un quart, c'est à voir en effet, mais nous sommes très très au dessus des 0,80 dont tu parles fort à propos, ami RWM. Mais il y a peut-être bien un hic. En effet, paradoxalement leur taux, même moindre que 25%, aussi exceptionnel qu'il puisse paraître, n'est selon mon avis, pas du tout étranger à ce qui, dans mon propre département, prenant la forme de collusions éhontées avec le notariat local, est précisément la cause de notre implosion syndicale du Bas-Rhin. Dans le 68, c'est à peine plus subtil parce qu'il s'y trouve encore un vieux routier cent fos plus malin que chez nous. Parce qu'il ménage par exemple les apparences. Mais il n'est pas éternel, et sur cette même lancée, n'en déplaise à mes amis qui se vanteront pour leur défense, d'agir en toute indépendance et en parfaite intelligence avec leur UD, et non d'ailleurs avec la FEC -eux aussi - ce n'est qu'une question de temps. Les mêmes causes, les mêmes accointances produiront tôt ou tard les mêmes effets. Je  crois qu'ils ne l'ont toujours pas compris. Je ne parle plus du 57 qui a quasi disparu des écrans, le processus étant presque à son terme.

Quant aux papillonnages, une image que j'aime bien RWM, c'est triste à dire mais je papillonne en effet de mon côté et lui, SB, du sien. Je conçois que SB puisse être dégoûté par certains de mes propos tels que celui suivant; notre idylle aurait produit une nombreuse descendance si nous avions butiné les mêmes fleurs. Ce n'est pas faute d'avoir voleté vers Lui et dans ce but précis, dans un sens allant sinon contre celui de la nature - tu parles! - du moins contre celui du courant naturel de l'Ill mais hélas! Trois fois hélas, il se trouve qu'à peu près toutes mes tentatives pour papillonner ainsi de concert sur nos terres, contre l'avis des rejetons farineux de nos antiques chrysalides bas-rhinoises d'ailleurs, se sont soldées par des échecs. Ils semblent dus à un fort vent contraire et à des accroissements inaccoutumés du courant naturel de l'Ill à chacune de mes approches ou presque. Je me souviens d'une rencontre sur nos terres du Bas-Rhin, qui invitait ce jour là, en présence de la secrétaire de l'UD FO 67 et du général en chef de notre défunte fgcen version fédération. Elle s'est soldée, elle, sur de sérieux malentendus. La secrétaire de mon UD faisant un discours à côté de la plaque, tournant autour  du référendum politique sur l'Union des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin qui se tenait le lendemain - FO était contre, moi aussi d'ailleurs - quand moi je me bagarrais alors, syndicalement là, pour une section syndicale régionale Alsace Moselle au sein du futur syndicat national fgcen FO. Beau contre pied suivi d'un but grossier contre son camp. Celui d'un ex président de syndicat du 67 se livrant, à destination du parisien de service, à un discours grotesque sur la culture alsacienne prétendument axée sur l'ordre, la discipline, le paternalisme, et autres fariboles. Une connerie que les plus obtus de nos politiques, hors ceux de couleur brune, n'osent même plus faire. Et puis finalement le tour de parole du président en exercice du syndicat du 67 (moi) supprimé. J'avais pourtant poliment communiqué le contenu de mon intervention et c'était donc une pure et simple censure. Mais je n'avais plus rien à dire et ne m'en suis pas offusqué. J'avais d'ailleurs dit, voyant venir le coup, en arrivant; "je suis d'accord avec tout", puisque de toute manière le principe du syndicat national et de la section régionale me semblait sinon acquis, du moins certain de trouver application. Alors je passe sur les fantaisies hôtelières, assez discourtoises, survenues ces jours là sous les yeux ébahis, à juste titre, des invitants bas-rhinois, aux frais de la princesse. Pas de quoi souder les ouailles... Mais ce genre de plaisanteries anecdotiques ont contribué à plomber définitivement l'ambiance peu confiante qui régnait depuis fort longtemps entre nos deux fiefs syndicaux, largement par la faute de barons locaux dont j'ai déjà conté la gloriole sur cet aimable forum (je pense notamment à un brillant démissionnaire tourne veste et opportuniste d'honneur GP, que grâce lui soit honnêtement rendue quand même pour son beau vol de naguère). Enfin! tout ceci, c'est le passé qui dure encore un peu, rendant ses derniers feux. Conséquemment, tout de même, il n'y a presque plus aucun des papillons, ni des chrysalides et chenilles ouvrières d'autrefois, ici, et l'esprit qui avait permis de faire fonctionner les trois syndicats du 57 67 68 au sein de leur Union depuis 46 je crois, est presque mort, ce qui n'était pas inévitable. Il y a maintenant des fossiles et des rancœurs, des inimitiés profondes et des querelles dont vous voyez ici la trace, qui semblent presque réjouir ceux qui, pensant à Lutèce réduire habilement un particularisme encombrant en encourageant bêtement ces querelles d'un autre âge, l'ont fait bel et bien fait renaître tel un Phoenix, voir un Monarque, magnifiques ou énormes papillons comme tu sais sans doute, RWM. Entre temps hélas, il y a aussi des espèces indésirables qui ont pris souche et il faudrait un violent traitement phyto syndical pour en débarrasser maintenant nos vignes syndicales, si nous comptons un jour vendanger de nouveau ici. Autrement dit nous nous nous retrouvons avec des papillons syndicaux qui ne papillonnent plus très syndicalement ici, pas dans mon UD en tout cas ou alors il faut les y amener à grands renforts de filets etc. Je m'en souviens bien. Perso, j'y vais toujours tout seul, RWM, naturellement, chaque battement de mes ailes ne brassant que de l'air et peu de lumière me diras-tu ironiquement. Mais tu devrais tout de même t'en réjouir, puisque c'est un peu grâce à toi qu'il y a encore au moins un survivant battant de l'aile de ton espèce, ici, celle des modestes papillons variés et butinant tous de concert et sans préjugés, dans la diversité. Voilà la vraie histoire sinon de tous les innombrables papillons syndicaux d'autrefois dans ce coin de France, au moins celle de ton modeste serviteur, dévoué petit papillon syndical et gibier de moineaux ou de cigognes d'ici, mon cher ami.

Plus sérieusement comme vous allez voir, et surtout plus actuellement, il se trouve que l'UD 67 est tenue en ce moment par quelqu'un de la FEC qui fait chanter l'internationale dans ses meetings, ce qui m'amuse et donc, me va. Il semble que dans le 68, la sauce soit différente. Dans le 57 je ne sais pas, mais je demanderai à l'occasion pourquoi trois UD laissent une section régionale d'un syndicat national faisant partie de la FEC, n'en faire qu'à sa tête au mépris de toute logique nationale de leur syndicat, de la FEC, mais surtout des principes fondamentaux de FO qui sont autour de l'indépendance syndicale et la liberté syndicale. C'est pour ces principes que je suis attaché et même volontairement ligoté au mât de FO, par les tripes en guise de cordes lisses, les mains sur les oreilles pour ne rien entendre de la basse propagande notariale actuelle.

Pour ce qui est de la FEC, j'étais avec toi, RWM, ami poète, un certain 23 mai en face de S. LEGAGNOA. Pour que les choses soient claires, je ne mettrai pas les ailes à la fgcen FO tant, par exemple, que ce syndicat moribond affichera effrontément, sans distance critique, tel un syndicat corporatiste de la pire espèce, les positions et les éléments de communication du CSN, c'est à dire du patron de nos patrons.
S'ajoute ici, à ce grave reproche que je fais à un syndicat corporatiste à la sauce Vichy, la fgcen, un syndicat faisant partie de la FEC, un autre reproche que je fais ici localement à mes camarades d'Alsace Moselle. A savoir qu'en plus de leur complaisance honteuse, s'ajoute un degré d'idiotie incroyable qui consiste à ne pas même se rendre compte des particularités locales et de leurs incidences pour les clercs. Je parle de l'exception que constituent de nouveau, sur la base d'arguments spécieux, les notaires du cru de droit local par rapport à la loi Macron (pas de liberté d'installation). Le pire est que les vieux c.o.n. de chez moi embarquent avec eux dans leur (bip) les rares nouveaux qui cherchent sincèrement à comprendre ce qui se passe dans le surcroît de bazar local...

Alors je papillonne à l'UD 67 en effet, et je m'y sens bien car au moins on n'y fait semblant ni de m'écouter, ni de ne pas m'écouter, ni semblant de rien; mardi matin je vais par exemple dans le rang, avec les camarades, soutenir devant un tribunal, plusieurs militants alsaciens poursuivis pour avoir participé à des mouvements liés à la loi "travail". Je n'ai vu, dans les manifestations en question, jamais, aucun des clercs que les notaires locaux et leurs syndicalistes à la botte - pour certains nouveaux, c'était par ignorance, pour les vieux c'est lèche cul point barre - ont embarqué deux fois à Paris, TGV payé aller retour. Il y a d'autres allers retours gratis qui se perdraient mieux sur quelques grandes gueules de pseudo syndicalistes ici, et sans doute jusque sur le Rocher. Je ne parle pas de celui de Monaco, mais du notre, encore qu'il s'agisse parfois là de vieilles dynasties ayant régné sur notre syndicalisme et que l'on devrait étêter et dégager pour cinq cents ans. Libre à la FEC de laisser pourrir ou de mettre enfin son pif dans nos affaires avant qu'il ne soit vraiment trop tard.
Je sais que mes copains vont me répondre que je mens parce que tel jour ils étaient à telle manif sous la bannière de leur UD. Les petits malins... Admettons, j'achète, mais chez moi, ici, je sais ce que disent, approuvent et écrivent du syndicalisme, ceux qui continuent encore de tenir la boutique, jusqu'à ce que mort et pourrissement définitif s'en suivent, je le crains.

Des fois je me demande si j'ai eu raison de soutenir le passage au syndicat national de la fgcen FO et à une section régionale ici. Il aurait peut-être mieux valu que la fgcen crève de sa belle mort plutôt que de prolonger son agonie parmi les supplétifs de la Grande Armée du Notariat. Sous le regard détourné dirait-on, de nos amis de la FEC, c'est vraiment étrange à observer.

Ravi en tout cas d'avoir été soutenu et parfois compris, voir entendu quelquefois par quelques vieux schtroumpfs parisiens (je dis parisiens rien que pour faire chier des crétins frisant l'autonomisme d'ici), mais bon!
Ici, ceci étant, pour l'instant, plutôt que d'enterrer ces modestes succès syndicaux comme le voudraient des camarades qui me prennent pour un fou furieux et un emmerdeur acharné, je me suis grassement assis publiquement en séance du comité mixte du Bas-Rhin il y a peu - j'en suis réduit à de telles démonstrations de garnement consistant à montrer fièrement mon cul bien botté et mes trois médailles pour autant de licenciements - sur les excellentes décisions de justice obtenues grâce à vous, grâce à la fgcen, en fait grâce à toi seul ou presque RWM. Ceci n'a pas été compris... M'asseoir pourtant avec mon cul malpropre et la gueule ouverte sur le droit, dans les matières syndicale corporatiste qui nous occupent? Ma foi, il n'y avait pas de meilleur endroit pour faire cette délicate provocation, qu'à la chambre des notaires, entre quelques notaires cependant et bien souvent de bonne foi, et quelques syndicalistes ignorants dans le meilleur des cas, veules, lâches, serviles et se dandinant sur leurs chaises dans le pire. Dès par exemple, que l'un d'entre eux ose rompre franchement le silence. Ceci pour bien montrer qu'ils sont du bon côté, les (bip). Ce dont les notaires se foutent.
J'en suis aussi à constater, à chaque fois, qu'il est plus facile de parler franchement aux notaires de nos sujets, qu'aux plus c.o.n. d'entre nous, et qui se trouvent parmi les petits syndicalistes d'appareils locaux, dressés, je le parie, au petit lait pour fesses de bébé (quand les diplômés notaires sont eux, dressés, à dessein, au sang), et au susucre d'orge.

Tout ceci, tout ce syndicalisme horizontal, couché, de niche, commence à se retourner contre le notaire lambda qui ferait bien de s'en rendre compte. Un syndicalisme dans cet état, cela ne sert à rien ni à personne, pas même à eux.
Quant aux "gros", ils vont bien et ne sont pas, n'ont pas été et ne seront pas gênés par aucune loi Macron. Le jour ou certains clowns fantomatiques encombrant notre syndicalisme le comprendront et gicleront enfin pour laisser la place à ceux qui sont vraiment "au contact", sur le terrain, alors je verrai.
Pour l'instant, nada. Je me contente d'étriller les articles et baratins qui font dans le genre ministre de la propagande du CSN. Le plus drôle, c'est que ce dernier n'a rien demandé (sauf la Grande Armée) à ses petits c.o.n. zélés à un point tel qu'ils en deviennent parfois ridicules.

Alors je papillonne, oui, c'est même la grande vadrouille du papillon car je renifle maintenant ailleurs aussi. Pluralisme syndical oblige, en comprenant parfois pourquoi certains de nos plus valeureux ont tourné casaque et ont fuit cette écurie de baudets.

Donc je maintiens mes propos qui sont des propos de militant FO aussi, mais tenus ici, au seul mauvais endroit dont je dispose pour les tenir en fait.
Mes hommages les plus outranciers, poil au nez.

PS.- RWM, dis de ma part aux camarades de la fgcen, je t'en prie, qu'ils fassent enfin cesser cette communication lamentable autour des éléments de communication et autres kit de communication du CSN, et si j'observe effectivement ce premier virage au moins, je promets que je baisserai d'un ton et je reviendrai leur parler. Pour l'instant ils s'en foutent, je sais. Pour l'instant, donc, autant parler directement, comme je veux, à ceux qui paraissent comme leurs donneurs d'ordre. Mes respects à toi et ceux qui comprennent même en silence, ne serait-ce qu'un petit peu, mes vaines protestations.




Note;
Notez, je vous en prie, que l'article que j'ai étrillé est paru dans l'Alsace (et non les DNA comme tu le dis par erreur, RWM). Pour sa date exacte et sa lecture complète, voir le site de la fgcen en suivant l'onglet relatant l'activité des sections locales, quasi vide soit dit en passant.
L'Alsace est un bon quotidien régional dont le périmètre de diffusion est plus centré sur le Haut Rhin quand les DNA, tout aussi bon, dont le siège est à Strasbourg, est davantage tourné, lui, vers le Bas-Rhin et la Moselle.
La chambre des notaires du Bas-Rhin communique volontiers dans les DNA et quand elle le fait, c'est parfois à grands coups de demi-pages avantageuses et bien visibles. Je crois que j'ai déjà signalé sur ce forum, notamment un article des DNA relatant le congrès des notaires de Strasbourg. Le Pdt du CSN d'alors, y déclinait, entre guillemets, son célèbre chantage à 15000 emplois, en chiffrant honteusement le tableau de la chasse au c.o.n. prévue ici sur les trois départements 57 67 68, oubliant de rappeler que la loi Macron fait de nos trois départements une exception à la libre installation qui pour l'instant, n'y est pas prévue. Ce dont le journaliste aurait pu s'étonner mais il n'en fut rien. Un article ainsi paru sans que, à ma connaissance, jamais, notre section régionale n'obtienne ou ne demande sans doute, même dans le courrier des lecteurs, un simple entrefilet pour exprimer le point de vue différent des clercs... Mais justement, celui de nos syndicats l'est-il, différent, ou ne serait-ce que critique? Je suis d'autant plus étonné dans ces conditions, que mes amis syndicalistes continuent et s'obstinent sans rancune, de servir la soupe anti Macron et les éléments de langage du CSN sur la déréglementation quand, précisément, nos trois départements restent pour l'instant largement hors champs d'application de la loi Macron!. Sauf la suppression des habilitations suivant curieusement ici, le calendrier national, quand la liberté d'installation, les conditions d'accès des jeunes notaires à leur profession, restent invariablement verrouillées de l'intérieur avec toutes conséquences et menaces qui en résultent sur les carrières des clercs. Suis-je outrancier dans ces propos? Assurément, NON.
A noter aussi qu'un article est cependant paru dans les DNA en décembre, moins flatteur pour nos magnifiques "élites" syndicales du coin que celui de l'Alsace, et sans références à l'UD FO du Bas-Rhin si je ne m'abuse. Je vais tâcher de le retrouver, de le reproduire ici et de le commenter peut-être, mais je pense que je n'aurai pas grand chose à ajouter de plus aimable pour mes deux amis bas-rhinois interviewés dans cet article. Si ce n'est qu'ils se distingueraient, dans cet article des DNA, une nouvelle fois, par un dévouement pour la cause, avec toutes les ambiguïtés -c'est un euphémisme - que j'ai déjà signalées avec éloges spéciaux, maintes fois ici, ailleurs et encore et encore, jusqu'à l'endroit même qu'un fonctionnement syndical normal désignait de toute évidence. Toujours en vain, en pure perte même, sans que jamais leurs grands mérites soient enfin appréciés à leur juste valeur: il serait temps de corriger enfin tout ceci.
Enfin je n'ai pas été voir si un article serait paru où l'on verrait paraître en lettres ou dans un cadre d'or le nom glorieux ou la bobine illustre de nos camarades de Moselle, s'il en reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marzolf



Nombre de messages : 696
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 18/06/2009

MessageSujet: la "horde"... des moutons?   Lun 16 Jan 2017 - 20:20

Bonjour,

Je trouve sur le site de la fgcen, deux articles des DNA de décembre 2016 que vous verrez en suivant le même lien  que celui indiqué dans l'un de mes messages des derniers jours.
Peut-être que cette publication m'avait échappé et c'est une bonne chose que les deux articles des DNA soient aussi publiés à cet endroit: dont acte et mes excuses comme promis, si j'ai tiré un peu vite à ce sujet.

L'essentiel serait de dire que les camarades ont fait un bon boulot pour FO en encourageant à voter aux élections TPE, et je le dis d'autant plus nettement que cette campagne a semble-t-il été menée de front par les camarades alsaciens et peut-être ceux de Moselle, peut-être même d'entente avec les trois UD. Ce serait une bonne nouvelle, il faut le dire. Ceci dit pour tempérer mes propos virulents de l'autre jour.
J'ajoute qu'il y a du bon, au total, dans ces trois articles. Mais je maintiens que notre positionnement qui en ressort, par rapport à la loi Macron et la campagne menée par le notariat contre ce texte, reste assez surprenant, et c'est un euphémisme.
Je sais que l'on ne peut pas dicter son article à un journaliste mais... on peut aussi ne pas mettre sur le compte de dernier, des erreurs multiples lorsque l'on ne s'est visiblement pas exprimé de manière très claire devant lui.
Je vous laisse juges et je reproduis un ou deux extrait d'un des articles des DNA, sans trop de commentaires.

Article des DNA du 6 décembre 2016 - J'y note au passage que SB, cité entre guillemets dans cet article, y est présenté cette fois un peu plus plus correctement comme le "président" de la section Alsace Moselle de la fgcen FO syndicat national :

".../... On se battra donc pour l'annulation de cette disposition." (il s'agit de la suppression des habilitations) "Car avec la suppression de l'habilitation, qui représente un statut et un travail valorisant, c'est le haut de l'échelle sociale des clercs et employés qui risque d'être décapité avec nivellement des salaires vers le bas. Les clercs seront dès lors devancés par la horde des notaires salariés".

Fort bien... SB déclare donc en effet que notre syndicat national se battra pour faire annuler la suppression des habilitations. Et déclare en outre, ce qui est archi faux, qu'elles faisaient partie du "statut"; j'ai commenté sur ce forum une décision de justice qui ne dit pas du tout ceci car l'habilitation était à la discrétion du notaire et ne faisait pas, au sens de cette décision, partie du contrat de travail. Ceci étant, il serait temps en effet, de se rendre compte que le rapport de concurrence inégal, voulu et organisé de longue date par les notaires, entre clercs et diplômés notaire, pose, à nous aussi, un réel problème. Il n'a fait que prendre toute sa mesure avec la suppression des habilitations. Je la signalais depuis fort longtemps, en vain.
Je me souviens d'ailleurs, moi, d'un recours électoral que j'avais fait avec l'aide de RWM, si ma mémoire est bonne, concernant les notaires salariés. Ils figurent pour ainsi dire dans le collège électoral des salariés aux élections du comité mixte. Mon recours, parfaitement formé, mais gênant sans doute, n'a jamais été instruit, et c'est sans doute du à une initiative ou une négligence de camarades, que je dois de l'avoir vu jeté à la corbeille sans autre forme de procès. A l'époque, la fgcen fo alors fédération nationale, avec mes petits camarades alsaciens, s'en était allée chercher plutôt, a minima, une réponse d'un sous secrétaire sans doute, de la chancellerie, disant en substance que ces personnels sont des salariés comme les autres. Puis l'on avait enterré l'histoire dans les archives, autant dire dans le poêle à charbon, de la fgcen.
Je constate que les mentalités évoluent, lentement mais... Il faut peut-être écouter un peu les nouveaux venus dans un syndicat, non ? La suite m'a donné raison, la question des jeunes notaires est indiscutablement au centre des débats depuis plus de deux ans.

Pour autant je n'aurais pas traité ces collègues de barbares ou de "hordes", sachant trop moi même combien il est désagréable d'être ainsi traité et pour tout dire, méprisé, par des gens pesant à ce point sur les décisions des notaires en matière d'ingénierie sociale du notariat. Je suis désolé de devoir et de savoir manier l'ironie à ce point contre mes amis, mais c'est hélas nécessaire.

"Si elle approuve la libéralisation de l'installation des nouveaux notaires, la section syndicale FO s'interroge néanmoins sur sa mise en oeuvre dans les trois départements de droit local :
"L'Alsace Moselle bénéficie d'un régime dérogatoire jusqu'à l'été 2018. Actuellement la sélection des candidats continue de se faire par un concours. Qu'en sera-t-il au delà de cette échéance?" note MZ, secrétaire général de la délégation du Bas-Rhin".

Ici vous notez que MZ, cité nommément et entre guillemets, semble se présenter, lui, comme "secrétaire général" de la délégation du Bas-Rhin, un machin dont je ne connais d'ailleurs pas l'existence dans nos statuts du syndicat.
Régime dérogatoire, on peut le dire.
2018? Soit...
Je suis surtout ravi d'apprendre, dit d'un seul souffle par la bouche d'un brillant camarade, que le concours de droit local pourrait disparaître en 2018 et que la section locale de mon syndicat est favorable à la liberté d'installation. C'est intéressant, comme indication sur ce que mijotent les notaires. Mais encore une fois, je ne suis pas certain que ces déclarations vont vraiment plaire aux notaires, si ce n'est qu'elle a ce grand mérite de brouiller encore un peu plus les lignes, pendant que nous attendons, pour le 6 août 2017 je crois, un rapport au vu duquel les parlementaires devraient se déterminer sur "l'opportunité" d'étendre' la liberté d'installation en Alsace et en Moselle. A ce jour, il n'en n'est pas question et à part tirer en l'air, exprès très au dessus de la tête à M. MACRON, pour faire selon le vent dans la campagne anti Macron de nos rusés Maîtres locaux, je ne vois pas trop l'intérêt de cette déclaration pour le moins confuse.

Je répète donc qu'il n'y a aucune raison de faire du zèle ou de cueillir des bouquets pour les notaires du coin. Parce que, une nouvelle fois, pour l'instant les clercs, habilités ou non, sont plus mal traités ici que partout ailleurs. Ceci parce qu'il n'y a pas de liberté d'installation pour l'instant dans la loi Macron, en Alsace Moselle. Et parce que, de ce fait, les candidats notaires et autres diplômés notaire qui représentent parfois plus de la moitié de nos effectifs dans les études d'Alsace Moselle, ne pourront pas s'installer librement et continueront donc d'occuper, ici, de plus en plus, à bas prix, nos emplois de clercs non diplômés notaire. Parce que en outre, les habilités qui pourront bénéficier de la fameuse passerelle vers la fonction de notaire seront plus ficelés qu'encordés, ici, dans la mesure où ils leur faudrait, dans l'état actuel des choses, en plus des conditions à remplir par les habilités de Vieille France, passer le concours de droit local. Ce qui me semble relativement illusoire. Dans ces conditions, passe encore de tirer sur la loi Macron et sa déréglementation pour hurler dans la presse avec les loups locaux, encore faut-il avoir l'honnêteté de signaler que pour l'instant, la loi Macron, en Alsace Moselle, "même pas mal" sauf pour les clercs! Alors voilà, moi je n'attends pas 2018, et même si je remercie le sénateur alsacien, Monsieur BIGOT d'avoir porté un texte pour reporter la fin des habilitations à 2020, j'attends surtout en ce moment, le susdit rapport pour août 2017, afin de savoir si oui ou non, il y aura éventuellement liberté d'installation en Alsace Moselle. De sorte qu'alors, des diplômés notaires puissent s'installer, que les habilités voulant bénéficier de la "cordée" sachent enfin à quelle sauce ils pourront être mangés.
Pour le reste, à ce jour, et je tiens une nouvelle fois de le signaler, le problème des rapports entre diplômés notaire, notaires salariés d'une part, clercs et clercs habilités de l'autre, reste plus jamais un problème d'une particulière acuité dans nos trois départements.
J'en sais quelque chose pour me trouver sans cesse en concurrence avec la "horde" dont parle SB (pas tout à fait à tort), chaque fois que je postule, ou postulais, dans un emploi. Parce que pour l'instant, on continue à les embaucher, ces hordiers, et pour pas cher dans le coin. Comme ils ont toujours le concours de droit local à passer, ou bien une hypothétique postulation dans une étude une fois le concours en poche et dans ce cas le nom sur la liste d'attente, ils sont, dans les études, d'une toute particulière docilité qui, elle, mérite paradoxalement le qualificatif de horde. A condition d'ajouter les mots "de moutons" comme j'ajouterais toujours le mot perroquets à celui de syndicalistes qui continueraient de faire bêtement écho à la propagande, plus ou moins habile, des notaires du coin face à Macron.

A moins de compter par exemple sur Fillon, comme le font ou le feraient l'un ou l'autre notaire ici, ou bien sur le brouillard entretenu à destination des affreux jacobins par l'un ou l'autre des mêmes notaire jouant la montre, et à moins d'avoir plus ou moins partie liée avec ces derniers, ce que je continue de croire, cette attitude pour le moins équivoque de mes camarades n'est pas défendable pour des syndicalistes alsaciens.

Logiquement, le notariat alsacien ne pourra pas se tenir indéfiniment à l'abri du droit local et d'un curieux concours maison pour défendre son pré carré, surtout à Strasbourg sous les fenêtres des institutions européennes dont je suggère le transfert à Mulhouse pour réveiller SB et flatter son ego. Le dévouement pour le notariat local, c'est bien, la bonne éducation et la mesure aussi, sans doute. Mais il ne faut pas pousser le bouchon trop loin et parfois, il faut parler franchement à nos patrons si l'on ne peut ou ne veut pas passer pour des moutons. Tôt ou tard, même les hordes de moutons peuvent se rebiffer. Un, puis deux, puis quatre. Je ne suis probablement pas seul à penser ainsi dans ce coin de France et la logique voudrait que les diplômés notaire se rebiffent aussi un jour ou l'autre dans le coin. Pour l'instant, on bêle et dans mon syndicat, on le fait même de belle manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un passage à vide du syndicalisme alsacien dont il ...   Aujourd'hui à 18:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Un passage à vide du syndicalisme alsacien dont il ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un passage à vide du syndicalisme alsacien dont il ...
» Passage au point mort avant l''arret
» passage de 39h a 35h hebdo avec baisse de salaire?
» Ce que TF1 ne montrera pas: émeutes en Grèce passage à tabac du ministre
» SIGNATURE D'UN AVENANT IMPOSE POUR PASSAGE de 39 à 32H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALARIES DU NOTARIAT :: FGCEN :: DROIT SYNDICAL-
Sauter vers: